La boutique des nouvelles musiques

Blogue

On the Edge

Sylvain-Claude Filion, SOCAN, Canadian Composer, 1 juin 1991
samedi 1 juin 1991 Presse

In January 1990, Montréal composer and ex-Concordia University professor Jean-François Denis fulfilled a long dormant dream of creating a label devoted exclusively to electroacoustic music. Now 18 months later, empreintes DIGITALes (for “digital imprints” or “impressions”) has released six compact discs.

Denis and his partner Claude Schryer started North America’s first independent electroacoustic label to fill a perceived need: “We saw all these Canadian electroacoustic masterpieces that nobody could hear unless they were in the right town on the night of a concert,” Denis recalls. The company operates with substantial assistance from the Canada Council for the Arts: “Without them, we could hardly get involved in record production at all.”

The first six titles are Ligne de vie: récits électriques, devoted to works by Christian Calon; Lieux inouïs, featuring five works by Robert Normandeau; Volt, a group of eight works for MIDI piano, soprano, saxophone quartet and tape by Alain Thibault;

Électro clips, a collection of 25 electroacoustic “snapshots” by composers from various countries; Action/Réaction, featuring five interactive works by Vancouver’s Daniel Scheidt; and the newly released Anecdotes, a group of compositions by Yves Daoust.

empreintes DIGITALes releases are distributed by Scandinavian Record Import (SRI) of Peterborough, Ont., and through the Canadian Music Centre, as well as in France, the Benelux countries, Japan, the UK and the US. “Our manufacturer has just delivered the second pressing of our first discs; of which 1,000 copies had been made initially,” says Denis. “And Électro clips, released last November, sold out in six months.”

How would Denis classify electroacoustic music? “It’s hard to place it in a specific category. It’s music that puts the emphasis on timbre before anything else. Yet it’s not laboratory music: the final product is sophisticated.”

Denis is full of plans. He is currently working on a series of records of longer pieces to be sold as cheaply as possible. But he remains realistic: “Of course, the second pressing of our original recordings indicates a degree of profitability and could help me financially. But let’s face it, what we’re selling remains very much a fringe product.”

… North America’s first independent electroacoustic label…

La preuve par neuf

Gabriel Vialle, La Marseillaise, no 13831, 23 mars 1991
samedi 23 mars 1991 Presse

Le Groupe de musique expérimentale de Marseille entretient avec le Québec des relations déjà anciennes. Des échanges de musiques et d’artistes — créateurs et interprètes — ont tissé, par—dessus l’Atlantique, des liens musicaux et amicaux. Depuis octobre, le GMEM accueille le Québécois Christian Calon, bien connu dans le monde de l’acousmatique, musique diffusée par appareils sonores. Un disque de lui a ouvert la collection du label québécois, empreintes DIGITALes seul éditeur d’Amérique du Nord spécialisé en électroacoustique. On notera que, par la publicité de ce label, La Marseillaise est connue des mélomanes de là-bas: ce cocorico, bien pâle à côté de celui des supporters de l’O.M. est flatteur pour notre journal…

Le concert de jeudi soir — salle Zino Francescatti: parfaite acoustique — était une occasion de rencontrer le Canada, à travers les œuvres de neuf compositeurs issus de trois villes (Montréal, Toronto et Vancouver) sortis du catalogue du label précité. Peu de Marseillais, au demeurant, ont su profiter de cette occasion…

Certaines de ces œuvres, tout droit sorties du disque Électro clips, sont brèves (3 minutes) mais n’en présentent pas moins un grand intérêt, justement par la contrainte qui a amené le compositeur à exprimer d’emblée sa personnalité ou son originalité, C’est le cas du Mi bémol d’Yves Daoust qui réalise une véritable polyphonie de sons, de formes, de sens. Même constatation pour Associations libresGilles Gobeil déchaîne ses intentions (bonnes et mauvaises) sur les sonorités d’une guitare qui n’en peut mais. Très beau travail sur le soufffle (le clip s’appelle Breathing Room — espace de respiration)—de Hildegard Westerkamp: un hymne à la vie par cette mise en évidence des rapports battements du cœur/respiration. Quant aux Les oiseaux de Bullion (Claude Schryer), ils déroulent leur «diptyque écologique» sous forme d’un montage précis de sons réels non traités.

