La boutique des nouvelles musiques

Blogue

‘Cinema of the Ear’ In New Techno-Sound

Roger Levesque, The Edmonton Journal, 27 février 1991
mercredi 27 février 1991 Presse

Picture yourself out on a brisk walk through pastoral surroundings, maybe in the city’s river valley. It’s that special twilight time at dawn when everything seems very still and quiet, save for your own lungs breathing rhythmically in and out, and the counterpoint of falling footsteps on a gravel path. Suddenly a distant tone catches the ear. It could be the blunt horn of a diesel locomotive or the call of a lonely animal, mechanical or organic in origin.

Then imagine all the stark atmospheric intensity of the experience magically crystallizing in sound.

Claude Schryer might call it a “cinema of the ear,” just one of the creative options he and a growing body of composers are working with in the field of “electroacoustic” music.

That term denotes a certain artistic intent to create within the confines of electronic technology and the studio using both acoustic, electronic and “found” or sampled sources of environmental sound. It’s a weirdly technical method used to shape natural soundscapes, often inspired by common every day experience, and it can be very subtly effective.

Schryer and his colleague Jean-Francois Denis are two Montréal musicians, both classically trained to begin with, who have been helping to further the electroacoustic movement in Canada.

They’re currently on a threeweek cross-country tour of major centres with four other like-minded composer-musicians. Called Electro Traces, the tour uses fresh sonic palettes and new means of manipulating the space in which we hear.

Wednesday afternoon, Schryer and composer Daniel Scheidt (Edmonton-born, now living in Vancouver) host a workshop/performance in Convocation Hall at the University of Alberta.

As Schryer plays clarinet, Scheidt will man a computer sound console that’s set to interact with the immediate sonic environment.

Just last year, Schryer and Denis formed the independent record label empreintes DIGITALes (digital imprints) with the intent of putting more electroacoustic music and musicians on the map.

The first four compact disc releases issued over the past six months use an amazing array of sources to pique the listener’s awareness, pushing at the conventions of what music is all about. Certainly it’s not the first time experimental music has made it to disc, but along with the tour, it does involve one of the most ambitious, carefully produced ventures in the field.

Three solo projects by Christian Calon, Robert Normandeau and Alain Thibault head the roster, along with a special compilation, Électro clips.

As that title implies, the producers wanted short musical pieces that might help the listener envision a series of sonic images, like film clips. Twenty-five electroacoustic artists from Canada the United States and Mexico were asked to submit works of about three minutes duration, a time set deliberately to challenge the notion of the pop single.

The resulting 75-minute disc presents what must be one of the finest overviews of the medium aviilable. Twenty-five black-and-white inserts by photographer Joanne Tremblay accompany the disc, matched with background notes on the artists and music for a beautifuL intriguing release.

Schryer stresses that while better technology has expanded the possibilities, the artist mustn’t lose his or her soul in the machine, but master the tools.

“The most interesting electroacoustic artists are the ones who are able to go beyond the technology and — like any interesting artistic medium — say something in a universal way.”

The future of the music remains to be seen. Schryer agrees that tbe increasingly sophisticated use of sounds and effects in various broadcast media is helping to make the public more receptive to different ways of seeing through sounds, but don’t expect to find his releases on the Billboard pop charts anytime soon.

Do try them out if you’re looking for a stimulating new sonic perspective on the world around you.

Electro Traces Here On New Music Tour

Randall Mcilroy, Winnipeg Free Press, no 119:89, 27 février 1991
mercredi 27 février 1991 Presse

Some editions of new music are more moving than others. With a brave new concert tour called Electro Traces that concept applies in several ways.

For one thing, with four composers and a small squad of performers, the national concert tour of new Canadian electronic/acoustic music, which stops here Friday night for one performance at Centre culturel franco-manitobain, looks more like one of those old rock ’n’ roll package jaunts than a mobile promotion for new music.

