La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 62, 1 février 2000

57 minutes et 52 secondes de guitare classique solo. Je vous en prie, ne partez pas, restez! Ecoutez! Ecoutons! Partons en balade, nous sommes encore quelques uns à aimer ca. Et puis toutes les balades ne sont pas forcément romantiques, j’en connais qui dégénèrent sec. D’accord ce n’est pas le cas ici, mais un peu de curiosité que diable! Duchesne nous plonge dans une douce méditation. C’est sobre, minimal, cristallin, sans artifice aucun… et passionnant d’un bout à l’autre de ces quatorze plages improvisées. Magie de l’instant, doigts qui caressent et griffent le nylon, on s’en voudrait presque de déranger la belle et douce solitude du musicien. Nous sommes en position de voyeurs, charmés par tant de dépouillement, de nudité assumée. Romantiques, passez votre chemin! Cœurs ouverts, laissez-vous guider par cette douce transe de l’instant. Duchesne nous livre quelques réflexions, il serait idiot de ne point les suivre. Peut être nous perdront-elles sur quelque route buissonnière la nuit venue. Décidément on ce peut se fier à personne.

… passionnant d’un bout à l’autre…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.