La pièce d’Alain Thibault (8 minutes) crée autour de la voix de Pauline Vaillancourt une émouvante aura de poésie et de pureté. Le soleil et l’acier se veut «référence à la force des contrastes» et, effectivement, l’atmosphère presque irréelle de la partition vient du voisinage de la voix et d’une sorte de métallophone. Leur dialogue tend et détend en permanence la corde sonore d’une véritable «rencontre du troisième type».

Des deux autres pièces plus longues, qui terminaient chacune des deux parties du concert, on retiendra le superbe Minuit dont l’auteur Christian Calon nous a fait entendre de larges extraits. Hymne à la vie et refus de la mort et du néant, approche sans cesse plus pointue d’un calme et d’une sérénité contrariés par les soubresauts du monde et du «gaspillage illimité auquel la nature procède à l’encontre du désir de durer»: un long moment où quelques irruptions de la voix humaine, parlée, déconcertent l’auditeur plus qu’elles ne le rassurent.

De Robert Normandeau, Jeu paraissait bien long malgré la volonté d’explorer toutes les possibilites de sens du mot «jeu». Beau travail de traitement des sons, de montage et de contrastes mais une diffculté certaine à s’accrocher aux méandres de ce voyage.

Une fois de plus, et ce pour l’ensemble du programme, reste posée la question d’un travail plus poussé de mise en lumière, de mise en espace, de mise en scène de ces œuvres qui n’ont pas à leur service l’attrait d’une présence physique de l’interprète.

… parfaite acoustique…

Empreintes sonores du Québec

Michel Alexandre, Le Provençal, no 16673, 21 mars 1991
jeudi 21 mars 1991 Presse

Toujours dans le cadre de ses recherches musicales le Groupe de Musique Expérimentale de Marseille (GMEM) poursuit ses échanges avec le Canada. Avec son concert «Empreintes Sonores Québec» donné ce soir 21 mars à 20h45 à la salle Zino Francescatti du Conservatoire (13, rue Melchion), il nous fera découvrir plusieurs compositeurs de ce pays.

On sait que l’activité musicale est en pleine effervescence au Québec, surtout dans le domaine électroacoustique. Dans l’immensité de ce pays et ses diversités linguistiques, les tendances et les styles musicaux se diversifient. A Montréal, les compositeurs cultivent les parentés avec la musique française. Toronto s’ouvre à une pensée plus américaine et Vancouver ressent la vague californienne.

Pour le G.M.E.M., le marseillais Christian Calon effectue un retour vers sa ville natale. Il a réuni et mis en espace des musiques signées Michel A Smith, Alain Thibault, Yves Daoust, Robert Normandeau, Dan Lander, Gilles Gobeil, Claude Schryer, Hildegard Westerkamp et une de ses propres œuvres.

Ce concert canadien sera précédé à 19h, dans la même salle, par une démonstration d’un nouveau logiciel développé dans les studios du GMEM par Frédéric Boyer, ingénieur informaticien. Il a pour nom STuDioX et permet d’utiliser l’ordinateur comme une véritable station de travail numérique du son.

Pour tous les passionnés de musiques électroacoustiques, rendez-vous au Conservatoire de la rue Melchion, le vent soufflera depuis les grands espaces canadiens.

… l’activité musicale est en pleine effervescence au Québec…

Empreintes sonores

Guy Reynard, Taktik, no 127, 20 mars 1991
mercredi 20 mars 1991 Presse

Le Groupe de musique expérimentale de Marseille s’est à plusieurs reprises associé au Canada. Il propose cette année «Empreintes Sonores Québec.» De Montréal, Toronto et Vancouver les musiques présentées par Christian Calon représentent le label canadien empreintes DIGITALes. Il a signé le premier disque de cette jeune compagnie née dans le courant de l’année dernière. Un surprenant Électro clips, en 25 instantanés électroccoustiques, présente de plus la création canadienne électroacoustique sous toutes ses formes en un condensé de trois minutes maximum. La musique contemporaine est diverse au Canada. Si les québécois ont choisi de s’apparenter à la musique française, Toronto, tout proche des Etats-Unis a opté pour une musique de processus et sur la musique plus électronique. Vancouver qui se trouve sur la côte ouest est plus marqué par la musique californienne qui se traduit par une musique plus environnementale. Toutes ces formes traduisent un parcours du Pacifique à l’Atlantique au gré des divers courants qui traversent le Canada. Pour Christian Calon, installé à Montréal au Québec, il s’agit d’un retour aux sources puisqu’il est originaire de Marseille. Compositeur autodidacte, il est venu à la composition par la voie de l’écoute des phénomènes naturels et des œuvres des autres musiciens. Outre ses propres compositions, il présente des pièces de huit autres compositeurs canadiens, offrant ainsi un large panorama de la musique contemporaine de ce pays.

