actuellecd

Billet

Critique

Normand Babin, Néomémoire, 11 février 2021
vendredi 12 février 2021 Presse

Si l’art abstrait vous passionne, cet album est probablement pour vous. Les pièces de ce nouvel enregistrement du Quatuor Bozzini sont toutes du compositeur américain Alvin Lucier et ont toutes un concept simple et clair. La première pièce, Disappearances, consiste en un unison qui dure près de 17 minutes. Bien entendu, il y a des bifurcations, de petites excursions dans les quarts de tons, un unison pas toujours si uni. Si vous avez l’oreille fine, vous entendrez également les harmoniques. Mais ce qu’il faut souligner à grands traits c’est l’exécution de cette pièce dans une parfaite linéarité du son. Jamais on entendra un coup d’archet, jamais le son ne faibli ou ne s’amplifie. Une immense plage de son presque infinie, comme le serait une peinture en color field. On ne sait pas trop où ça commence, ni où ça finit. L’important réside dans l’expérience, le ressenti en écoutant ce champ de son vaste et plane de la même façon que la plus intéressante façon de voir une œuvre picturale abstraite est de se demander non pas ce qu’on comprend mais bien ce qu’on ressent.

Tout au long de cet album, les instrumentistes seront appelés à s’écarter sensiblement de leur technique habituelle pour devenir percussionnistes dans les deux Group Tapper. On tapote sur les instruments, on produit toutes sortes de bruits avec les archets et avec divers objets. Vers la fin du deuxième Group Tapper, on entend même un ballon rebondir. Les musiciens deviennent aussi chanteurs dans Unamuno. Ils chantent la note qu’ils jouent, créant du petits «accords» ou plutôt des grappes de quatre sons. Les sons tant à la voix qu’à l’instrument sont gardés jusqu’au début du prochain cluster. Très séduisante, cette œuvre brève rappelle vaguement les expérimentations de musiques ambiantes des années 80.

Le Quatuor Bozzini nous hypnotise et nous envoûte du début jusqu’à la fin de cet album. Un album qui devrait rayonner bien au-delà des publics habituels de la musique actuelle. L’œuvre d’Alvin Lucier est accessible, comme l’est par exemple celle de Steve Reich, et l’excellente interprétation qu’en fait le Quatuor Bozzini a tout ce qu’il faut pour devenir référentielle.

L’œuvre d’Alvin Lucier est accessible […] et l’excellente interprétation qu’en fait le Quatuor Bozzini a tout ce qu’il faut pour devenir référentielle.