La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 33, 1 septembre 1997

Déjà l’intitulé est clair. Et que rajouter aux indications du livret/dépliant? Tout y est dit: une sélection d’une soixantaine de «souvenirs» musicaux de Georges Perec, résumés en 26 tableaux, dont on nous indique à la fois la dédicace, le modèle/pastiche, les procédés, et même les lectures qui s’y rapportent. Mais vous n’avez pas tous, sous les yeux, ces indications. Disons alors que cette suite dédiée à Georges Perec reflète son environnement musical, fait d’ambiance de baloches, de musique de cirque, d’orchestre de jazz et de trompette bouchée, de St Germain et de rive gauche des années 50 et des années 60 débutantes, époque pleine de dérision insouciante, époque d’une aprés-guerre en pleine renaissance où l’optimisme affiché dissimulait avec plus ou moins de réussite des interrogations plus existentielles.

Jean Derome, dont nous connaissions déjà les qualités d’arrangeur pour une grande formation (Confiture de Gagaku Victo 05) fait montre ici de toute sa finesse et de son propre sens de l’humour, par ailleurs des plus communicatifs.

De facture plus actuelle, les "17 jeux varies pour 12 improvisateurs" (les six Québécois de l’Ensemble Flammeches, et les six Belges de l’EnsemWe White Wine Dark Grapes) de Tur’luttes faits de collages, bruitages, et rappelant quelque peu certains procedés utilisés par John Zom, participent cependant du même esprit, non sans une référence (volontaire?) à un dessinateur-humoriste français, Gotlib ("pervers pépére").

Au final, un certain esprit français, des Québécois, des Belges… Jean Derome a bien mérité de la francophonie!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.