actuellecd

Cléo Palacio-Quintin

Nouveautés en bref

Cléo Palacio-Quintin, Circuit, no 26:1, 23 mars 2016

Très réputé pour ses grands talents d’improvisateur, nous oublions parfois à quel point Jean Derome, multi-instrumentiste souffleur et manipulateur d’objets sonores, est aussi et surtout un compositeur prolifique. Ayant reçu en 2013 la prestigieuse Bourse de carrière décernée par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), l’incommensurable musicien en a profité pour revisiter son œuvre afin d’offrir au public une rétrospective de ses 45 années de métier. Une multitude de concerts présentent les musiques éclectiques du créateur pendant la saison artistique 2015-16 dans le cadre de l’Année Jean Derome, événement lancé lors de l’ouverture du 31e Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) en mai 2015 avec la création de Résistances (œuvre pour 20 musiciens conçue autour du thème de l’électricité). Ce disque de Musiques de chambres, enregistré en 2014, est une belle réalisation de cette rétrospective, puisqu’il présente chronologiquement dix ans de créations à travers sept œuvres commandées dans différents contextes (d’où le «chambres» au pluriel). Les commanditaires et lieux de création en disent déjà beaucoup sur la richesse hétéroclite de l’œuvre de Derome.

Pour célébrer l’ouverture du Musée d’art contemporain de Montréal en 1992, le Nouvel ensemble moderne (NEM) et la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) créaient Cinq études pour Figures (1992). Ces cinq «Jeux»«d’épreuves», «d’orgues», «d’enfant», «de miroirs», «d’un piston» — pour saxophone soprano, trompette, piano, contrebasse, batterie et marimba illustrent à merveille l’univers musical inventif et ludique du compositeur. Les cheminées (1997), œuvre en quatre mouvements composée pour l’Ensemble de flûtes Alizé (huit flûtes) avait quant à elle été créée aux Foufounes électriques dans une production de Codes d’accès en 1997, accompagnée alors d’une bande vidéo de Boris Firquet. En 2000, Innovations en concert commande une pièce solo pour le clarinettiste torontois Bob Stevenson. Les musiciens souhaitant jouer ensemble lors du concert de création, la pièce devient finalement un duo avec Derome au saxophone et à la flûte basse. Ici interprétée avec Lori Freedman aux clarinettes, la pièce Les jumeaux (2000) consiste — à peu de choses près — en une seule grande ligne mélodique jouée à l’unisson par les deux instrumentistes. Le fondu des timbres et la précision rythmique implacable des interprètes créent des textures colorées réjouissantes en parfaite symbiose et la mélodie fringante du 2e mouvement est enrichie de quelques envolées solistes. Saint Irascible et le papillon (2003) est, comme le sous-titre l’indique, un Portrait de Norman Bethune en 5 tableaux (et un rappel) composé à la requête de Bradyworks pour André Leroux au saxophone ténor et Philip Hornsey aux percussions. Malgré certains mouvements aux titres sombres (Irascible, Mort en sursis, Saint Martyr), la musique de Derome demeure toujours pleine de vivacité dans ce savant mélange de saxophone — parfois un peu jazzé — et de percussions ensoleillées. Lori Freedman réapparaît, toujours aussi convaincante, dans un solo pour clarinette basse qu’elle a commandé en 2005: Oiseau-lyre (flanqué d’une colonnade). Le disque se termine avec le quatuor de saxophone Quasar, dans une œuvre de 2012 créée aux Rencontres de musiques spontanées de Rimouski. Le titre (Rouge), et surtout le sous-titre du 3e mouvement Carré (rouge), nous laissent deviner que Derome a été inspiré des événements du «printemps érable» qui ont secoué le Québec cette année-là.

Avec ce disque, Jean Derome nous permet de découvrir ou redécouvrir ses Musiques de chambres, toujours actuelles et ancrées dans une pratique artistique vivante et tentaculaire. Les œuvres, aux titres évocateurs et aux formes en plusieurs courts mouvements (toutes les pièces comportent de trois à six mouvements de durées de une à quatre minutes, à l’exception des Jumeaux qui compte deux mouvements d’environ huit minutes chacun), incarnent toujours un esprit vif et souriant, tout comme leur compositeur. Les interprétations éloquentes des solistes et ensembles ainsi que la prise de son irréprochable permettent à ces musiques de communiquer sans équivoque leur précieuse «joie de vivre», trait marquant du compositeur et de son œuvre. Il ne nous reste qu’à souhaiter que Jean Derome continue de créer pendant encore 45 ans!

