La boutique des nouvelles musiques

Martin Tétreault Aussi dans la presse

La presse en parle

  • François Couture, AllMusic, 15 juin 2002
    … what he lost in sense of humor, he gained in harsh intensity.
  • François Couture, AllMusic, 1 juin 2002
    This cassette must be Martin Tétreault’s rarest album! Let’s just say this cassette presents Tétreault at his most irreverant.
  • Réjean Beaucage, Voir, 25 avril 2002
    … une densité impressionnante.
  • Jerome Maunsell, The Wire, no 219, 1 avril 2002
    … three turntablist masters join forces on this extraordinarily assured and coherent 27 minute live improvisation…
  • Serge Roy, Convergence, no 2:3, 1 novembre 2001
    … où que tu sois, tu es entourée de bruits, il y a toujours quelque chose qui te ramène là, tes toujours dedans.
  • Jérôme Langlais, Fear Drop, no 7, 1 avril 2001
    on jurerait parfois d’un travail électroacoustique d’exception.

Portrait: Martin Tétreault

François Couture, AllMusic, 15 juin 2002

In the late ’80s and early ’90s, Martin Tétreault was the quietest member of Ambiances Magnétiques, Montréal’s influential new music collective. He was providing strange turntable collages to the projects of his colleagues and released a couple of mind-boggling solo albums. When minimal techno and experimental electronica hit the museums at the turn of the millennium, he became the label’s biggest international name, multiplying collaborations with the likes of Otomo Yoshihide, Kevin Drumm, Xavier Charles, and Janek Schaefer. This career boom was accompanied by a stylistic shift from vinyl quotation to an approach of the turntable as a “pure” sonic device. In the process, what he lost in sense of humor, he gained in harsh intensity.

Tétreault has a background in fine arts. Much like the Czech radical artist Milan Knizak, he began to work with vinyl because paper led him to a dead-end. In 1984, for the first time he took an LP, cut it in half, flipped one piece over, pasted it back together, and played the result on a turntable. Tétreault continued to experiment at home, developing cutting and skipping techniques and collecting hundreds of cheap records he found at fleamarkets. Three or four years later, his next-door neighbor overheard his shenanigans. It was Ambiances Magnétiques guitarist André Duchesne, who quickly introduced Tétreault to his group of musician friends. Michel F Côté enrolled him in his ensemble Bruire. The turntablist’s first appearance on record can be found on the 1989 LP Le Bbarman a tort de sourire. He remained with the group throughout the 1990s and beyond. He also played with René Lussier, Jean Derome, and Diane Labrosse.

His first large-scale album, Des pas et des mois, came out in 1990. Then, besides the occasional Bruire album, Tétreault kept a rather low profile. Things changed in 1997-1998 when he began to let go of quotation and cut-ups to develop a more textural style that eventually saw him throw away the record to play the turntable itself, sticking the tone-arm in the motor, placing the needle directly on the platter, etc. These new developments were at the heart of his duo with René Lussier, introduced by the highly abstract and noisy Dur noyau dur in 1998. A participation to the Japanese project Four Focuses opened doors; so did a subsequent duo session with Yoshihide (21 Situations, 1999) and a solo CD for the Belgian label Audiophile (La nuit où j’ai dit non, 1998). By then, the turntable had become a trendy instrument of avant-garde expression and Tétreault embarked on a busy touring and recording schedule. In 2002, he curated the “Turntable Hell” tour (in England) financed by the Contemporary Music Network.

… what he lost in sense of humor, he gained in harsh intensity.

