La boutique des nouvelles musiques

Martin Tétreault Aussi dans la presse

La presse en parle

Review

Byron Coley, Exclaim!, 17 mai 2015

Trends in avant-turntabling have come a long way since Christian Marclay began using vinyl as an element with Bachelors, even back in 1980. Where the technique once relied on large gestures and the sonic qualities of vinyl itself as cornerstones, the current approach is far more subtle and nuanced. This quartet featured two of the form’s best practitioners — Montreal polymath Martin Tétreault and Vienna’s Dieb 13, along with Austrian trumpeter Franz Hautzinger and France’s Isabelle Duthoit on clarinet and vocals.

As with much current Austrian music, the volume for most of the performance was very low: small events of voice and breath-through-trumpet, matched with minimally treated electronics using turntables as their sound source. Several passages were much more aggressive and loud, especially after Duthoit started playing clarinet, but the feel was very much in line with chamber music of futuristic design. The group played one long piece, “where is the sun,” with machine clicks providing whatever rhythm existed, and the highly tamped melodies were only occasionally pierced by instrumental or vocal shrieks.

It was riveting stuff, in the most abstract way.

It was riveting stuff, in the most abstract way.

Du bruit à la musique

Laure Henri-Garand, Le Délit français, 16 mars 2010

Le 10 mars dernier, le Goethe-Institut accueillait les Productions SuperMusiques, en collaboration avec la Saison Le Vivier et la maison de Disques DAME, pour un double lancement d’album de musique actuelle.

D’emblée, le concert s’annonçait intime: les quelques soixantedix sièges de la salle McLaren du Goethe-Institut, coin Sherbrooke et Saint-Denis, étaient occupés aux trois quarts quelques minutes seulement avant le début du concert. Un public d’initiés, à en juger par les conversations autour de moi –voilà ce qui arrive lorsqu’on se rend seule à un concert de musique actuelle– qui donnaient l’impression que tous se connaissaient. Intime aussi, la courte présentation de Danielle Palardy Roger, directrice musicale et artistique des Productions SuperMusiques, qui semblait s’adresser à des amis plutôt qu’à un public d’étrangers. Exit les grands discours, c’est la musique qui est à l’honneur ici, une musique qui défie toutes conventions et qui s’inscrit bien au-delà de l’expérience d’écoute traditionnelle. Car voilà le mandat de cet organisme à but non lucratif, fondé en 1979 par trois musiciennes (D. Palardy Roger, J. Hétu, D. Labrosse) aux parcours éclectiques: «promouvoir des musiques créées sans souci du commerce, des modes en vigueur ou des conventions académiques».

Divisé en deux parties, le concert faisait figure de lancement pour les deux ensembles invités, Nous perçons les oreilles, une formation composée de Jean Derome et Joane Hétu (aussi codirectrice des Productions SuperMusiques), ainsi que le duo formé par Ignaz Schick et Martin Tétreault.

Sans cérémonie, Derome et Hétu se sont installés sur la petite scène qui sert normalement de salle de cinéma pour interpréter l’intégrale de leur troisième album, Shaman, une pièce en douze sections d’une trentaine de minutes. Les deux musiciens, qui ont chacun un parcours musical impressionnant, utilisent en plus de leurs instruments respectifs (saxophones, flûte et voix) tout un éventail d’objets-instruments, permettant ainsi une combinaison de textures sonores que viennent mettre en valeur une écoute et une virtuosité évidente. Résultat: une ambiance étrange, faite de couinements et de clapotis presque surréalistes, dans laquelle les concepts musicaux traditionnels –harmonies, gammes, formes, etc.– sont complètements transformés, voire évacués.

Pour la deuxième partie, Ignaz Schick et Martin Tétreault avaient installé leurs tables tournantes (sans disques), ordinateurs portables et autres objets disparates sur deux longues tables au fond de la scène. Plus sobre, le duo a interprété quelques extraits de son dernier album, Live • 33 • 45 • 78, dans lequel il combine des matériaux bruts (bois, métal, plastique, papier…) à l’utilisation novatrice de la table tournante. Schick, qui vit à Berlin, et Tétreault, un montréalais, sont deux habitués de la scène électronique et ont chacun à leur actif un nombre impressionnant de contributions à divers groupes et festivals. Leur musique, pratiquement indescriptible, oscille entre le bruitisme et la musique d’ambiance, tantôt chaotique, tantôt syncopée, mais cherchant toujours visiblement à s’éloigner de tout terrain connu.

Malgré une expérience tout à fait intéressante, ce serait mentir que d’affirmer que ce type de musique est accessible à tous. En l’absence des repères traditionnellement associés à la musique (mélodie, rythme) l’auditeur non-initié se retrouve perdu. Et pourtant, l’expérience est enrichissante: elle impose une écoute nouvelle, et place l’auditeur hors du confort du système tonal et harmonique traditionnel. C’est, on en convient, le propre de la musique expérimentale.

