La boutique des nouvelles musiques

Blogue

C’est le retour des granules

Serge Truffaut, Le Devoir, 7 novembre 1987
samedi 7 novembre 1987 Presse

Avant de se mettre entre parenthèses, Jack Kerouac a usé sa vie à formuler des idées qui, n’en déplaisent aux comptables ringards de la «Culture Mossieu», possédaient la fabuleuse vertu de la lucidité.

Parmi ses bons mots, on se doit de retenir cette dédicace d’un de ses poèmes ou romans: «Pour les gens qui savent mais se taisent». Pour les hommes et les femmes, ou vice-versa, qui demeurent silencieux par refus de s’impliquer dans le jeu nauséabond de l’imbécilité.

Affirmons-le tout net, l’album intitulé Le retour des granules de Jean Derome et René Lussier s’adresse aux gens qui ne sont pas dupes de ce petit jeu. Peut-être faut-il préciser que ce 33-tours est la suite de Soyez vigilants paru il y a plus d’un an sur l’étiquette Ambiances magnétiques.

Lorsqu’une production musicale est habillée avec un certain souci d’integrité et de surprise, comme c’est ici le cas, la critique, par convention ou par paresse, se contente généralement des poncifs du style «voici une musique engagée». On se livre mécaniquement à la dissection en utilisant les lieux communs les plus commodes et on se retrouve gros-jean comme devant à allonger des phrases qui n’ont plus de sève.

Plutôt que de se contenter d’expressions cuisinées dans les fours micro-ondes de la facilité, on se doit de parler ici de musique qui, tout simplement, n’est pas indifférente à ce qu’il est convenu d’appeller le monde.

Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires. Voici un album qui possède méme la qualité de ses défauts. Voici un album où, c’est devenu tellement rare, des artistes prennent des risques.

Au moment où l’on nous casse les pieds avec le groupe Uzeb qui a décidé de produire sa musique pubère à trois au lieu de quatre, au moment où les actions et autres obligations expriment leur «RÉA le bol» boursier, Le retour des granules, en dosant avec bonheur mille et un ingrédients frappe juste.

A bien des égards. le disque de Derome et Lussier fait état d’une démarche analogue à celle de l’Art Ensemble of Chicago ou de Don Cherry. Comme ces merveilleux iconoclastes, nos deux compères tissent une toile avec tous les styles qui se rattachent à cet arbre dont les branches ont été sculptées par Duke Ellington et les musiques ethniques, par Nino Rotta et les fanfares, par Fred Frith et les instruments les plus hétéroclites. Et-par… le blues, «nom de Diou»!

Ceux qui ont suivi ces deux musiciens vont trouver cela bien étrange, ce lien avec le blues. S’il est vrai qu’on n’entend pas de ces rythmes célébrés par Muddy Waters ou Willie Dixon, il reste que le blues compris comme regard sensible sur les autres est présent.

La pièce-titre de l’album, soit Le retour des granules, «est un hommage à la cendre, au sable, à la poussière, à la «rippe», à la poudre, au pollen, aux miettes». Les instruments? Flûtes, cendriers, clarinette basse, bongos, eau qui bouille, et synthétiseur qualifié de désuet. Sur Nombril/fusil. Derome hurle qu’il lui faut de la fibre, qu’il a des entrailles et que son corps est rendu tout digital. Nombril/fusil pourrait fort bien constituer une satire exemplaire de ce narcissisme physique béatement entretenu par des cohortes de moutons de… Selon le mot de Derome, cette composition est un hommage (sic) aux existentialistes.

On trouve même un Gloire au seigneur où il est dit «Gloire au seigneur, méme sous la mitraille. Allons-y car nous sommes de taille. Allons-y. Délogeons ces canailles. Pour la liberté» On l’aura compris, il s’agit-là d’une satire de «cette confusion que l’on crée-parfois entre politique et religion». Nombril/fusil Si d’aventure vous êtes de ces gens qui savent mais se taisent, alors procurez-vous vite, très vite cet album qui a tout pour réconforter nos petits neurones plus que fatigués par le concert d’hypocrisie auquel on assiste depuis une semaine… Deux disquairés seulement proposent cet album, soit le Va-et-vient sur Mont-Roval, et Obliques sur Rivard.

Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires.

Hommes-orchestre

Charles Guilbert, Voir, 11 septembre 1987
vendredi 11 septembre 1987 Presse

Avec Le retour des granules, Derome et Lussier triturent la musique… un duo à voir, avant qu’il ne se propulse en orbite.

Tumulte musical en vue: deux hommes-orchestre se rencontrent sur disque et sur scène! Il s’agit de Jean Derome et René Lussier, deux audacieux musiciens qui travaillent côte à côte et fouillent la musique comme une terre sans fond depuis presque dix ans… Le premier a fait ses débuts avec Nébu; le second avec Conventum. Ils ont formé des dizaines de trios, de quatuors, de quintettes et autres commandos, fait des centaines de spectacles et produit quelques disques.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore. En 86, ils lançaient leur premier vinyle ensemble: Soyez vigilants, restez vivants! -(un très beau disque!).

