actuellecd

Billet

Rencontre avec Jean Derome, l’homme qui joue avec les sons

Daniel Côté, Le Quotidien, 8 octobre 2021
mardi 2 novembre 2021 Presse

Dès l’âge de quatre ans, Jean Derome était fasciné par les sons. Il prenait plaisir à les découvrir et dès l’adolescence, marquée par ses débuts sur scène, ils sont devenus la grande affaire de sa vie. Les années ont passé, mais il suffit d’une conversation captée dans l’espace public pour relancer son intérêt. «J’aime imiter les gens qui parlent. Pour moi, c’est plus des sons que des mots», a-t-il expliqué vendredi midi, lors d’une rencontre tenue à la bibliothèque municipale de Chicoutimi.

Organisée par le Festival des musiques de création, elle avait pour but de cerner la démarche de ce musicien dans un cadre moins formel que celui d’un spectacle. Au même moment, à la bibliothèque municipale de Jonquière, le batteur Pierre Tanguay se livrait à un exercice similaire. Un bonheur n’arrivant jamais seul, lui et son camarade récidiveront le 9 octobre, sauf que les rôles seront inversés. Toujours à midi, Jean Derome ira à Jonquière et Pierre Tanguay à Chicoutimi (dans les deux cas, l’accès sera gratuit).

Pour illustrer son propos, Jean Derome avait apporté une flûte, le premier instrument dont il a joué. Peut-être était-ce sous l’influence de Ian Anderson, le leader de la formation Jethro Tull. Toujours est-il que le jeune Montréalais est devenu membre d’un groupe de rock progressif où, rapidement, il a constaté que sa flûte se perdait dans le mix. Autodidacte, il a également ressenti le besoin de combler des trous dans sa formation. «On me demandait des notes que je ne trouvais pas sur mon instrument», a relaté avec humour l’invité du festival.

Quelques interventions à la flûte ont permis au public d’en apprécier l’éventail expressif. Elle se faisait tantôt caressante, tantôt stridente, avec en prime un clin d’œil au Syrinx de Debussy. «Parce que les vents ont tendance à jouer en groupe, on ne fait pas beaucoup de solos. On préfère se marier à d’autres choses», raconte le musicien. Pas du genre à rester fidèle à un seul instrument, il a éprouvé le désir de maîtriser le saxophone, capable d’émettre des sons plus puissants.

«J’étais content parce que dans les années 1980, les groupes jouaient fort. Je passais mon temps à crier dans la flûte», se souvient Jean Derome. La palette de son nouvel instrument était large, ainsi qu’il l’a démontré en passant du jazz à une musique aux accents modernes, à l’intérieur de ce qui semblait constituer une improvisation. Comme un gamin démontant une voiture en tôle pour voir comment elle est faite, ce diable d’homme explore toutes les possibilités du saxophone, même les plus improbables.

Il en tire des chants d’oiseaux et des sons faisant penser à une porte qui grince, mais son vocabulaire s’est à nouveau enrichi par le truchement du cinéma. Voir des gens reproduire des sons en studio, afin de compléter une scène déjà tournée, lui a donné le goût de pratiquer l’art du collage. «C’est comme une conversation pendant laquelle le sujet change souvent. Il y a là-dedans un aspect de zapping», énonce le musicien.

Sur une table posée devant lui se déployait une partie de son coffre d’outils. Des ocarinas de dimensions variées, des guimbardes et beaucoup, beaucoup, d’appeaux. De quoi rendre un chasseur vert de jalousie. «Ces instruments sont très spécialisés. Ils font tous, très bien, une seule chose, affirme Jean Derome. Celui-là, par exemple, c’est pour jouer le lapin blessé afin d’attirer les prédateurs. Moi, par contre, je n’essaie pas d’imiter les animaux. Ce n’est pas mon objectif.»

N’empêche que les yeux fermés, on pouvait s’imaginer dans la jungle, croisant la route d’un éléphant surexcité, d’un oiseau particulièrement moqueur ou d’un rongeur émettant des cris aigus. De tels sons émaillent les compositions de Jean Derome. Ils font partie d’un corpus dont la richesse est inversement proportionnelle à sa notoriété, d’où l’intérêt d’une rencontre comme celle de vendredi. Grâce à ce contact avec le côté ludique de l’artiste, on ressent le désir de jeter un regard neuf sur son œuvre.

N’empêche que les yeux fermés, on pouvait s’imaginer dans la jungle, croisant la route d’un éléphant surexcité, d’un oiseau particulièrement moqueur ou d’un rongeur émettant des cris aigus.