La boutique des nouvelles musiques

Artistes Monique Jean

Musique électroacoustique, mixte, installation sonore ou encore improvisation, la musique de Monique Jean est un engagement dans un présent qui arrive. Elle s’intéresse aux tensions, fractures et chocs des matières sonores afin de parvenir à une transmutation du réel vers le poétique. Les matériaux sonores sont travaillés comme un organisme complexe, en constante évolution résultant des forces qui l’agissent.

Depuis 2012, dans sa quête d’un son brut et rêche, elle intègre à son dispositif l’analogique et le no-input comme source d’instabilité et d’imprévu. La série des Volt (débutée en 2015) ainsi que Dancing on the Edge of Darkness (2012), avec une vidéo 5 écrans de Monique Bertrand, sont issus de cette approche.

Finalistes à plusieurs concours, ses œuvres ont été jouées et diffusées lors de nombreux concerts et festivals nationaux et internationaux dont Multiphonies (Paris, France), Akousma (Montréal), Sonorities (Belfast, Irlande du Nord), NYCEMF (New York, ÉU), The San Francisco Tape Music Festival (ÉU), Ai-maako (Santiago, Chili) et Elektra (Montréal). En 2012, elle était invitée en résidence à la Fondation Civitella Ranieri à Umbertide (Italie).

Son récent disque Greffes a reçu le Prix Opus 2012-13: Disque de l’année — musique actuelle, électroacoustique décerné par le Conseil québécois de la musique (CQM). L’année suivante, sa pièce T.A.G. a été finaliste dans la catégorie «Création de l’année» aux Prix Opus 2013-14.

[viii-18]

Monique Jean

Caraquet (Nouveau-Brunswick, Canada), 1960

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositrice

mjean000@sympatico.ca

Ensembles associés

Sur le web

Monique Jean (avec le quatuor Theresa Transistor lors de l’interprétation de Espèces d’espaces) au festival Mois Multi, photo: Monique Bertrand, Québec (Québec), 12 février 2009
Monique Jean (avec le quatuor Theresa Transistor lors de l’interprétation de Espèces d’espaces) au festival Mois Multi, photo: Monique Bertrand, Québec (Québec), 12 février 2009
  • Lori Freedman; Monique Jean, photo: Andréa Cloutier, Montréal (Québec), 6 mars 2015
  • Monique Jean et Elizabeth Hoffman au concert Spatialized Sound au Skirball Center — New York University, photo: Pauline Kim Harris, New York (New York, ÉU), 27 février 2015
  • Monique Jean (avec le quatuor Theresa Transistor lors du concert extérieur TT+ X dans le stationnement du Centre PRIM) dans le cadre du festival Elektra 2011, photo: Monique Bertrand, Montréal (Québec), 10 mai 2011
  • Theresa Transistor, Christian Bouchard, Christian Calon, Mario Gauthier, Monique Jean, photo: Monique Bertrand, Québec (Québec), 12 février 2009
  • Monique Jean, photo: Dominique Malaterre (www.tilt.ca), 2000

Apparitions

Collection QB / CQB 0909 / 2009

La presse en parle

Akousma: Quinzième sommet de l’exploration électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, 15 octobre 2018

Présenté dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales, le festival Akousma XV démarre aujourd’hui et se conclut samedi: six programmes des plus nourrissants pour les amateurs les plus pointus des approches électroniques et électroacoustiques.

Francis Dhomont

Ce soir, 20h, Au Gesù

Cet incontournable de l’électroacroustique cultive encore aujourd’hui un intérêt fervent pour une écriture dite «morphologique» et aussi pour ses observations créatrices des «ambiguïtés» entre le son et l’image. Entre le Québec et la France, Francis Dhomont a cumulé les honneurs sa vie durant: Grand Prix Mega-Hertz 2013-Allemagne; docteur honoris causa de l’Université de Montréal; prix SACEM 2007 de la meilleure création contemporaine électroacoustique; prix Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada; 1er prix (1981) et prix «Magisterium» (1988) au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France); prix Ars Electronica 1992 (Autriche). De 1978 a 2004, il a partagé ses activités entre la France et le Québec, où il a enseigné à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le nonagénaire vit aujourd’hui à Avignon, compose toujours et étoffe sa réflexion théorique. En feriez-vous autant à 92 ans? Au programme de demain, plusieurs œuvres en création nord-américaine.