Review

François Couture, AllMusic, 1 juin 2002

This cassette must be Martin Tétreault’s rarest album. It came out in 1992, in Ambiances Magnétiques’ short-lived series “Archives Magnétiques,” in a limited edition of 250 copies. At the time the turntable wizard was still widely unknown outside the province of Quebec and had only one album to his credit (Des pas et des mois, 1990). In two continuous suites of 20 minutes each, Tétreault rummages through his record collection to find the weirdest pieces of pressed petroleum. Citations, strange confrontations, and medium destruction come together for pure enjoyment of the ears. In 1992, Tétreault had not yet pushed his art below the record to work in the turntable’s insides, but he was cutting up records to paste unrelated pieces together and using creative skipping techniques. In Snipettes, the cast of the original TV series Star Trek (Spock: “I have never heard anything quite like it”), a Time-Life collection on the space race, a muzak rendition of “South of the Border” and various records of classical and electronic music (including the infamous Perrey & Kingsley trilogy) form a twisted narrative. In “Morceaux Choisis” excerpts from self-help records (psychology, relaxation and such) provide a loose structure for noise-based improvisations and a feature for glued LPs. The narrative contents of this piece will be lost on English-speaking listeners, but the English samples and the type of humor found in Snipettes can appeal to a wider audience (even the non-experimental type). Let’s just say this cassette presents Tétreault at his most irreverant.

This cassette must be Martin Tétreault’s rarest album! Let’s just say this cassette presents Tétreault at his most irreverant.

Invisible Architecture #1

Réjean Beaucage, Voir, 25 avril 2002

Drôle d’objet que celui-là. Un boîtier démesuré («super jewel box») qui ne contient qu’un disque compact et aucun livret d’information. Sur le disque, une seule pièce, de 27 minutes, mais d’une densité impressionnante. On a affaire ici à trois platinistes bien différents: Philip Jeck se sert de citations en boucle ou avec variations de vitesse; Martin Tétreault n’utilise pas de disques, mais toute les ressources du pick-up sont mises à contribution; et Otomo Yoshihide recourt à différents appareillages électroniques aux bruitages variés. Il est surprenant de penser qu’il s’agit d’une improvisation tant la construction et les échanges sont clairs.

… une densité impressionnante.

Invisible Architecture #1

Jerome Maunsell, The Wire, no 219, 1 avril 2002

Converging on Brussels from the UK, Japan and Canada, three turntablist masters join forces on this extraordinarily assured and coherent 27 minute live improvisation, recorded in July 2000. The most immediately strange thing about it is how rarely you hear the sound of vinyl and needles. Indeed, much of it is closer in spirit to contemporary electronica and laptop improvisation. Some harsh reminders of where these noises are sourced do crop up in the form of intermittent scratching and varispeed textures, but these few are so rigorously controlled that they come as quite a jolt. The array of loops and sounds on offer here makes you want to chuck out your computer and invest in a battered old Dansette - or, as Philip Jeck once famously did, 180 of them.

Judging from their differing approaches to deck manipulation, presumably Jeck supplies the many queasy loops that form the bedrock to Invisible Architecture: a whole series of shifting textures and grainy landscapes.The signature moves of Martin Tétreault and Otomo Yoshihide, meanwhile, are ever-evolving. In recent years, they have both gone beyond using turntables as a hands-on, primitive form of sampler for jagged musical quotation, and have fashioned a purer approach. Delving into the guts of their instruments, using everything from prepared records to the whir and hum of the belt drive, they have unearthed a whole heap of fresh sonic material. While virtuoso HipHop DJs take sonic collage, jumpcuts and dexterity to new heights, Jeck, Yoshihide and Tétreault are forming a divergent, original aesthetic.

Filmic, speckled Ambient washes open the piece, redolent of hazy childhood afternoons and cinefilms a la Boards Of Canada. Analogue oscillations pierce through, along with something like the squeaking of boats rubbing against a quay. With an organic, swelling pace, we then charge through percussive thumps and match fizes, insectile swarms, roughly chugging trains, delayed vocal snippets, bouts of machine noise, rusty guitar licks, squealing drones, pastoral flutes, belching feedback and the occasional spasm of sped-up vinyl. Gregorian chants over a whole blast of varispeed noise form a climax, before things end on an uneasy note with interrupted orchestral stabs punctuating an increasingly disturbing silence.

… three turntablist masters join forces on this extraordinarily assured and coherent 27 minute live improvisation…

Martin Tétreault i8U moi non plus

Serge Roy, Convergence, no 2:3, 1 novembre 2001

Martin Tétreault et i8u se sont croisés il y a quelques mois lors d’une soirée organisée par Francisco López au Silophone. Poursuivant leur carrière respective, les deux bruiteurs-musiciens-compositeurs comptent bien unir leur talent sur scène et sur disque. Nous les avons rencontré à Mutek 2001. C’était leur première vraie prestation en duo.