… l’expérience est enrichissante: elle impose une écoute nouvelle, et place l’auditeur hors du confort du système tonal et harmonique traditionnel.

Le goût du risque

Patrick Gauthier, Rue Frontenac, 13 mars 2010

À la belle époque des disques de vinyle et des tourne-disques, il fallait prendre un soin fou de ces galettes de plastique noir et de cette minuscule pointe de diamant qui transmettait les vibrations des sillons. Depuis 25 ans, Martin Tétreault prend un malin plaisir à trafiquer les premières et à torturer la seconde. Bienvenue dans le monde d’un véritable iconoclaste, d’un créateur unique.

Il y a un joyeux bric-à-brac dans l’appartement que Martin Tétreault occupe dans le quartier Centre-Sud de Montréal depuis une quinzaine d’années.

Des piles de disques, des mètres de fils de toutes sortes, plusieurs platines et différents appareils électroniques remplissent la pièce à l’arrière qui lui sert de studio «sonore».

Au bout du couloir, une tempête semble avoir traversé la pièce qui sert de studio «visuel» à Martin Tétreault. Le sol est jonché de pochettes de disques et de petits tableaux peints par des amateurs, matériau de base d’une exposition complètement déjantée sur laquelle l’artiste planche.

Si ces deux pièces sont séparées d’une dizaine de mètres, leurs contenus cohabitent en parfaite symbiose dans la tête de l’artiste. Pour lui, le son et la lumière ne sont que deux variations du même langage. Et ces variations illustrent également une seule et unique fascination pour le disque.

Cercle noir

Si, depuis un quart de siècle, Martin Tétreault voue un véritable culte au disque, sa fascination fut d’abord pour l’objet plutôt que pour son contenu. La forme annonçait le fond.

«Pour moi, un disque, c’était un cercle noir, dit l’artiste, sur la table duquel traîne le Points et lignes sur plan de Kandinsky. Un disque que j’ai coupé en deux, puis recollé en inversant les côtés. En remettant le disque sur une table-tournante, le discours narratif de l’objet (pour l’anecdote, ce premier disque trafiqué par Martin Tétreault fut Travelling Guitars, par Larry and Lenore…) est réapparu.»

C’est donc un peu par curiosité, presque par accident, si cet étudiant en arts s’est intéressé au «son» d’un disque trafiqué. Déjà fou de musique expérimentale — adolescent, il faisait régulièrement l’aller-retour Saint-Jean—Montréal pour aller entendre Jean Derome —, il a voulu jouer avec la signature visuelle de l’objet-disque avant d’en triturer le contenu.

Mais la richesse sonore du disque trafiqué s’est bien vite imposée, et les possibilités de ce nouveau langage se sont avérées illimitées. Aujourd’hui, sa fascination «visuelle» pour l’objet-disque s’est déplacée vers la pochette. L’objet-disque est maintenant une source d’expériences sonores inédites.

«Ça me permet de créer des groupes qui n’existent pas», explique-t-il, se souvenant de son excitation lorsqu’il a créé l’un de ces premiers groupes en collant trois disques: «Un de Ravi Shankar, un disque du Chœur de l’Armée rouge et finalement un disque de piano honky tonk! J’entendais ce groupe improbable et je voyais ce que ça donnerait sur scène.»

Heureux accidents

Mais les collages sonores ne donnent pas toujours les résultats escomptés. «L’accident est important», concède Tétreault.

Depuis ces premières expérimentations, au début des années 1980, il multiplie donc les tentatives, cherchant à créer ces «heureux accidents».

Pendant l’entrevue, il nous fait d’ailleurs une petite démonstration en spinnant un disque constitué de quatre parties distinctes, quatre morceaux d’autant de disques de musique classique qui, une fois scotchés, deviennent une œuvre unique, inédite.

«J’aime le risque», admet-il quand on lui fait remarquer que ses collages ne doivent pas toujours donner des résultats probants.

«Et je trouve que la musique manque de risque», poursuit ce fan de Prince qui cite, au cours de l’entrevue, Cage et Zorn, bien sûr, mais aussi Radiohead et… Barbra Streisand. «J’aime ça me casser la gueule, surtout en solo. J’aime quand le public sent que je m’enferme dans un coin et ne sait pas comment je vais m’en sortir…»

Plasticien sonore

Le bric-à-brac qui occupe au moins deux des pièces de son appartement illustre bien le penchant de Martin Tétreault pour la récupération. Car à son désir de réinventer l’objet-disque s’ajoute une véritable préoccupation ethno-écologique.

Le principal intéressé admet sans gêne son côté «patenteux», mais il lui donne une valeur artistique, voire philosophique: «Je redonne du sens à des objets culturels qui n’ont plus de signification.»

Il pousse aujourd’hui ses recherches encore plus loin, délaissant le collage de disques pour expérimenter avec des textures. Il couche donc sur ses platines des disques de bois, de carton, de papier gaufré, de mack tack… Comme si l’artiste visuel, intéressé par la texture des matériaux, nourrissait le DJ.