La lucarne des rêves

Demain, 20h, Au Conservatoire de musique de Montréal

Voilà un film immersif conçu par la Française Cendrine Robelin, avec [la participation] de Martin Gracineau (son) et de Claude Mercier (montage). Voilà une œuvre cinématographique autour de la musique concrète, au sein de laquelle l’approche des compositeurs Bernard Parmegiani et Lionel Marchetti est respectueusement évoquée. «Je rêve d’un film avec le pouvoir de transformer notre perception des bruits du monde et de nous inviter à en faire de la musique. Ces bruits du monde nous entourent et nous façonnent sans que l’on y prête attention. C’est la rumeur de la ville, l’éveil des oiseaux, un moteur en action, des voix, des bruits de machines, des instruments», indique Cendrine Robelin, question de piquer notre curiosité et de nous convier à cette soirée où elle présente également Bain de gong, d’une durée de sept minutes.

Dôme + Sinus + Fiction

Mercredi, 20h, À la Satosphère de la SAT

Dans le contexte d’Akousma, la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) accueille mercredi trois œuvres immersives sous la bannière Dome + Sinus + Fiction. Un «ensemble d’oscillateurs» réunit d’abord un florilège d’électroacousticiens québécois, suivi de Out of Joint, «essai d’hybridation sonore autour du Macbeth de Shakespeare», imaginé par la compositrice québécoise Monique Jean. Le programme se conclut par le travail du compositeur français Franck Vigroux, intégration singulière de musique contemporaine et de bruitisme, mais aussi de théâtre, de danse et de vidéo. Alternativement guitariste, platiniste, électroacousticien, producteur électro, improvisateur, compositeur, il a travaillé notamment avec des musiciens iconoclastes de réputation internationale tels Mika Vainio (Pan Sonic), Reinhold Friedl, Elliott Sharp, Joey Baron, Zeena Parkins, Ars Nova ensemble instrumental.

Complexe + Nature

Jeudi, 20h, À l’Usine C

Andrea Gozzi et Francesco Casciaro présentent Dot Plot, dialogue improvisé via le PrintStrument, sorte de synthétiseur polyphonique électromécanique conçu à partir d’une imprimante matricielle. De la compositrice d’origine mexicaine Nashim Gargari, on aura droit à Ensifera Ventum et Glaciar and Blue Whale, quête d’unité avec la science, les arts visuels et l’environnement. La compositrice canadienne Rose Bolton présentera ensuite The Blinding, évocation sonore du fonctionnement de la mémoire. S’ensuit Live Somewhere du Québécois Philippe Vandal, qui travaille ici sur nos problèmes de perception induits par la saturation d’informations. Le numéro suivant s’intitule Spiel; la performeuse Nien Tzu Weng exploitera le concept «pour bouche préparée» de Michael Montanaro et de Tatev Yesayan. Après quoi le compositeur québécois Georges Forget offrira Eurosignal, inspiré d’un ancien système de radiomessagerie (téléavertisseur, pager). La soirée se conclut par Les Hexacordes bien synthétisés, micro-pièces explorant les 35 hexacordes de la «pitch class set theory» d’Allen Forte.

Chaos + Émergent

Vendredi, 20h, À l’Usine C

La soirée Chaos + Émergent réunira d’abord les Italiens Francesco Canavese et Francesco Giomi, qui exécuteront The SDENG Project, exploration des relations entre le live electronic et l’improvisation. La pièce Thunderdrone, des Espagnols Diego de León et Manu Retamero, témoignera de leur expertise en conception de synthétiseurs et de l’influence qu’ils exercent sur le genre glitch-ambient ou même la techno. Par la suite, la Québécoise Myriam Bleau nous offrira un de ses systèmes audiovisuels dont elle a le secret… quelque part entre l’installation et la performance musicale intégrant l’électroacoustique, la techno, la pop ou le hip-hop. Myriam Bleau sera suivie de l’Allemand Markus Mehr, dont l’œuvre Liquid Empires résulte de subtils traitements d’enregistrements sous-marins… glou glou! Ce programme sera coiffé de Giant Claw, œuvre singulière de l’artiste audiovisuel américain Keith Rankin.