… un parcours du Pacifique à l’Atlantique au gré des divers courants qui traversent le Canada.

National Concert Tour Is Breaking Down Barriers

Eric Dawson, Calgary Herald, 3 mars 1991
dimanche 3 mars 1991 Presse

A former composer-in-residence at the Banff Centre for the Arts is the driving force behind Canada’s first national concert tour devoted to electroacoustic music.

Ontario-born Claude Schryer, based in Banff during the Centre’s 1981-82 and 1985-86 winter cycles, is leading the three-week, seven-city tour that began last week in Vancouver. Billed as Electro Traces, the tour features music by six composers working wıth computers, synthesizers and other musical instruments.

“This is my life-after-Banff project,” says Schryer. “We wanted to get out an the road and take electroacoustic music to new audiences. It’s important to demystify the medium by making it accesaible and breaking down popular inhibitions toward anything involving electronics.

Is it music or is it technology? More than any other, Schryer says, this is the query that he hears time and again from audiences at such concerts. His aim is to show that it is music — music of quality — that can be made rewarding in concert form.

A grant from the Canada Council made it possible for Schryer and his colleagues Robert Normandeau, Alain Thibault, Daniel Scheidt, Jean-François Denis and Christian Calon to do this on what Schryer calls an ideal manner on a $50.000 budget.

“The budget is tight for a group of nine people and a lot of equipment but it makes it possible to do our job well. We have been able to take along our own sound system, an orchestra of loudspeakers. Without this, we could not begin to do our very best and the music would not be heard as it should be.”

Making electroacoustic music interesting in concert has long been one of the medium’s principal difficulties in reaching a wider public than the tiny newmusic crowd. Electro Traces has been specifically planned to overcome this problem. Works broadcast on the orchestra of loudspeakers are “performed” by a technician in full view.

Other music was chosen specifically for visual and aural variety. Schryer highlighted such “traditional and vısual” presentations as a piano concerto for piano and tape.

Although unable to secure a venue in Calgary for the tour, Schryer believes a CBC broadcast (to be announced) and five available recordings on the empreintes DIGITALes label will succeed in spreading the word for electroacoustic music throughout Canada. Exchanges of artists and information world-wide through an existing network is also building support for the still small but growing Canadian community.

“It all takes time,” Schryer says. “It took us time to convince the Canada Council, for instance that a tour of this kind was important. When they finally agreed, it was a real breakthrough for electroacoustic musicians in this country. We have always had support from some areas — especially from the Banff Centre, which is unique in degree of support it has given us.”

But now is the time to build an audience and change a few minds about the merits of the medium. To date, Schryer says, the tour has met all his expectations: the general response has been good audience members have been especially keen to speak with the touring musicians and clear up any misconceptions they have.

“Our message is getting through.”

Interview: Jean-François Denis

Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 112, 28 février 1991
jeudi 28 février 1991 Presse

Ancien président de la CÉC (Communauté électroacoustique canadienne), Jean-François Denis, que nous avons rencontré l’année passée au festival de Bourges, s’est lancé dans la production et l’édition de musiques électroacoustiques. Il nous a paru intéressant de connaitre les motivations qui ont entrainé ce type de projet.

Qu’est-ce que DIFFUSION i MéDIA? DIFFUSION i MéDIA a été formée par Claude Schryer et moi-même dans le but de créer une société de production d’arts médiatiques, cela pour la bonne et simple raison qu’il n’en existait encore aucune au Canada.

Qu’entendez-vous par art médiatique?

