La boutique des nouvelles musiques

Billet

La preuve par neuf

Gabriel Vialle, La Marseillaise, no 13831, 23 mars 1991
samedi 23 mars 1991 Presse

Le Groupe de musique expérimentale de Marseille entretient avec le Québec des relations déjà anciennes. Des échanges de musiques et d’artistes — créateurs et interprètes — ont tissé, par—dessus l’Atlantique, des liens musicaux et amicaux. Depuis octobre, le GMEM accueille le Québécois Christian Calon, bien connu dans le monde de l’acousmatique, musique diffusée par appareils sonores. Un disque de lui a ouvert la collection du label québécois, empreintes DIGITALes seul éditeur d’Amérique du Nord spécialisé en électroacoustique. On notera que, par la publicité de ce label, La Marseillaise est connue des mélomanes de là-bas: ce cocorico, bien pâle à côté de celui des supporters de l’O.M. est flatteur pour notre journal…

Le concert de jeudi soir — salle Zino Francescatti: parfaite acoustique — était une occasion de rencontrer le Canada, à travers les œuvres de neuf compositeurs issus de trois villes (Montréal, Toronto et Vancouver) sortis du catalogue du label précité. Peu de Marseillais, au demeurant, ont su profiter de cette occasion…

Certaines de ces œuvres, tout droit sorties du disque Électro clips, sont brèves (3 minutes) mais n’en présentent pas moins un grand intérêt, justement par la contrainte qui a amené le compositeur à exprimer d’emblée sa personnalité ou son originalité, C’est le cas du Mi bémol d’Yves Daoust qui réalise une véritable polyphonie de sons, de formes, de sens. Même constatation pour Associations libresGilles Gobeil déchaîne ses intentions (bonnes et mauvaises) sur les sonorités d’une guitare qui n’en peut mais. Très beau travail sur le soufffle (le clip s’appelle Breathing Room — espace de respiration)—de Hildegard Westerkamp: un hymne à la vie par cette mise en évidence des rapports battements du cœur/respiration. Quant aux Les oiseaux de Bullion (Claude Schryer), ils déroulent leur «diptyque écologique» sous forme d’un montage précis de sons réels non traités.

La pièce d’Alain Thibault (8 minutes) crée autour de la voix de Pauline Vaillancourt une émouvante aura de poésie et de pureté. Le soleil et l’acier se veut «référence à la force des contrastes» et, effectivement, l’atmosphère presque irréelle de la partition vient du voisinage de la voix et d’une sorte de métallophone. Leur dialogue tend et détend en permanence la corde sonore d’une véritable «rencontre du troisième type».

Des deux autres pièces plus longues, qui terminaient chacune des deux parties du concert, on retiendra le superbe Minuit dont l’auteur Christian Calon nous a fait entendre de larges extraits. Hymne à la vie et refus de la mort et du néant, approche sans cesse plus pointue d’un calme et d’une sérénité contrariés par les soubresauts du monde et du «gaspillage illimité auquel la nature procède à l’encontre du désir de durer»: un long moment où quelques irruptions de la voix humaine, parlée, déconcertent l’auditeur plus qu’elles ne le rassurent.

De Robert Normandeau, Jeu paraissait bien long malgré la volonté d’explorer toutes les possibilites de sens du mot «jeu». Beau travail de traitement des sons, de montage et de contrastes mais une diffculté certaine à s’accrocher aux méandres de ce voyage.

Une fois de plus, et ce pour l’ensemble du programme, reste posée la question d’un travail plus poussé de mise en lumière, de mise en espace, de mise en scène de ces œuvres qui n’ont pas à leur service l’attrait d’une présence physique de l’interprète.

… parfaite acoustique…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.