Viva l’Italia!

Samedi, 20h, À l’Usine C

À l’évidence, la présence italienne domine le 15e festival Akousma, le programme de clôture en fera l’éloquente démonstration. D’abord au menu sera diffusée la pièce Valence du Montréalais Ilyaa Ghafouri, un diplômé du Conservatoire de musique de Montréal, sous la tutelle de Louis Dufort, en l’occurrence le directeur artistique d’Akousma. Ensuite, les compositeurs italiens uniront leurs forces: Francesco Casciaro, Francesco Canavese, Francesco Giomi et Andrea Gozzi diffuseront un florilège d’œuvres les ayant marqués; o Down de Gabriele Marangoni pour quatre performeurs; Chants parallèles du brillantissime Luciano Berio; Microclima II de Marco Dibeltulu, imprégnée de musiques traditionnelles de Sardaigne; Scabro de Francesco Giomi, de facture «rugueuse, rustre, rude et impolie»; Otkaz [de] Simonluca Laitempergher, fondée sur le principe d’oktaz, point précis où un mouvement s’arrête et un autre s’amorce.

… dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales…

Akousma: tout contact

Normand Babin, Montréalistement, 28 octobre 2013

Samedi soir s’achevait en apothéose le festival Akousma avec les œuvres du très respecté François Bayle. Le festival nous aura fait réaliser en quatre événements, toute la diversité de l’art acousmatique, et nous aura aussi permis de jeter un œil sur ce monde un peu fermé sur lui-même il faut bien le dire.

Après une soirée consacrée à la relève mercredi (voir mon article: http://montrealistement.blogspot.ca/2013/10/akousma-premier-contact.html), on a eu droit jeudi aux œuvres de deux femmes au génie incontestable. Brunhild Ferrari a plus que fréquenté l’œuvre de Luc Ferrari, décédé en 2005, et reprend avec brio le travail là où il l’avait arrêtée. Dans une esthétique minimaliste et répétitive, un peu à la manière de Steve Reich, Brunhild Ferrari nous a offert de longues plages sonores où presque rien ne bouge. Force est donc d’écouter attentivement: l’action est dans le détail. Un pointillisme musical d’une grande délicatesse, une musique un peu planante mais jamais endormante!

En deuxième partie de programme, Monique Jean a présenté ce qui représente à mon avis le plus important travail fait sur la recherche de nouveaux sons entendus au festival. À partir de sons réels et de sons synthétiques, elle compose de longs poèmes pour l’oreille. Je garde en tête des épisodes inouïs, le mot ici pris dans son sens premier, des craquements, des éclats doux. Les œuvres de Monique Jean sont très délicates, ici pas d’impression de Dolby Surround ou de manœuvres d’écrasement de l’auditeur. Il faut porter attention, rester aux aguets tout le temps que dure sa prestation.

Avant la performance de François Bayle, nous avons eu droit à la tonitruante musique d’Adrian Moore. Composée expressément pour l’acousmonium, l’orchestre de haut-parleurs, la musique se propulse, se ballade, circule tout autour de l’auditeur. Parfois proche de ce que nous pourrions entendre sur certains jeux vidéos, la pièce Battle nous plaçait au centre d’un genre de partie de ping-pong où les haut-parleurs de gauche répondaient à ceux de droite. Amplifiant et grossissant constamment le son, Moore appuie la pédale à fond, et termine avec un immense climax dans Junky.

Le maître français François Bayle, 81 ans, a un peu donné une petite leçon de style à ceux qui l’avaient précédé au cours du festival. Il utilise le matériel sonore qu’il crée comme un compositeur pour orchestre le ferait avec les sons des différents instruments de musique. C’est donc une œuvre parfaitement construite et élaborée, où l’on entend clairement des thèmes, leur déconstruction, leur développement. Fabuleusement luxuriante, la palette sonore de Bayle nous donne à entendre des insectes, des grincements d’arbre, de lointains échos de cris d’oiseaux, une jungle hyperactive. La richesse des textures et le raffinement de l’écriture font des œuvres de François Bayle une véritable bible de l’électroacoustique, de l’acousmatique ou comme il vous plaira de l’appeler.