“We’re covering all the bases with this,” enthused tour co-producer Jean-François Denis recently between rehearsals for the tour’s third performance, at The Banff Centre for the Arts.

The concerts are only part of it. Electro Traces also promotes the new Montréal label empreintes DIGITALes, which has just issued CDs by the four touring composers — Christian Calon, Robert Normandeau and Alain Thibault, all from Montréal, and Vancouver’s Daniel Scheidt.

For this tour, the composers will appear with Claude Schryer (clarinet), Trevor Tureski (percussion), Jacques Drouin (piano) and Catherine Lewis (soprano). An untimely attack of flu prevented another performer, the visionary American trombone, electronics expert George Lewis, from appearing.

Denis, 31, whose own musical training includes seven years of classical guitar studies in his native Montréal, followed later by formal studies in electroaoustic music, formed empreintes DIGITALes with Claude Schryer about a year ago.

At first, he said, the idea was to stage one showcase concert at Vancouver’s Western Front Society to promote the CDs. Then came the chance to do another gig, and soon the troupe found itself “just hopping off around the country.”

The first shows last weekend in Vancouver went well, he said. “The public was good, the reception was good.”

The challenge, however, is to reach the mainstream audience that has little or no exposure to modern avant-garde music, especially in Canadian cities where there is no concentrated community of instruction and performance to support it.

Unlike many electronic-based works, which depend on prerecorded tapes and are thus essentially an audio experience, the music in Electro Traces is designed for live performance.

Some of the music is performed completely live, with conventional instruments. Other entries mix live performance either with tapes or with an interactive computer system. “We’re having all the types of electroacoustic music on this tour.”

With eight speakers and a mixing board, the tour sound can be arranged for any performance dimension — it sounded fine in the demi-sphere of the Montréal Planetarium, he noted — and also changed in terms of dynamic and spatial relationships, with the expressiveness of a pianist. “You can have a really different experience with the sound,” Denis said.

It should also be a different experience for those who expect such sonic explorers to be a grim and scholarly lot. “We’re very nice people,” he said chuckling.

… a brave new concert tour…

Un orchestre de haut-parleurs

Karine Beaudette, La Liberté, 21 février 1991
jeudi 21 février 1991 Presse

Pour ceux qui cherchent une expérience musicale hors de l’ordinaire, la Plug-In Gallery et le Centre culturel franco-manitobain vous donnent rendez-vous le 1er mars à 19h30 à la salle Jean-Paul-Aubry (CCFM) pour écouter de la musique électroacoustique.

«De la musique électroacoustique, c’est de la création sonore artistique avec appui technologique,» décrit Claude Schryer, un des six compositeurs-diffuseurs et interprètes qui seront à Saint-Boniface.

Le groupe de six entreprend la tournée pancanadienne Traces électro, pour promouvoir cinq disques de l’étiquette empreintes DIGITALes, la seule compagnie qui enregistre sur disques compacts de la musique électroacoustique.

Les compositeurs profitent aussi de la tournée pour promouvoir le médium peu connu de la musique électroacoustique, même si ce genre existe depuis 40 ans environ. «A Montréal et à Vancouver, il y beaucoup d’activité dans le domaine, mais dans le reste du Canada, c’est encore en évolution. Suite au concert, les artistes seront disponibles pour répondre aux questions.»

Les organisateurs de Traces électro emmènent avec eux en tournée un orchestre de huit haut-parleurs. Ces boites de son seront placées séparément dans la salle de concert pour permettre la spatialisation des sons. Cette technique se nomme «acousmatique» et offre une troisième dimension aux œuvres.

En plus des haut-parleurs, les musiciens seront là avec leurs instruments respectifs. «Par exemple, je suis clarinettiste et je vais interpréter une pièce pour clarinette et ordinateur. Un autre va jouer une pièce pour piano et bande, ou encore pour voix et ordinateur» ajoute Claude Schryer.

Selon lui, le concert attire ceux qui aiment la musique de concert contemporaine et la musique expérimentale.