Je veux parler des arts technologiques: l’électroacoustique, la vidéo, le théâtre musical, la publication de livres interactifs dans le genre «hypermédia» qui a été très populaire en Amérique du Nord, les CD-ROM. La première réalisation de cette société a été de créer le label de disques compacts empreintes DIGITALes qui se spécialise en électroacoustique. Cela n’existait pas et il nous a semblé indispensable de créer un type de rapport direct avec ce genre, un peu comme ECM l’a fait avec le jazz. Nos quatre premières réalisations couvrent déjà un éventail assez large du domaine électroacoustique avec Christian Calon qui est très musique concrète, Robert Normandeau qui l’est moins exclusivement puisqu’il emploie plus volontiers des sons de synthèse alors qu’Alain Thibault est tout à fait électro-instrumental, à la limite de l’électro-pop. Enfin, le quatrième disque sera consacré à 25 électro clips (pièces courtes de trois minutes) commandées à 25 compositeurs différents pour célébrer la tenue du festival «Montréal musiques actuelles».

Quelles sont les limites que vous vous étes imposées?

La règle première qui régit notre travail est de s’investir dans des projets qui nous tiennent à cœur. Les limites de la société seront déterminées par nos goûts et si les projets ne concernent pas l’électroacoustque, ils seront édités sous un autre nom.

Comptez-vous vous limiter aux compositeurs canadiens?

Dans l’absolu, non. Toutefois, au début, nous devrons nous y tenir par manque de moyens: les autorités canadiennes n’acceptant de subsidier que des compositeurs nationaux. Comme nous sommes encore trop tribunaires des aides gouvernementales, nous ne publierons, pour le moment, que des compositeurs canadiens.

Si un compositeur étranger obtient les subsides nécessaires, peut-il se faire produire chez vous?

Tout à fait, pour autant que le projet nous plaise.

Y-a-t-il des rapports entre la CÉC et vous?

Non, les seuls contacts que nous entretenons sont ceux que nous avons avec les compositeurs ou que nous pouvons avoir avec n’importe quel autre organisme.

Votre action se limite-t-elle à des compositeurs connus et reconnus ou bien envisagez-vous aussi, par exemple, de produire un CD qui reprendrait les meilleures œuvres d’étudiants durant une période de cinq ans afin de promouvoir ainsi de jeunes compositeurs?

Nous n’avons pas encore envisagé d’autres perspectives que celles citées plus haut: travailler avec un compositeur ou un concept, comme pour le CD Électro clips. Dans la même optique, nous travaillons sur un projet de pièces radiophoniques. Il ne peut y avoir qu’un thème fort pour que nous envisagions de rassembler plusieurs compositeurs sur un même CD. Afin de répondre plus précisément à la question, il est évident que nous sommes actuellement — j’insiste sur actuellement — encore trop tributaires des aides extérieures, ce qui explique que nous devons travailler avec des compositeurs connus. Mais, ceci est une exclusive qui tendra à disparaître au fur et à mesure du développement de notre indépendance financière.

Avez-vous des projets en coproduction?

Nous comptons produire, avec l’Ina-GRM, un double CD de Francis Dhomont: le concept est monté, il ne manque plus que les fonds.

Quels sont les rapports que vous entretenez avec d’autres maisons de productions?

Comme nous ne faisons concurrence à personne, nous ne pouvons avoir que de bons rapports avec les autres maisons, fructueux ou non. Toutefois, ceux-ci n’ont encore rien donné de concret par manque de temps. Le projet de coproduction avec l’Ina-GRM prouve que c’est possible et même souhaitable pour la diffusion mutuelle de nos productions. Nous sommes donc ouverts à toute collaboration sous fomme d’échanges de services (réseau de diffusion, fichier, etc). Nous collaborons avec une publication dont le premier numéro est sorti le mois dernier et qui s’intitule Leonardo Music Journal et nous sommes en relation directe avec une nouvelle revue de musicologie qui s’appelle Circuit. De cette manière, nous pourrons créer un réseau de producteurs car il est primordial, dans la situation où se trouve l’électroacoustique, de conjuguer les efforts fournis.

Votre rayon d’action en Amérique du Nord se cantonne-t-il au Canada?

