actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Disques

Nicolas Tittley, Voir, 19 juin 1997

Depuis plus de dix ans, la musique de Robert Marcel Lepage est intimement associée aux superbes films d’animation de Pierre Hébert. Avec La plante humaine, le compositeur montre l’incroyable étendue de son talent, superposant hard-rock, musiques africaines, jazz et «bruitisme», en un zapping sonore absolument étourdissant (dans le meilleur des sens du terme). Bien qu’il ne s’agisse pas ici d’une véritable bande originale (les pièces ont été réarrangées de manière quasi symphonique, pour un ensemble de plusieurs musiciens), cette œuvre éclatée recèle une sorte de découpage cinématographique, encadrée par deux superbes thèmes de générique, de facture plutôt classique. 4/5

Avec La plante humaine, le compositeur montre l’incroyable étendue de son talent, superposant hard-rock, musiques africaines, jazz et «bruitisme», en un zapping sonore absolument étourdissant (dans le meilleur des sens du terme).

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.