De l’oreille au XXIe siècle

Il n’y a pas tant d’années, le consommateur se rendait dans une boutique très spécialisée, avec ses propres CD et allait écouter des amplificateurs et des haut-parleurs, tentait de faire le meilleur alliage possible et retournait chez lui avec un système de son souvent plus intéressant, quoique moins puissant, que celui de bien des salles de spectacles. Aujourd’hui, on ajoute des haut-parleurs sur l’ordinateur directement, on écoute avec casque, parfois on s’achète une station iPod, mais on se fout un peu de la qualité du son. On veut que ce soit compatible avec notre équipement informatique, sans fil et design. Les concerts d’Akousma étaient diffusés sur plus de 40 haut-parleurs de très haute qualité, par un technicien ultra-qualifié. Voilà qui réveille notre ouïe un peu paresseuse. En fait, on a soudainement l’impression que nous avons trop de choses à écouter à la fois. Ce qui confère beaucoup de pertinence à ces concerts, l’écoute étant mille fois plus riche que ce que nous pourrions avoir à la maison. De plus le compositeur est à l’œuvre, et règle à mesure les effets qu’il désire obtenir en cours de performance. De la musique enregistrée certes, mais diffusée dans un contexte exceptionnel, qui justifie amplement l’appellation contrôlée de “spectacle”.

T.A.G. (Trottoir, asphalte, goudron) de Monique Jean

Patrick Saint-Denis, Cette ville étrange, 27 octobre 2013

Dès les premiers moments, on entend des bruits de sirènes de police, des bruits de pas sur l’asphalte et des ambiances de foules, mais très rapidement, la compositrice se distancie d’un discours représentatif. Elle invite plutôt à plonger dans la matière même qui constitue ces sons et à y abandonner toute lecture autre que celle du sensible.

Cette invitation emprunte essentiellement deux sentiers. Un premier qui consiste en une série de traitements auxquels sont soumis entres autres les sons de sirènes de police. Vient ensuite un ensemble de sons obtenus par synthèse qui vont venir rappeler ces sonorités concrètes dans leur profil général tout en les transposant ailleurs. En écho aux mouvements de groupes propres aux foules en marche, la compositrice développe une écriture de la masse faite d’accumulations qui trace un parcours formel limpide tout en proposant une conduite complexe de l’écoute.

Les sons de sirènes de polices, déjà proches en soi des sonorités synthétiques, sont surtout présentes dans la première moitié de l’œuvre. Le glissando typique de ces sonorités est amplifié et repris dans la synthèse et finit, après de multiples boucles en aparté et autres digressions, par engendrer un long glissando descendant. Un moment phare de l’œuvre où l’on peut apprécier l’ampleur du savoir-faire de la compositrice. C’est tout un tour de force que de pouvoir mener l’écoute vers des gestes d’une telle ampleur et concision. L’œuvre fait intervenir ensuite des sonorités de bruits de pas sur l’asphalte que la compositrice agence en une série d’accumulations avant de devenir eux-mêmes source de synthèse sonore.

Difficile de résister à la tentation de créer des liens entre l’œuvre de Monique Jean et les manifestations étudiantes qui ont marquées le printemps 2012. Mais l’œuvre échappe aux rapprochements trop directs et ces références planent au-dessus d’elle sans jamais s’y ancrer. Dans Qu’est-ce que la littérature? (Gallimard, Paris 1948), des propos de Jean-Paul Sartre pourrait résumer en quelques sortes ces affiliations:

«Les notes, les couleurs, les formes, ne sont pas des signes, elles ne renvoient à rien qui leur soit extérieur. Le petit sens obscur qui les habite, gaîté légère, timide tristesse, leur demeure immanent ou tremble autour d’elles comme une brume de chaleur.»