D’abord formé en arts plastiques, Martin Tétreault s’est découvert une passion pour les tourne-disques en 1984 en s’amusant à casser des disques vinyles en deux, à les rescotcher l’envers et les faire jouer sur son pick-up. Bruiteur, manipulateur de tourne-disques et compositeur, Martin Tétreault est associé au courant de musique improvisée, de musique actuelle montréalaise et plus particulièrement au collectif Ambiances Magnétiques. Il a accompagné, en spectacle et sur disques, plusieurs autres artistes de ce collectif: Michel F Côté, Joane Hétu, Diane Labrosse… Ces dernières années, il a entrepris une carrière solo, qui l’a amenée dans plusieurs festivals de part et d’autre de l’Atlantique.

i8u a suivi un parcours plus traditionnel. Ayant d’abord reçu une formation en musique classique, elle s’est ensuite tournée vers la musique blues, voie qu’elle aurait sans doute poursuivie si le hasard n’eut pas mis David Kristian sur son chemin. Curieuse de nature, elle s’est lancée dans la musique électronique sur l’invitation de David Kristian, comme ça, juste pour voir… «J’ai réalisé que c’était une musique qui était très naturelle pour moi. Ce changement très drastique pour moi a marqué une sorte de coupure radicale. Il a fallu que j’entreprenne tout un cheminement, que je désapprenne ce que j’avais acquis en musique traditionnelle (structure musicale, mélodie, rythmes…) pour approcher cette nouvelle musique sans idées préconçues.»

Les deux artistes ont un point en commun: ils créent de la musique électronique à partir de diverses sources analogiques et numériques qu’ils échantillonnent, tripatouillent, remodèlent. Martin ne sort jamais sans son tourne-disques, mais ne trimbale presque jamais de disques. «Ces temps-ci, racontent-il, j’utilise beaucoup ce vieux tourne disques auquel j’ai rajouté deux bras de lecture pour que ça soit plus dynamique et qu’il y ait encore plus de possibilités sonores. Tous les sons sont générés par le moteur. Les bruits viennent du moteur, de l’intérieur de l’appareil. C’est un travail au niveau de l’électricité comme tel, des buzz électriques. Les sources issues de ce matériel sont branchées à un vieux synthétiseur Rolland, ce qui me permet de moduler les différentes entrées audio. Avec des pédales de volume, de distorsion et de délai, je contrôle le tout sans nécessairement devoir passer par la console.» La musique de Martin est donc plus «électrique», qu’«électronique», du fait qu’il utilise des sources analogiques, qu’il gonfle les fréquences, amplifie le ground, les mauvaises prises à la terre. Il produit et traite les bruits parasitaires que les musiciens traditionnels s’évertuent à éliminer.

Elle, en concert, trimballe notamment un synthetiseur Emu Morpheus, un synthétiseur Korg ES-1, et un lecteur de mini-disques sur lequel elle a préenregistré des sons qu’elle traite ensuite en direct. Elle fabrique et échantillonne des sons provenant de diverses sources, obtenus directement de l’ordinateur. «Je fais une espèce de jam avec l’ordinateur, j’enregistre ça et selon ce que Martin me fait jouer durant notre set, j’introduis mon matériel. Je passe le plus clair de mon temps à programmer des sons, à trouver de nouvelles manières de les fignoler.»

Sur scène, le duo laisse une grande place à l’improvisation. «En répétition et à force de jouer ensemble, on a délimité la palette de sons de chacun et fixé la gamme à partir de laquelle on veut travailler, explique Martin. Après, ça devient trés mécanique; on réarrange différemment ces sons-là, qui évoluent, selon l’esthétique sonore qu’on a choisi.» L’ambiance du moment influence bien évidemment la prestation. «L’envoûtement que le public peut avoir lors de la performance, c’est important pour nous, explique i8u. Il faut impliquer l’audience dans le processus et non pas se contenter d’être l’artiste qui présente devant les gens qui écoutent. On recherche cette interaction, ça nous alimente.» À Mutek, incidemment, les artistes semblaient très préoccupés par la configuration de la salle. Contrairement à la plupart des autres concerts du festival, ils étaient installés derrière la salle, devant les techniciens de son.