Le discobole

Gabriel Vialle, La Marseillaise, no 2682, 6 janvier 1991
dimanche 6 janvier 1991 Presse

empreintes DIGITALes, ce label québécois a entrepris récemment l’édition de disques compacts de musique électroacoustique. L’étape actuelle est celle de la recherche d’une Présence régulière de see disques dans le marché européen.

C’est ainsi que, voici quelques jours, J’ai reçu la visite de la charmante attachée de presse chargée de cette mission d’investigation. Et le premier disque qu’elle m’a présenté (IMED 9001) est consacré à trois œuvres de Christian Calon, originaire de Marseille immigrant au Québec depuis 1966 et actuellement vice-président de la communauté électroacoustique canadienne. Christian Calon, qui fut “résident” au GMEM (Marseille) en 87/88, y séjourne à nouveau.

Les trois «récits électriques» qui composent son disque Ligne de vie: récits électriques datent de 1984/83 (Portrait d’un visiteur), de 1987/88 (La disparition œuvre réalisée dans les studios du GMEM et créée à Marseille, le 17 juin 1988 au Jardin des Vestiges: en son temps, notre journal avait rendu compte de l’événement) et 1989 (Minuit).

Pages intéressantes, montrant un tempérament généreux et une virtuosité jamais gratuite au service d’une inspiration diverse. Des trois pièces, Minuit est sans doute celle qui présente la plus grande densité d’émotion et d’imagination.

On retrouve Christian Calon en compagnie de 24 autres compositeurs — Québec, Canada, USA, Mexique — pour le compact Électro clips.

Les 25 musiciens, pour la manifestation New Music America, à Montréal en novembre dernier, ont joué le jeu de la forme breve: pas plus de 3 minutes pour s’affirmer. Un catalogue passionnant mals déroutant, un peu hétéroclite, souvent roboratif, à feuilleter d’une oreille attentive en lisant les jalons proposés par un agréable livret de 58 pages.

… un tempérament généreux et une virtuosité jamais gratuite au service d’une inspiration diverse.

Critique

Félix Légaré, Voir, 13 décembre 1990
jeudi 13 décembre 1990 Presse

[…] Le pari de Geneviève Letarte était d’innover dans le genre plutôt figé de la chanson à texte. […] On ne peut que s’incliner devant cette promenade dans l’inconnu qui ne se compare à rien de ce qui existe ici. Sinon au travail que Letarte elle-même a entrepris il y a quelques années sous forme de poésie-performance. Et l’album, qui résume ses deux derniers spectacles, supporte aisément la comparaison. Le son s’est raffiné, l’approche s’est franchement aiguisée.[…] premier disque très réussi […]

Opération décontraction

Véronique Robert, L’actualité, no 15:17, 1 novembre 1990
jeudi 1 novembre 1990 Presse

La digne Société de musique de contemporaine du Québec (SMCQ) a comme directeur artistique depuis deux ans celui qui fonda l’Infonie, dont les musiciens entrèrent un jour en scène des chaussettes aux oreilles. Le chef d’orchestre Walter Boudreau, de surcroît, dirige toujours chaussé de rouge.

Si l’univers québécois et nord-américain de la musique nouvelle n’échappe pas à des éléments plus traditionnels, les signes d’ouverture ne trompent pas. Le festival Montréal musiques actuelles (du 29 octobre au 11 novembre) vient confirmer la tendance. À l’affiche de ce chapitre montréalais du New Music America: une «symphonie guitaristique» pour 101 guitaristes rock, trois œuvres pour chœur, petit ensemble et le clocher de l’UQAM, ainsi qu’un quatuor à cordes réputé, le Kronos Quartet, de San Francisco, surtout connu pour sa version endiablée de Purple Haze de Jimi Hendrix. Plutôt qu’à la salle Claude-Champagne ou à la Place des Arts, la majorité des concerts se déroule au Spectrum et aux Foufounes électriques.