Aujourd’hui, c’est à grands coups de saxos, flûtes traversières, claviers, jouets, appeaux, bandes sonores, batterie électronique, voix et gimbarde -pour Derome-, et de guitare électrique, basse, percussions, voix et "plaque de gigueux électrifiée" - pour Lussier-, qu’ils plongent dans Le Retour Des Granules.

C’est le titre de leur nouveau spectacle et de leur projet. Un titre qui indique une façon toute particulière de faire de la musique: en regardant des éléments microscopiques à la loupe, en écoutant Ies plus petits bruits au cornet et en Ies assemblant pour créer de véritables toiles d’araignée musicales. «Notre travail en studio est en train dc changer complétement notre manière de jouer de la musique, confie Jean Derome.

On joue maintenant plusieurs instruments, plusieurs pistes à la fois. On s’est habitué à entendre notre musique mêlée à toutes sortes de fonds sonores. On a donc décidé d’intégrer dans notre musique des sons qui la situent dans différents contextes».

Le résultat est étonnant! Les ambiances sonores se succèdent à une vitesse folle et provoquent une multitude d’émotions. On dirait une musique déchiquetée, triturée, émiettée. En spetacle, Ies musiciens sont innondés, entourés d’une panoplie d’instruments. «Il faut retrouver le sens du spectacle. On oublie de plus en plus les arts de la scène pour les remplacer par Ia vidéo, le cinéma, le disque. On perd le sens des vraies personnes». Peut-être est-ce parce que les spectacles sont dceenus trop prévisibles et les artistes prisonniers de l’image qu’on fait d’eux… Ce n’est pas le cas de Derome-Lussier! Ils n’essaicront pas, en show, de jouer exactement "comme sur disque", et laisseront beaucoup de place à l’improvisation.

On prend un vif plaisir voir ces musiciens utiliser leur instruments tantôt avec une virtuosité presque classique, tantôt en les trafquant de façon iconoclaste. Avec eux, tous les bruits peuvent devenir un événement.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore.

Des musiciennes actives et rotatives qui travaillent à se faire pousser les dents

Auberge Île du Repos, activités culturelles, 1 juin 1987
lundi 1 juin 1987 Presse

«Ici la provocation est un geste volontaire. […] Ici la musique est une liberté apprivoisée. Il s’agit de savoir casser la coquille et se répandre sans jamais se briser. Et si on parle d’oeuf, celui de la poule requiert 21 jours d’incubation. J’admire une telle efficacité, une telle spontanéité.» Ce sont là les mots de Diane Labrosse, qui forme avec Joane Hétu et Danielle [Palardy] Roger le trio Les Poules. Efficacité et spontanéité certes, mais bien plus encore. La musique des Poules en est une sans mégarde, pour la chute de la règle, pour les débordements de la matière, une musique aux gestes rapides, aux sauts périlleux, une ode au parachute.

Toutes trois membres du groupe Wondeur Brass elles explorent ici une approche complètement différente. Au départ, Les Poules c’est essentiellement une énergie de studio. Six mois en atelier, Ia rentrée en studio au printemps et un disque: Les contes de I’amère loi, arrivé à éclosion cet automne dans la collection Ambiances Magnétiques et lancé au Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville en octobre 1986. Cet événement souligné par la présence «live» des Poules s’est mérité beaucoup d’attention à Victo et les a poussées à sortir du studio pour présenter Les Poules en show. Un show aux antipodes des démarches populaires, dans la lignée des musiques montréalaises les plus actuelles, les plus éclatées. Une musique hachurée, multidirectionnelle, riche en sonorités bizarres, faite avec imprudences, accidents et hasard. Rien n’est figé, le leitmotiv de ce recueil naïf et méchant de musiques nouvelles c’est l’improvisation. La matière a été retravaillée jusqu’à la gravure de l’album, alors en show, elle sera retravaillée.

Avec Les Poules: «Attention!!! Travaux, ne laissez pas la panique s’emparer de vous… restez dans le mouvement des choses».

Les Poules: Joane Hétu (du souffle, une force, une femme, un instrument, un timbre, de I’énergie. Fait de la musique inutile et aime Simone de Beauvoir): saxe alto, synthétiseur CS-5, voix. Danielle Roger (Once upon a time she had an idea and once upon this idea she had a time): batterie acoustique et électronique RX 11, synthétiseur Poly 6, voix. Diane Labrosse (piano électrique à 25 ans. Un premier band à 28 ans, un deuxième à 30. Convertie au synthétiseur à 32 ans. De plus en plus synthétisée à 33. Midisée à 34 et POULE à 35): synthétiseurs CZ-5000, Poly 6, DX7, voix.