Il y a un pré-circuit aux États-Unis. Le plus dur, dans notre domaine, concerne la diffusion. il est très simple de trouver un distributeur dans un pays étranger, mais il est difficile d’en trouver un «bon» dans ces mêmes pays étrangers; c’est-à-dire quelqu’un qui connaisse les endroits-clés pour diffuser notre produit et qui ne bloque pas la situation comme cela s’est déjà produit avec certaines petites marques qui ont été inclues dans des réseaux de distribution de grandes marques et qui pour des raisons de rentabilité, ont été mises au placard par ces mêmes grandes marques. Il existe, par exemple, une marque allemande disponible en France mais pas en Belgique car la marque de renom ne distribue pas celle-ci dans ce pays. Nous voulons éviter ce genre d’aberration et entrer en contact avec des petites firmes qui sont dans le méme cas que nous ou bien trouver un distributeur qui s’intéresse à notre projet.

Vous envisagez, comme le laissait supposer le début de notre entretien, la publication de livres… Qu’en est-il exactement?

DIFFUSION i MéDIA est, en effet, intéressé par la publication d’une série de livres. Exemple tout à fait imaginaire, Robert Normandeau travaille sur un texte pour sa thèse de doctorat: «Le cinéma pour l’oreille». Il n’est pas dit que nous ne soyions pas candidat à la publication de ce livre, qui serait complémentaire à notre travail sur l’électroacoustique. Nous comptons également — mais c’est encore à l’état de projet — publier des petits fascicules d’analyses destinés à la pédagogie. Dans cet optique, nous encodons des index dans nos disques compacts afin de pouvoir isoler des sous-sections dans une pièce et de pouvoir concentrer une analyse sur une petite partie d’une œuvre. Par exemple, dans le Concerto pour piano MIDI d’Alain Thibault, il y a trois mouvements mais aussi onze sous-sections repérées par des index.

Ces analyses seront-elles écrites par un analyste ou par les compositeurs?

Je pense que pour l’électroacoustique il est plus intéressant de le faire faire par le compositeur et je vois ces fascicules plus comme des indices que comme des analyses. Il est évident que nous introduirons les partitions d’écoute dans ces «indices». Il serait intéressant de créer des piles Hypercard représentatives du travail d’un compositeur et de les envoyer dans toutes les universités, ce qui constituerait un outil pédagogique intéressant pour les professeurs comme pour les étudiants qui benéficieraient ainsi de l’équivalent d’une démo pour un logiciel musical.

Les aides gouvernementales semblent importantes dans le fonctionnement d’empreintes DIGITALes, comment, dès lors, éviter le piège de la musique exclusivement canadiennne?

Ceci est une de nos préoccupations essentielles. Toutefois, a y a encore beaucoup de musiques québécoises et canadiennes qui méritent d’étre éditées en disques compacts. Nous avons cependant différents projets — avec un compositeur anglais notamment — mais il nous faut de l’argent et aussi du temps pour en trouver. En attendant des jours meilleurs, une des solutions permettant de pallier à ce problème est d’ouvrir les portes aux coproductions. Il faut multiplier les contacts, non seulement avec les sociétés de distributions, mais aussi avec les organismes de relations entre les pays francophones.

Quel rôle pourrait jouer votre société lors de l’organisation d’un festival d’électroacoustique au Canada, un peu celui des CD des lauréats du concours de Bourges par exemple?

Si nous avons les fonds, c’est envisageable puisque cela correspond à la notion de concept. Pour le moment, c’est impensable sur le plan financier, d’autant plus que ce genre de projet implique d’endosser l’activité d’un groupe qui ne partage pas nécessairement les mêmes politiques que les nôtres.

En tant qu’ancien Président de la CÉC, comment ressentez-vous les changements inhérents aux fonctions différentes effectuées dans votre nouveau travail?

Ce travail me pemmet de moduler mes énergies qui, à la CÉC, étaient diluées. Ce projet est privé, plus personnel, je n’ai plus à être démocratique ou représentatif d’une institution. À la présidence de la CÉC, je devais consacrer une énergie incroyable à consulter les gens et à les convaincre si le besoin s’en faisait sentir. Avec DIFFUSION i MéDIA, les décisions se prennent plus rapidement et doivent enthousiasmer les deux partenaires. Le travail est donc tout à fait différent, moins prestigieux peut-être, mais plus épanouissant car il me permet de réaliser plus rapidement des idées qui me tiennent à cœur.

Nos quatre premières réalisations couvrent déjà un éventail assez large du domaine électroacoustique…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.