La boutique des nouvelles musiques

Billet

Review

Normand Babin, Néomémoire, 25 juin 2020
lundi 29 juin 2020 Presse

Qu’est-ce que le rétro futurisme sinon une façon de voir le futur en tenant compte des acquis du passé? Dans Intoxidation, première composition partagée entre le compositeur Vergil Sharkya’ et la vocaliste expérimentale Sarah Albu, il y a beaucoup de datas ingérées et reprogrammées. On sent ici l’influence de la musique concrète et électroacoustique des débuts, celle des années 60. Mais on y trouve également des lignes vocales presque classiques, dans Mâchoire de sirène par exemple. Un sentiment de déjà vu, une madeleine qui nous ramène à l’époque où le futur était fabuleux et propre. Mais plus on avance dans l’écoute, plus on comprend que le travail des deux artistes va beaucoup plus loin. On y entend une relecture des classiques et un collage, comme en art visuel, de différentes matières sonores. Superposée en plusieurs couches, la palette sonore est d’une grande richesse. Le collage nous ramène à l’époque des surréalistes, et c’est justement aussi un peu de surréalisme qu’on entend dans cette musique; un surréalisme qui se retrouve même dans le titre de certaines pièces. Un surréalisme rétro futuriste? Tout à fait!

Dans coquillage radio vs. ancient sea receiver et récepteur de la mer antique vs. radioshell, les pistes 4 et 5, les artistes jouent un peu avec nous et nos oreilles. Difficile de dire s’il s’agit exactement des mêmes bandes présentées de façon différente, en passant d’une oreille à l’autre, en donnant plus de volume à une bande qu’à l’autre, mais ce petit tour de virtuosité fait forcément sourire, nous donne l’impression, vraie ou fausse, de comprendre ce qui se passe.

… merely a vehicle for the sauce est la pièce la plus ambitieuse de l’album. Ici Sarah Albu utilise toute la gamme de sons qu’une bouche puisse produire. La voix de Sarah Albu est remarquablement pure, elle utilise très peu de vibrato, une voix blanche qui tout à coup s’étrangle ou semble se diffracter. Ça va des arpèges chantés les plus purs et justes en passant par le miaulements, le bruits de vibration fait avec les lèvres, le chant de gorge, etc. L’entourage électronique sert surtout d’accompagnement et d’amplificateur. Voici donc ce à quoi pourrait ressembler un grand aria au XXIe siècle. Une pièce de virtuosité, un mini-drame où toute la technique et la sensibilité de la chanteuse sont mises à contribution. Une grande réussite tant au niveau compositionnel qu’au niveau de l’interprétation.

Voici donc un album avec un programme, un début, une fin, de vastes et grands moments et des moments plus drôles, un album où la grande complicité entre les deux artistes se transcende dans ces magnifiques chants.

Voici donc un album avec un programme, un début, une fin, de vastes et grands moments et des moments plus drôles, un album où la grande complicité entre les deux artistes se transcende dans ces magnifiques chants.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.