La boutique des nouvelles musiques

René Lussier Aussi dans la presse

La presse en parle

  • Réjean Beaucage, Voir, 1 janvier 2017
    L’ajout du Quatuor Bozzini dans la recette agrandit singulièrement l’univers sonore du duo…
  • François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004
  • Alan Freeman, Audion, no 49, 1 mars 2004
    … an extremely varied ride…
  • François Couture, AllMusic, 6 juin 2002
    … his impressive body of work represents a full course in “musique actuelle”…
  • Réjean Beaucage, Voir, no 768, 22 novembre 2001
  • Dolf Mulder, Vital, no 294, 12 octobre 2001
    Take it as a honest invitation. You won’t regret it.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 1 janvier 2017
L’ajout du Quatuor Bozzini dans la recette agrandit singulièrement l’univers sonore du duo…

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Reviews

Alan Freeman, Audion, no 49, 1 mars 2004

A case of bad planning, the day we happened to start up Ultima Thule as an official business, I’d already booked to see Keep The Dog at the South Bank in London. That was Monday July 3rd, 1989, and an excellent concert it was too. Keep The Dog then consisted of: René Lussier (guitar), Jean Derome (winds), Zeena Parkins (piano, synth, harp and accordion), Bob Ostertag (sampling keyboard) and Kevin Norton (drums, percussion). The only downside of that concert was the guest appearance of John Zorn, whose mad squawking winds ruined a couple of otherwise excellent numbers. Two years down the line, and we have basically the same international troupe, but with ex-This Heat drummer Charles Hayward instead, and no John Zorn. Recorded at various gigs in Austria, Germany and Italy, it amounts to an extremely varied ride through the musical history of Fred Frith. There’s lots of familiar stuff, done in unfamiliar ways, and as much that’s unique to the Keep The Dog band that has never been released before. This includes a number of improvisations, and lots romping rollicking stuff. It’s a shame really that Keep The Dog never made a studio album, but at least there’s now this document to prove their existence to all those that missed out. I wonder if they’ll ever issue anything from the 1989 version of the band?

… an extremely varied ride…

Portrait: René Lussier

François Couture, AllMusic, 6 juin 2002

Throughout the 1980s and most of the ’90s, René Lussier was the prime mover on Montréal’s new music scene. His guitar work has been compared to Fred Frith, with whom he has often toured and recorded. Spread between solo work, duos and large ensemble pieces, between studio compositions, structured improvisation, free improv and film music, his impressive body of work represents a full course in “musique actuelle,” a term he helped to peg down. His masterpiece remains the speech-music collage Le trésor de la langue which earned him the Paul Gilson Award in 1989. He also received the Freddy Stone Award in 1996 for his contribution to Canadian new music.

Lussier began to play guitar in high school bands. He started to develop his own brand of jazz-meets-folk-meets-freak in the collective Conventum. This group included guitarist André Duchesne with whom he stroke a lasting friendship. He recorded two albums with Conventum and a handful of film scores, the first of what would become an endless list (over 50 by 2001). After the group’s disbanding, Lussier enrolled in the Grand Orchestre de Montréal, an experimental fanfare of sorts where he met Nébu saxophonist Jean Derome. Together they recorded music for the National Film Board of Canada and got involved in many projects, some of which included Duchesne and clarinetist Robert Marcel Lepage.

The four of them founded the collective and record label Ambiances Magnétiques in 1983. That year Lussier released his first solo album, Fin du travail (Version 1), the title of which (“Finished work [1st version]”) already displayed his uncanny sense of humor. His big break came in 1986 when Michel Levasseur, artistic director of the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville (FIMAV), proposed a duo concert with Fred Frith. Henry Cow and the whole Rock-in-Opposition movement had been a big influence on Lussier — this was his chance. The resulting album Nous Autres introduced him to an international audience. In 1988 Frith invited him and Derome to join Keep the Dog.

In 1989, with the help of Frith and a cast of Ambiances Magnétiques players, Lussier recorded Le trésor de la langue. Pushed by its political resonances, the album became the label’s biggest seller and the first classic item in the history of musique actuelle. Further albums, solo and with Les Granules, established him as a highly creative and witty composer and improviser. But as years passed Lussier felt the collective weight more and more on his shoulders. The mid-to-late ’90s saw him experimenting with more abstract forms of improvisation with mixed results and severing links with old friends, including Derome when he left his band Les Dangereux Zhoms. In 2001 he resolutely stepped away from the collective and released CDs on Ohm Editions and La Tribu. The album Tombola Rasa and a country-folk project with American maverick Eugene Chadbourne indicated a return to earlier pleasures at the start of the new decade.

… his impressive body of work represents a full course in “musique actuelle”…

Boudine all-dressed

Réjean Beaucage, Voir, no 768, 22 novembre 2001

Peu de gens pourraient prétendre avoir été aussi occupés que René Lussier ces derniers mois. Cet été, il participait au Festival de Jazz après avoir fait le Off-Festival la veille avec un autre projet; on le revoyait quelque temps après avec son ensemble Grand Vent, à l’Alizé, et il se produisait en solo à la Casa del Popolo il y a quelques jours. Durant cette période, il a fait paraître deux disques, l’un de guitare (électro)acoustique solo, et l’autre avec un ensemble de neuf musiciens. La musique du film-brûlot Bacon, c’est également lui. Et il se ramène encore cette semaine avec deux projets différents! Ce 29 novembre, il participe au Super Boom DAME dans le duo des Jumeaux de la planète Mars avec son complice contre-actuel, le clarinettus optimus Robert Marcel Lepage. Si DAME peut fêter ses 10 ans et 175 disques, c’est en partie grâce à ce duo qui faisait paraître en 1984 le disque (vinyle, évidemment) Chants et danses du monde inanimé (AM 001). "J’avais déjà fait un "RL 01" [Fin du travail, devenu en réédition AM 000], alors j’ai proposé de faire un R(obert)L(epage) 01, puis on s’est dit qu’on pourrait lancer une petite compagnie…", et boum: voilà Ambiances Magnétiques! La soirée étant placée sous le signe de l’improvisation, on assistera avec plaisir à la réunion de ces "jumeaux" qui nous proposeront quelques-unes de leurs musiques "néo-tacites".