Les occasions sont rares de pouvoir assister à des œuvres nouvelles qui créent un consensus aussi fort lors de leur création. Il ne fait aucun doute que T.A.G. a laissé une impression semblable au public du festival Akousma jeudi dernier à l’Usine C.

Les occasions sont rares de pouvoir assister à des œuvres nouvelles qui créent un consensus aussi fort lors de leur création.

Festival Akousma X: La poésie sonore d’une manifestation en cours

Fabien Deglise, Le Devoir, 22 octobre 2013

La poésie peut être dans tout, y compris dans une foule d’indignés qui marchent dans une rue. En 25 minutes et avec le soutien de 42 haut-parleurs, la compositrice Monique Jean va d’ailleurs en faire la démonstration avec une nouvelle création sonore livrée, jeudi soir, en grande première, dans le cadre d’Akousma X, le festival de musiques numériques immersives qui, du 23 au 26 octobre, expose à Montréal sa 10e édition. Baptisée T A G, pour «Trottoir, Asphalte, Goudron», l’œuvre sonore s’inspire d’un certain printemps, comme pour mieux en extraire la musicalité de l’engagement.

«En musique électroacoustique, on fait œuvre de poète, lance à l’autre bout du fil l’alchimiste des textures sonores. Engagée? Cette composition l’est, mais sans préméditation. Elle témoigne d’un moment de l’histoire récente. Elle reconnaît l’importance des mouvements citoyens, mais également le fait qu’ils changent des choses, transforment, et peuvent laisser des traces à bien des endroits», même dans une pièce musicale nourrissant le courant électroacoustique.

Impressionniste et décalée plus que documentaire et incarnée, T A G, qui ne contient que des sons de synthèse et aucun son réel puisé dans une véritable foule, se veut la traduction sonore de l’énergie d’une manifestation, de son organisation chaotique et organique, de ses mouvements qui «partent toujours d’un espace vide, comme une place publique, qui se remplit doucement pour ensuite laisser la place à un déferlement, puis à une dispersion et à un retour au vide», dit l’artiste spécialiste des compositions brutes qui souvent explorent la place du corps dans l’espace.

«La manifestation, c’est un geste direct et improvisé, dit-elle, et c’est l’esprit que je voulais conserver dans cette composition qui se dévoile comme des sons en train de se faire au moment où on les écoute. C’est brut, spontané, à l’image de l’objet qui en oriente la structure et l’organisation». T A G est présenté un soir seulement sur la scène de l’Usine C, où ce festival installe sa construction sonore de la réalité, et surtout son ensemble de propositions artistiques atypiques qui cherchent à faire entrer des images par les oreilles.

Dans la programmation…

Fünf. [Elles] sont cinq, de Montréal, et explorent l’assemblage de sons dans l’improvisation et la recherche de Mouvements, titre donné à leur nouvelle création présentée mercredi soir à 20h.

Brunhild Ferrari. C’est une histoire d’amour, arrêtée en plein vol par la mort et qui se poursuit dans la musique. Huit ans après la mort de son mari, Luc Ferrari, l’artiste française présente Sons de Luc, composition reposant en partie sur le corpus dense laissé par son compagnon de vie et de création. Jeudi soir, à 20h.

François Bayle. Sans doute le prince de l’électroacoustique, figure de proue du mouvement d’Acousmatique, membre de l’illustre Groupe de recherches musicales (GRM) et créateur des premiers orchestres de haut-parleurs, le compositeur et chercheur français vient, à 80 ans, résumer 50 ans de carrière en deux œuvres, Les couleurs de la nuit et Univers nerveux. Une visite rare. Samedi, à 20h.

Continental Divide. Comprendre le territoire en partant à la rencontre des sonorités induites par ses bassins versants: voilà le projet un peu déstabilisant qui, dans les cinq dernières années, a occupé le temps et l’esprit de Christian Calon. La conséquence, elle, avec son image, est exposée dimanche soir à la Cinémathèque québécoise. À 16h et à 18h30.

Baptisée T A G, pour «Trottoir, Asphalte, Goudron», l’œuvre sonore s’inspire d’un certain printemps, comme pour mieux en extraire la musicalité de l’engagement.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.