Plus que de l’ambiance

Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1987
vendredi 1 mai 1987 Presse

Dans une de ses chansons, le groupe Les Poules s’exprime ainsi: «je suis dérangeante et j’habite à Montréal». Cette phrase pourrait bien servir de formule publicitaire à la collection de disques Ambiances Magnétiques qui regroupe des musiciens montréalais dérangeants. Il y a effectivement un désir de leur part de faire une musique différente qui s’éloigne considérablement de la musique commerciale, sans toutefois être hermétique. C’est d’ailleurs un aspect étonnant de leurs créations. Ne pas être «commercial» ne veut pas dire être difficile d’écoute. C’est une musique qui, dans l’ensemble, utilise des structures de composition simples. Les pièces sont assez courtes. Il y a de l’humour, de l’ironie, de la parodie. Rien, somme toute, qui fasse peur aux inconditionnels de Paul Piché ou de Michel Rivard. Et très vite on en arrive à cette constatation: les musiques d’Ambiances Magnétiques font une utilisation nouvelle de tout ce qui constitue la musique commerciale. Que ce soit dans les sons électriques, les rythmes, les solos ou dans l’architecture générale d’une pièce, il y a constamment référence à quelque chose que l’on a déjà entendu. Ceci est principalement dû au fait que ces compositeurs sont issus d’une génération qui a expérimenté bien des genres de musiques et qui a écouté de tout. La radio peut être un réservoir culturel énorme si on sait l’écouter et Ambiances Magnétiques offre en quelque sorte l’envers de la radio. Cet environnement sonore nous est formulé autrement. C’est là surtout que réside leur différence.

Soirée canadienne

Le disque Soyez vigilants, restez vivants (AM 005) du duo Jean Derome/René Lussier est un bon exemple de ce qui vient d’être dit. Plusieurs pièces font référence à des événements ou des réalités de notre culture. Dans Hante ta chanson, c’est la danse carrée qui est à l’honneur. Ce qui aurait pu être une parodie facile de notre folklore musical devient une agréable danse. Danse aux paroles ironiques qui, au lieu de célébrer les joies des retrouvailles, dénoncent le Québécois moyen et sa situation politique («Saluez vot’compagnie avant qu’a part’à Toronto»). Le reel prend une signification nouvelle joué avec des instruments modernes. n change de contexte et cette peau neuve lui va bien. Le dernier glacier est une complainte à la mémoire du peuple montagnais. Encore là, plutôt que de faire entendre la musique traditionnelle d’un peuple, ce sont des musiques hétéroclites qui se superposent. Bien sûr, il y a des battements de tambour, mais aussi des accords de guitare électrique, des bruits de la ville, une clarinette en détresse. Cet amoncellement est un des procèdés intéressants du duo. Derome et Lussier ne travaillent pas nécessairement à créer des liens logiques entre des sonorités différentes. Il laissent plutôt celles-ci s’imposer, à l’instar de la société qui laisse courir une multiplicité de sons discontinus apparaissant et disparaissant de façon arbitraire.

Plus que de l’ambiance

Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1987
vendredi 1 mai 1987 Presse

Des poules qui pensent

Une autre formation attire l’attention parmi la dizaine de disques produits par Ambiances Magnétiques. Les Poules, qui réunissent trois anciennes musiciennes du groupe Wondeur Brass (Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Roger), présentent un album remarquable par son audace et son originalité. Les contes de l’amère loi sont une dizaine de pièces anti-séductrices qui provoquent l’auditeur. Aussitôt qu’une mélodie commence à prendre forme, on arrête le mouvement. Aussitôt qu’un travail harmonique devient facile, on ajoute des dissonances. Utilisant synthétiseurs, saxophone, batteries, ces musiciennes font reposer leurs compositions sur la répétition. Les rythmes se veulent lourds et les solos bruyants. Mais on aime, et la raison est simple: ce groupe a une pensée musicale. Entre Laurie Anderson, le free jazz, Kurt Weill, Carla Bley, Les Poules se font entendre et ne laissent pas indifférent.

Une chanson, Au mur la chair, commence avec une cadence soutenue par une batterie électronique et des cymbales, au loin. Quelques notes graves de synthétiseur s’ajoutent et c’est tout. Ce son simple et brut demeurera tel jusqu’à la fin. Mais trois voix filtrées à travers les labyrinthes de la technologie viennent réciter des paroles sur la passion du corps. C’est paradoxal: une plainte qui dit le désir de la promiscuité charnelle au moyen de voix robotisées. Voilà ce que j’appellerais une musique engagée dans une signification qui déborde le cadre de la simple écoute passive. L’auditeur est convié à une réflexion.

Si j’ai choisi de ne parler que de deux disques, c’est qu’ils m’apparaissent comme les plus représentatifs de cette musique que l’on appelle «alternative». Une chose est sûre: la musique veut faire sens. Elle ne se contente pas d’être une suite de notes. On la charge de références sociales, d’un discours politique. Sa structure veut nous donner une image du monde. Un peu à la façon dont les critiques disaient de la musique répétitive de Philip Glass qu’elle représentait le monde rapide et insensé de la vie moderne, les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité. Ce processus de traduction musicale est également une quête de sens.

… les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.