La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 31, 1 mars 1997

Non, ce n’est pas à proprement parler une réédition. D’ailleurs, le thème principal -en durée- de l’édition vinyl, Beyrouth, à défaut d’être mort n’y figure pas! Il sera inclus, retravaillé, sur un enregistrement ultérieur (de Lepage? de Lussier?), il s’agit plutôt d’un rappel (collection 1984), à confronter à une nouvelle série de pièces (collection 1996)

Première approche, non auditive:moins de préoccupations d’ordre politique (Beyrouth justement mais la collection 1984 comprenait aussi -et maintient- Chiens de garde culturels, États asservis… ) alors que l’intitulé des pièces récentes à un côté satiesque ou pataphysique Berceuse pour un petit bidon, L’art de remplir des boîtes, et autre L’ablation des sinusoïdales.

Deuxième approche: s’il s’agit toujours d’un dialogue de deux instrumentiste, on sent une différence d’approche: en 1984, les rythmes saccadés, les sonorités grouillantes, ou stridentes de la guitare semblait surtout constituer des supports fluctuant à un jeu parfois déstructuré, mais plus ample qu’un saxophone; dans la collection 1996, cette impression de deux niveaux a disparu: les deux instrumentiste évoluent sur le même plan, se partageant les rôles sur ce qu’on pourrait qualifier de «devant du son». Les deux démarches aboutissent également à la constitution de petites cellules sonores évolutives… Ce monde n’est pas si «inanimé» que le titre le laisse entendre…

… ce monde n’est pas si «inanimé» que le titre le laisse entendre…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.