«La musique qu’on fait, commente Martin, découle la plupart du temps du mouvement de la musique improvisée, mais elle n’est pas créée avec les mêmes outils, à savoir un ordinateur portatif et des logiciels. Le résultat sonore peut donc sembler différent de ce qu’on entend à Mutek (et lors d’autres festivals de musique dite électronique). Dans le fond, le projet qu’on fait ensemble pourrait aussi bien avoir lieu au Festival de musique actuelle de Victo. Le fait qu’il se soit retrouvé dans la programmation de Mutek prouve que finalement il y a des ponts entre ces différents créneaux.»

Tant mieux pour les deux artistes si les occasions et lieux de diffusion de leur musique se multiplient. Car au demeurant, le quotidien n’est pas toujours facile pour ces deux-là qui préfèrent l’expérimental au commercial. «On ne fait pas du pop, on est loin de la musique commerciale, de Britrey Spears et compagnie, dit i8u. Créer de la musique, c’est une mentalité, ça devient un mode de vie. Tu deviens tellement obsédé par ton travail; où que tu sois, tu es entourée de bruits, il y a toujours quelque chose qui te ramène là, tes toujours dedans. Ça m’est peut-être personnel, mais je suis connectée 24 heures sur 24.»

Martin, lui, a la chance d’avoir un grand réseau de collaborateurs et de jouer plus souvent. Il travaille régulièrement comme musicien invité, ici et en Europe, «Pour l’instant, je fais souvent des allers-retours en Europe pour jouer dans différents festivals, en solo ou en duo avec d’autres musiciens de partout dans le monde; des Français, des Japonais, des Belges… Si je n’avais pas de tournée en Europe, et si on ne faisait pas appel à moi ici pour de la musique de film, de théâtre ou de danse, je ne pourrais pas vivre de mon métier.»

i8u et Martin Tétreault n’ont pas officiellement formé un duo, mais le plaisir qu’ils ont à jouer ensemble les amènera surement vers d’autres collaborations. D’ici là et en attendant leur prochaine sortie, les amateurs du genre peuvent commander les albums solos des deux artistes sur le site d’i8u et d’Amblances Magnétiques. Pour découvrir la résonance des deux univers, il faut se procurer une pièce rare: un album artisanal enregistré par les deux artistes lors d’un atelier de travail les 11 et 12 janvier.

… où que tu sois, tu es entourée de bruits, il y a toujours quelque chose qui te ramène là, tes toujours dedans.

Critique

Jérôme Langlais, Fear Drop, no 7, 1 avril 2001

Improvisateurs québécois astucieux, Lussier et Tétreault — respectivement guitariste et platiniste — n’en sont pas à leur première collaboration et officient depuis de longues années au sein du collectif Ambiances magnétiques. Issues de sessions prises live en 97, ces pièces dures évoquent une rencontre totalement libre et saccadée des cordes et de (souvent courtes) séquences sonores issues des platines et radios de Tétreault. Lussier utilise tous les détails de ses instruments, du grattage ludique au récurage nerveux tandis que Tétreault pique son interlocuteur d’assauts fourbes (la fausse politesse dans Enrayure) et racleurs qui provoquent des demangeaisons dans le conduit auditif. Les accalmies arrivent à point nomme pour souffer un peu (le gris et bien nomme Sépulture) avant les nouveaux craquements, les nouvelles nodosités et un final dissonant. Si l’on n’avait conscience du tout joue sans fioritures de ces 21 morsures, on jurerait parfois (surtout sur la partie Prise de terre) d’un travail électroacoustique d’exception. Tous les mots choisis dans le livret définissent parfaitement ce disque en Ure. Lire l’excellente interview de Tétreault dans Revue & Corrigée n40

on jurerait parfois d’un travail électroacoustique d’exception.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.