La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Boulet, Le Soleil, 25 septembre 1999

D’abord des images. Fortes, percutantes, comme lancées à un train d’enfer en quête d’un écran. D’entrée de jeu, la rythmique est carrée, endiablée (Tommy Babin, contrebasse; Rémi Leclerc, batterie). Tempo quasi industriel! Le saxo ténor de Pierre Labbé et le trombone de Claude St-Jean entrent dans la danse: mélodies serrées, saccadées, bâties rupture sur rupture. Puis, la guitare électrique de Bernard Falaise s’amène comme un grand coup de balai. Le métal de la machine devient rutilant. Voilà Les projectionnistes de Claude St-Jean et leur CD, Copie Zéro, dernier né au catalogue d’Ambiances magnétiques. Un son énergique et contagieux, aux confins de la musique actuelle et du jazz progressif. Un rapport étonnant entre des compos extrêmement ficelées, marquées par le rapport harmonique des instruments à vent, et l’impro déchaînée, fouettée par la guitare, qui s’immisce avec le plus grand bonheur jusque dans les méandres du free. Des points de repère? De Zappa à Interférence Sardines… en plus coup de poing. Une musique décidément urbaine, qui tisse sa trame sur le fil de l’instant. Et à travers cette fougue qui donne parfois envie de danser, quelques plages où se reposer. On pense à Pour toi ma chérie… un latino aux accents santaniques. Irrésistible.

Irrésistible.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.