DJ, créateur, recycleur, patenteux, bruitiste, platiniste, joueur de tables tournantes, compositeur… Quand, après une bonne heure d’interview, on demande à Martin Tétreault quelle appellation il préfère, qu’on le voit hésiter et qu’on lui suggère «plasticien sonore», son œil s’allume et un grand sourire espiègle fait son apparition.

«Tiens, tiens, j’avais jamais pensé à celle-là!» On a bien l’impression que l’appellation va rester…

Au plus près du gouffre

Concentré sur son mixeur, accentuant les graves ici, mettant un effet là, Martin Tétreault est complètement habité par le son.

Lorsque l’aiguille quitte la surface noire pour gratter le carton au centre du disque, provoquant un son irritant, l’expérience continue pour ce défricheur. Mais elle achève: «On ne peut pas aller plus loin, dit soudainement Tétreault. Plus loin, on tombe dans le trou!»

L’art selon Martin Tétreault, c’est ça: s’approcher au plus près du gouffre. Faire le funambule sur une corniche qui surplombe le vide. Flirter avec le désastre. Avoir le goût du risque.

Martin Tétreault vient de faire paraître un disque en duo avec le platiniste berlinois Ignaz SchickLive 33 45 78 — et multipliera les apparitions, seul ou avec ses partenaires, ce printemps.

Bienvenue dans le monde d’un véritable iconoclaste, d’un créateur unique.

Live Reviews: Festival international de musique actuelle de Victoriaville

Mike Chamberlain, Signal to Noise, no 51, 1 septembre 2008

While the 2008 edition marked the 25th anniversary of the Festival international de musique actuelle de Victoriaville, and while the festival grid looked, in some respects, like a tribute to certain mainstays of the festival that’s not quite the way that Victo’s director, Michel Levasseur, set out to put the milestone program together. The 25th anniversary nonetheless has a resonance for many people, Levasseur found. “You can’t hide the reality of this history,” he said in an interview before the festival. “Some people have 25 years of marriage. Some people think of where they were 25 years ago. Some of our audience weren’t even born then. […]”

And there was, in fact, a certain symmetry to the lineup, with Jean Derome et les Dangereux Zhoms + 7 and John Zorn’s project The Dreamers opening the festival at 8 and 10 pm respectively. Both Derome and an expanded lineup of Les Dangereux Zhoms and Zorn’s Dreamers delivered performances that demonstrated that their leaders were still making interesting, relevant music. Les Dangereux Zhoms did two pieces. The first, Traquen’Art, was first performed late last year in homage to the Montréal production company of the same name, while the second, Plateforme, was a premiere, written in tribute Levasseur’s creation and life work. With the lineup expanded to include the voice of Joane Hétu, the reeds of Lori Freedman, and the turntable of Martin Tétreault, among others, the two compositions encompassed a wide palette that drew together almost everything Derome has done over the past thirty years. Ranging from delicate interplay between voice, violin and viola to full-on collective improvisation with screeching guitar and muted trombone pyrotechnics, the music exploded generic considerations in the best Victo tradition. […]

A lot of festival-goers skip the midnight shows, but this year’s edition featured two of the best I have seen in a decade of attending the festival, the Friendly Rich Show on Thursday and Michel F Côté’s post-rock soul sextet (juste) Claudette on Sunday. […] While the collective intrigue of the three Thursday concerts were hard to match, there was much to savor over the weekend. Among these […] the premiere performance by the trio of René Lussier, Martin Tétreault and Otomo Yoshihide, whose nakedly human endeavors to improvise as a trio had to overcome their long histories of playing with one another in duos, the results demonstrating both the promise and the pitfalls of improvised music.

Barnyard Drama (Suoni / L’Off Festival)

David Ryshpan, Panpot, 3 juillet 2008

… The evening started off with Philippe Lauzier and Pierre-Yves Martel of Quartetski, turntablist Martin Tétreault and Norwegian guitarist Kim Myhr in three quiet and textural improvisations. The set started with Lauzier playing his alto saxophone with a plunger mute affixed on his bell, creating a muffled and distant sound. The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive. It was difficult to determine where the sounds were coming from. Martel, unamplified, would bow furiously, unleashing streams of harmonics, and even thump his bow against the body of the instrument. Myhr and Lauzier used their instruments more as resonators for external objects and vocalizations. Myhr many times moved a spinning toy across the body of his classical guitar, which he alternately played lying flat on his lap or in normal playing position. Lauzier also played bass clarinet, emphasizing the overtones of the instrument, and pulled out a plastic tube through which he circular breathed. At that moment, with Lauzier playing the tube, the whole group combined to sound like a massive vacuum cleaner, or that noisy radiator from down the hall — a sound full of airy noise, feedback and harmonics…

The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive.

Autres textes

Downtown Music Gallery, The Wire no 207

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.