Les interprétations éloquentes des solistes et ensembles ainsi que la prise de son irréprochable permettent à ces musiques de communiquer sans équivoque leur précieuse «joie de vivre», trait marquant du compositeur et de son œuvre.

Critique

Cléo Palacio-Quintin, Circuit, no 25:2, 24 août 2015

Le groupe Quartetski1 est composé non pas de quatre membres, comme son nom le laisse entendre, mais bien de cinq musiciens tous très actifs sur les scènes de musique actuelle, autant au Québec qu’à l’étranger: Isaiah Ceccarelli (batterie), Bernard Falaise (guitare électrique), Philippe Lauzier (clarinette basse et saxophone soprano), Pierre-Yves Martel (viole de gambe et objets divers) et Joshua Zubot (violon) 2. Sous la direction musicale de Pierre-Yves Martel, qui élabore leurs orchestrations depuis 2007, cet ensemble d’improvisateurs aguerris s’attaque à des œuvres du répertoire en les réinventant avec leurs sonorités originales, tout en respectant l’esprit des créateurs.

Après s’être frotté avec succès aux musiques de Sergueï Prokofiev, Duke Ellington, Erik Satie, Henry Purcell, Tobias Hume et John Cage, c’est à la demande du Festival Montréal/Nouvelles Musiques3 (MNM) que Martel a osé se lancer dans une adaptation du fameux Sacre, à l’occasion du centenaire de la création de l’œuvre. Le défi était de taille pour parvenir à conserver l’essence de cette œuvre symphonique historiquement marquante en la réinterprétant dans le contexte d’un ensemble de cinq musiciens, mais Quartetski s’est prêté au jeu avec brio, et le résultat est éloquent.

Les principaux thèmes mélodiques sont bien reconnaissables et savamment intégrés dans des textures électroacoustiques et instrumentales improvisées. Martel a brillamment réussi à réorchestrer les passages les mieux connus en gardant l’essentiel, et ceux-ci nous apparaissent tout aussi envoûtants que dans la version originale. Parmi ces fameux motifs et rythmes tirés de l’œuvre de Stravinsky s’imbriquent des passages plus libres qui se fondent naturellement, et nous emportent ailleurs, dans des sonorités plus actuelles, frôlant même parfois le rock, tout en demeurant ancrés dans l’esprit de ce Sacre mythique.

On revisite ainsi l’œuvre de Stravinsky dans une écoute renouvelée et vivifiante, dans laquelle les improvisateurs créent de nouveaux espaces d’improvisation où ils mettent en évidence leur propre langage et virtuosité, toujours sans dénaturer l’âme du Sacre et son énergie tellurique. Ce disque s’est d’ailleurs retrouvé finaliste pour le prix Opus du Disque de l’année — musiques moderne, contemporaine, pour la saison artistique 2013-2014.

Depuis cette parution sur cd, le groupe s’est aussi attaqué à l’œuvre pour piano Mikrokosmos de Bartók. On peut d’ailleurs en entendre des extraits en concert sur la nouvelle plateforme La fabrique culturelle.tv4. Un enregistrement sur disque paraîtra également sur l’étiquette DAME/Ambiances Magnétiques d’ici la fin de 2015… à surveiller!

Notes

  1. Pour plus d’informations sur l’ensemble, voir: www.quartetski.com (consulté le 27 mai 2015).
  2. Les musiciens Amy Horvey (trompette) et Miles Perkin (contrebasse) ont aussi contribué à certains projets du groupe, mais les cinq membres ici nommés sont ceux ayant participé au disque, mais également aux plus récents projets de l’ensemble.
  3. À propos du festival MNM, voir: festivalmnm.ca/mnm (consulté le 9 juin 2015).
  4. Voir: www.lafabriqueculturelle.tv/capsules/5156/quartetski-does-bartok-mikrokosmos-une-presentation-de-supermusique (consulté le 5 juin 2015).

On revisite ainsi l’œuvre de Stravinsky dans une écoute renouvelée et vivifiante…