La boutique des nouvelles musiques

Artistes Robert Marcel Lepage

Robert Marcel Lepage produit des CD, des BD, des BOF et des COUACs, on se demande ce qu’il mange le matin. Il se lève très tôt pour composer des musiques de séries télé (Urgences, Belphégor), puis se rend à la piscine où, c’est le seul endroit, il se permet quelques longueurs. Ensuite, vers 9 heures, il travaille en studio avec des instrumentistes pour réaliser des musiques de théâtre, de danse (Hatysa, de Lucie Grégoire) ou de documentaire (Roussil, de Werner Vokmer, Les Enfants du Refus global de Manon Barbeau). L’après-midi, il visionne des longs métrages pour lesquels il enregistrera de nouvelles musiques le lendemain (20h17 rue Darling de Bernard Émond, Yellowknife de Rodrigue Jean). Parfois, en fin d’après-midi, il rencontre des collègues de travail avec qui il improvise, ou discute de musique à faire ou à partager. Il lui arrive quelques fois, rarement, de produire des spectacles où il met en scène ses compositions et ses drôles d’idées fantaisistes, alors là, il ne faut pas le manquer, ou il faut se rendre à la piscine.

[English translation: François Couture, vii-03]

Robert Marcel Lepage

Montréal (Québec), 1951

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (clarinette, saxophone)

Ensembles associés

Sur le web

Robert Marcel Lepage
  • Robert Marcel Lepage, photo: Céline Lalonde, mars 2003
  • Robert Marcel Lepage
  • Robert Marcel Lepage

Parutions principales

Tour de bras / TDB 9019 / 2016
Ambiances Magnétiques / AM 212 / 2013
Ambiances Magnétiques / AM 216 / 2013
Ambiances Magnétiques Jazz / AM 144 / 2005
Ambiances Magnétiques / AM 108 / 2003
Ambiances Magnétiques / AM 116 / 2003
Ambiances Magnétiques / AM 087 / 2000
Ambiances Magnétiques / AM 089 / 2000
Ambiances Magnétiques / AM 090 / 2000
Musique Tacite / AM 046-B / 1999
Ambiances Magnétiques / AM 046 / 1998
Ambiances Magnétiques / AM 042 / 1997
Ambiances Magnétiques / AM 059 / 1997
Ambiances Magnétiques / AM 035 / 1995
Ambiances Magnétiques / AM 024 / 1992
Ambiances Magnétiques / ARM 01 / 1992
Ambiances Magnétiques / AM 001 / 1984

La presse en parle

  • Réjean Beaucage, Voir, 1 janvier 2017
    L’ajout du Quatuor Bozzini dans la recette agrandit singulièrement l’univers sonore du duo…
  • Mike Chamberlain, Signal to Noise, no 44, 1 décembre 2006
  • Andy Hamilton, The Wire, no 206, 1 avril 2001
    A curiously affecting disc by an unusual talent.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 27 janvier 2001
    … les trois musiciens démontrent une maitrise exemplaire de leur instrument respectif comme des subtilités propres à tout exercice d’improvisation.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 1 janvier 2017
L’ajout du Quatuor Bozzini dans la recette agrandit singulièrement l’univers sonore du duo…

Live Reviews: Guelph Jazz Festival

Mike Chamberlain, Signal to Noise, no 44, 1 décembre 2006

[…] Three free concerts at the Macdonald-Stewart Art Centre, headquarters for the festival’s colloquium, stood out. The acoustics and sightlines for those not in the first four or five rows at Mac-Stew are problematic. Happily, I was able to find a seat in the front for the concert by Robert Marcel Lepage’s Pee Wee et moi project, a genial tribute to the idiosyncratic clarinetist Pee Wee Russell by the Montréal clarinetist. François Houle, Lori Freedman, and René Lussier stood out, with Freedman — mainly on bass clarinet — sounding especially inspired. […]

Soundcheck Review

Andy Hamilton, The Wire, no 206, 1 avril 2001

Clarinettist Lepage has produced music for film, dance, video and multimedia installation. The three compositions here are for videos by Chantal Dupont and Elisabeth Wörle, and feature chambers groups with voices. Du front eenly explores breathy, drawn out sonorities, while Notes pour Chantal et Elisabeth for Lepages’s limpid clarinet, electric guitar and alto is sparer, delicate and trancelike. Ernest add bass, trombone, voices and narrator, plus soundscape elements wich dilute the effect. A curiously affecting dics by an unusual talent.

A curiously affecting disc by an unusual talent.

Charmes vénéneux

Serge Truffaut, Le Devoir, 27 janvier 2001

Mettons, et non supposons, que le trio formé de Normand Guilbeault à la contrebasse, Bernard Falaise à la guitare et Robert Marcel Lepage à la clarinette ait vu le jour en 1963, lorsque Jimmy Giuffre, qui joue de l’instrument dont joue Lepage, Steve Swallow, qui est propriétaire d’un engin dont Guilbeault est également propriétaire, et Falaise, qui pince des cordes là où Paul Bley intercalait les touches du grand piano, ont injecté une forte dose d’improvisation dans l’univers du jazz.

L’album que propose la troïka Falaise-Lepage-Guilbeault est de la même eau que celui que signa, il y a 37 ans de cela, le triumvirat amené par Giuffre. Les six morceaux conçus par les Montréalais sont autant d’échos aux pièces composées par leurs aînés. Joue Free, titre de l’album qui vient de paraître sur Ambiances Magnétiques, est une exploration, pour reprendre l’expression imprimée au dos de la pochette, du «spleen particulier du jazz de chambre et du folk blues en hommage à son principal instigateur des années soixante, le clarinettiste américain Jimmy Giuffre».

En hommage à l’œuvre de l’auteur du célèbre The Train And The River, Guilbeault et ses alter ego ont confectionné un album plein de ces charmes que l’on dit vénéneux parce que déstabilisants, troublants, exigeants. Joue Free a ceci de remarquable qu’il propose beaucoup de profondeurs, un amas de gouffres. Un album qui distribue constamment surprise après surprise.

L’ensemble est d’autant plus réjouissant que les trois musiciens démontrent une maîtrise exemplaire de leur instrument respectif comme des subtilités propres à tout exercice d’improvisation. Si la musique de Lepage, Falaise et Guilbeault n’est pas de tout repos, si elle n’est pas une de ces musiques conçues à l’aune de la respectabilité, elle a ceci d’essentiel qu’elle favorise le regard droit devant.

… les trois musiciens démontrent une maitrise exemplaire de leur instrument respectif comme des subtilités propres à tout exercice d’improvisation.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.