Il y a 20 ans, le structuralisme européen dominait le monde de la musique contemporaine québécoise: dodécaphonisme à la Webern, sérialisme pur et dur à la Boulez, calculs d’ordinateur à la Xenakis. Les compositeurs étaient peu nombreux et les auditeurs encore moins.

«Cette époque a eu ses chefs-d’œuvre, dit Walter Boudreau, mais souvent, c’était bien plate! Surtout les explications et les titres ‘scientifiques’ dans le genre Diaphonie I… Tout ça pour sonner comme un vieux sofa!»

Sans provoquer d’émeute aux guichets, créateurs et organisateurs de concerts tendent aujourd’hui la main au public. «Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre», poursuit Walter Boudreau, nommé récemment compositeur résidant de l’Orchestre symphonique de Toronto.

Ce courant doit beaucoup aux Événements du Neuf, société qui vécut de 1978 à 1989, fondée par la pianiste et chef d’orchestre Lorraine Vaillancourt. Avec des thèmes comme «Musique et mysticisme» ou «Jazz de Stravinski à Guy Nadon», ces événements nocturnes se promenaient de salle en salle selon le contenu, rejoignant sans cesse de nouveaux publics. «Nous voulions sortir le concert de son ghetto», explique Lorraine Vaillancourt.

L’ascétisme cédait à l’invention voire à la fantaisie, et les musiciens tournaient le dos aux querelles de chapelles.

«La musique pop a été importante dans mon cheminement», dit Denis Gougeon, un des membres des Événements du Neuf, compositeur résidant de l’Orchestre symphonique de Montréal. «J’ai subi l’influence du rock», admet Alain Thibault, adepte des instruments électroniques MIDI. José Evangelista, lui, a puisé dans les musiques d’Orient et le minimalisme américain.

En fait, les compositeurs québécois et canadiens croient que l’Amérique du Nord est une terre d’avenir pour les nouvelles expériences sonores. «Nourrissant un complexe culturel envers l’Europe, l’Amérique a créé ses propres outils d’expression, dit Denis Gougeon. John Cage et Steve Reich n’auraient pu venir d’Europe: il fallait un territoire vierge.»

«Les compositeurs québécois sont en pleine floraison, dit Lorraine Vaillancourt. Nous tiendrons peut-être le gros bout du bâton pendant la prochaine décennie: les Européens se plaignent qu’il n’y a plus de place pour la spontanéité chez eux.»

Jean Piché, compositeur et directeur artistique de Montréal Musiques Actuelles, affirme sans détour que la musique européenne, «sclérosée, n’ayant pas réussi à se débarrasser du post-sérialisme, se meurt». D’un même souffle, il ajoute qu’il est «hors de question de jouer Webern à mon festival!». Son menu est donc typiquement nord-américain: jazz d’avant-garde, rock de pointe, théâtre musical, performance et musique électroacoustique.

Au carrefour des mouvements européens et américains, la musique québécoise cadre bien dans cette programmation. À preuve, Trois airs pour un opéra imaginaire (donnée par la SMCQ), une œuvre du regretté Claude Vivier, marqué par Stockhausen autant que par une simplicité d’expression américaine.

Fondé par Lorraine Vaillancourt, le Nouvel ensemble moderne est un des rares ensembles «permanents» de musique contemporaine dans le monde qui se réunit chaque semaine pour polir son répertoire. Après seulement six mois d’existence, il donnait un concert à New York et recueillait une critique fort louangeuse du New York Times.

Les initiatives abondent: deux jeunes, Jean-François Denis et Claude Schryer, ont fondé empreintes DIGITALes, seule compagnie de disques nord-américaine consacrée à l’électroacoustique. Elle s’ajoute à Ambiances Magnétiques, créée par les improvisateurs Jean Derome et René Lussier, alias Les Granules.

Signe des temps, on soigne les titres. Donné par la Société des concerts alternatifs du Québec, le premier concert officiel de musique contemporaine cette saison s’intitulait «Biding Badang». Une soirée de percussion…

Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.