La boutique des nouvelles musiques

Artistes Tiari Kese

«Tiari Kese, est un dandy Bulgare né à Vratsa en 1948. Fils de Kaspard Tarminovitch Kese, dernier hussard Bulgare, héros national ayant participé aux deux grandes guerres du siècle dernier, et de Léonida Théchelek, mezzo-soprano qui connut la gloire autant à la Scala qu’à Bayreuth, Kese fut élevé d’une manière que le XIXe siècle n’aurait pas dédaigné.

Tiari quitta la Bulgarie rouge pour la France tricolore alors qu’il n’avait que 17 ans, en 1965, suite à son acceptation au Conservatoire de Paris (son audition — ou concours d’entrée — ayant été proprement triomphale). Il apprit rapidement le français de la meilleure façon qui soit: avec la langue, la sienne et celles des plus jolies jeunes filles de Paris. Parisien depuis lors, il fut double Premier Prix du Conservatoire de Paris en 1967 (Premier Prix de piano et de cor français), événement rarissime. Ce prestigieux prix — celui de piano —, il le mérita en interprétant les 11 premiers Klavierstücke de Karlheinz Stockhausen. Il n’avait que 19 ans.

Immédiatement remarqué par le compositeur de Cologne, celui-ci offre à Kese d’être son nouveau protégé. Kese accepte à l’unique condition que de nouveaux Klavierstücke soient composés expressément pour lui.

Mai 68 voit Tiari se lier d’amitié avec Guy Debord. Il devient alors un fervent Situationniste, ce qui le conduira quelques jours plus tard à se faire matraquer en pleine rue lors des émeutes. Il sortira de l’hôpital complètement aphasique, ce qui mettra fin à sa brève collaboration avec Stockhausen. N’empêche, c’est bel et bien Kese que l’on aperçoit personnifiant le compositeur allemand sur la célèbre pochette du disque Sgt. Peppers Lonely Hearts Club Band (rangée du haut, cinquième photo à partir de la gauche).

Kese a par la suite été pianiste aux Folies Bergères avant de devenir l’interprète français par excellence du répertoire pianistique de John Cage. Celui-ci, impressionné par la maîtrise élégiaque toute en retenue de Kese, lui dédia trois œuvres: Cheap Imitation, Kese Cake, et As Many Birds. Kese est également un interprète réputé du répertoire de Satie.

Si le pianiste fut prodigue, le compositeur demeura rare: peu d’enregistrements ont précédé Ave <w>; un disque en duo avec Ryuichi Sakamoto n’a jamais paru, puis un autre en compagnie de Jay-Jay Johanson est mort-né.

Sa rencontre au début du siècle avec Michel F Côté semble porter fruit: Tiari Kese apparaît sur 63 apparitions (&02, 2004), et un disque en duo (Côté / Kese), Botul, est prévu pour 2012.»

Michel F Côté [i-11]

Tiari Kese

  • Compositeur
  • Interprète (piano, orgue, cor)
Tiari Kese, Paris (France), 1968
Tiari Kese, Paris (France), 1968

Parutions principales

Apparitions

3.3

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.