La boutique des nouvelles musiques

Critique

Paul-Yves Bourand, Revue & Corrigée, no 35, 1 mars 1998

Originellement paru en 1984, ce disque, dont la réédition est plutôt bienvenue pour remplacer les vinyles rendus transparents à force d’usure, permet de retrouver avec plaisir le jongleur Duchesne et ses fertiles chassés-croisés poétiques.

Tout au long des huit plages (dont quatre proviennent de la bande sonore d’un film de Jean et Serge Gagné, consacré à van Gogh), les alternances d’humour et de gravité conservent toujours le ton juste.

Colossales ripailles gargantuesques La dictature dure, résistance à l’arbitraire Case Ta Case, souvenirs d’enfance heureuse d’avant l’ère nucléaire, Le Temps Des Bombes. menées d’un marginal «camélidophile», jouxtent des Corbeaux Noirs où la prose emportée d’Antonin Artaud cisaille les toiles de Vincent v. Partout un cœur gros comme ça. avec des tripes à la mesure, fait vibrer cet assortiment de chansons et compositions patiemment rodées ou Limées avant d’être couchées sur la bande magnétique.

Le personnel recruté pour une bonne part dans les caves du Conventum (Pierre Cartier, Bernard Cormier, Jean Derome, Michel Dupire, Jean Coriveau et un René Lussier particulièrement prolixe) s’attache autours d’arrangements somptueux qui combinent instruments acoustiques (violon, clarinette basse, contrebasse et percussions) et électriques (casio, guitares; comme s’il en pleuvait pour les secondes).

Un album de couleurs donc qui, 13 ou 14 ans après, est toujours aussi empli de vitalité. Foulquier, ie pape de la chanson dite française, va s’en retourner dans sa tombe. Laissons le donc à ses insomnies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.