Mais René Lussier est surtout préoccupé par un autre projet ces temps-ci, celui de Tombola Rasa qui prendra d’assaut la scène du Cabaret durant trois soirs la semaine prochaine. Il y sera avec 13 musiciens et choristes, et ça risque de déménager sérieusement. La liste des participant-e-s est à elle seule une invitation au voyage! Qu’on en juge: les musiciens de l’ensemble Grand Vent Maxime Lepage (basse, guitare), François Chauvette (batterie) et Guillaume Dostaler (Hammond B3), Alain Lamontagne (harmonica et podorythmie, avec lequel Lussier fera quelques démonstrations de "tapage combiné"), Normand Guilbault (contrebasse), Robert Marcel Lepage (clarinette), Pierre Langevin (clarinette, cornemuse), Tom Walsh (trombone), Jean René (alto) et les voix de Suzanne Champagne et Paule Marier. Ajoutons encore la poésie coup-de-poing de Patrice Desbiens et une performance de Paul Grégoire (qui élabore aussi le décor), et cette tombola ne risque certainement pas d’être rasante! "J’aime ça, l’idée d’avoir plusieurs chances de "vivre des affaires", de se perdre et de se retrouver; on sera tous sur scène, il y aura deux sets, c’est un show de deux heures avec du stock en masse, des chansons hawaïennes, des reprises, des improvisations, le côté assez noir de Paul Grégoire ou de Patrice Desbiens; mais dans un set-up coloré. C’est ça, l’ambiguïté de Tombola Rasa, ce n’est pas uniquement sombre ou clair, y a toutes les teintes et toutes les couleurs."

Au moment où l’on se parle, tout est encore ouvert: "J’essaie d’intégrer tout ça; il y a la personnalité des gars de Grand Vent, avec lesquels je répète beaucoup, on fait de nouvelles pièces et on modifie les autres; avec la gang de Tombola, c’est davantage "musique de chambre", même si ça drive (je n’ai pas choisi les pièces les plus down, mettons), mais on fera certainement la moitié du disque, des pièces du Corps de l’ouvrage… Chacun aura son petit numéro. Ce sera quelque chose de finalement plutôt joyeux. Le mois de novembre est assez down de même! Ça se construit et je ne sais pas encore exactement où ça va, mais ça y va! Et puis, après tout, ce sera une tombola, donc il y aura des prix de présence, peut-être une grande roue de fortune, etc."

Bref, René Lussier s’en promet toute une. Entre-temps, il continue à "cultiver" l’improvisation à travers ses "boudines" - des rencontres de musiciens qu’il organise régulièrement depuis des années -, avec ou sans public, pour garder en forme les muscles créatifs. À compter de janvier, on pourra assister à ces rencontres chaque deuxième dimanche du mois à la Casa del Popolo. Puis les concerts de Grand Vent s’exporteront à l’extérieur de Montréal (si ça passe par chez vous, sautez sur l’occasion de voir ça!). Et puis une musique avec ce groupe pour un film sur le Sommet des Amériques… Parlant cinéma, la Cinémathèque propose ce 1er décembre à 18 h 30 Le Trésor archange de Fernand Bélanger, qui suit René Lussier dans quelques concerts du Trésor de la langue, son opus maximus. Où est René Lussier? Il est partout!

Review

Dolf Mulder, Vital, no 294, 12 octobre 2001

A new solo cd by guitarking René Lussier. Not released on Ambiances Magnétiques which is normally the case, but on another excellent Canadian label of avant garde music: Ohm Editions. By the way it was on Ambiances Magnétiques that Lussier released in 2000 a solo album for electric guitar. Now it’s the turn for the acoustic guitar. The cd offers us 13 solo improvisations for solo acoustic guitar. No overdubbing, editing, etc. has taken place. But the improvisations were recorded by eight microphones and the final recordings as heard on the cd were mixed from these eight different sources. This in order to accentuate different points of hearing. So the use of headphones are advised if you want to experience the spacial effects. This process was also used in the case of Solos de guitare électrique, recorded in 1998 and released in 2000 for Ambiances Magnétiques. For this new one, all recordings were made during three days in march, 1999 at the Avatar Studio, Québec. The pieces give an insight into the radical, unconventional and wide repertoire of Lussier techniques. The music is sometimes lyric, poetic, humoristic, powerful and very expressive. Lussier plays with many different musicians from all over the world. Here we have the opportunity to meet him solo and to discover where he is at as a guitar player and improvisor. "At first, it was a terrifying enterprise, since the road of guitar solo performances is one that many musicians has been down - including the big names - and because the result of the exercise is unforgiving. It provides the improvisor with a kind of instant snapshot, a self portrait taken with no make-up and no concessions. When he listens to it, all he can say is… This is where I come from, this is where I’m at!" Exactly. Take it as a honest invitation. You won’t regret it.

Take it as a honest invitation. You won’t regret it.

Autres textes

Downtown Music Gallery, The Wire no 207

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.