La boutique des nouvelles musiques

Artistes Interférence Sardines

Jeune groupe originaire de la ville de Québec, Interférence Sardines nous propose une musique de frontières qui se situe entre le rock et la musique contemporaine, entre le jazz et la musique traditionnelle. À la fois éclectiques et absurdes, les compositions de cette formation sont empreintes d’un fol imaginaire. La couleur du groupe prend sa richesse dans une palette de timbres et de styles très diversifiés.

Interférence Sardines

Québec (Québec)

  • Interprète

interferencesardines@videotron.ca

Membres de l’ensemble

Interférence Sardines

Parutions principales

Compléments

  • Épuisé

La presse en parle

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Portrait: Interférences Sardines

François Couture, AllMusic, 15 juin 2002

Led by guitarist Philippe Venne and dominated by the exuberant drummer Frédéric Lebrasseur, the Quebec City group Interférence Sardines puts on the table an updated version of the Rock-in-Opposition sound. They take their cue from Henry Cow, but also from Central-European folk and rock musics (Dunaj, Uz Jsme Doma), Quebec musique actuelle (André Duchesne in particular), and Frank Zappa. The Sardines play complex but very lively instrumental pieces, along with the occasional oddball song. After a first album self-released in 1997, the group got signed to the prestigious Montréal label Ambiances Magnétiques.

The group started in early 1996 from an impulse from Venne, its main composer. A music student like most of his bandmates, Venne recruited Andrée Bilodeau (violin, voice), Lyne Goulet (saxophone), friend Jimmie LeBlanc (bass), and Lebrasseur, a maverick virtuoso able to do things with two hands you probably couldn’t do with five (provided you’d even imagine doing them in the first place). The Sardines played their first gig on April 4 that year. LeBlanc soon left to study classical guitar. His replacement Sébastien Doré had barely time to come to grasp with the material before the group started work on their first album, financed in part by a provincial program for workforce development. In 1997 they won first prize at the CONGA, a talent competition held at the Université Laval. Mare Crisium was released shortly after and the group continued to perform sporadically in Quebec City and Montréal.

In 1998 the Sardines appeared at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville. A year later Goulet called it quits on the count of a pregnancy. A second violinist, Marc Gagnon, was brought in the fill the void, steering the group’s sound closer to the Klezmer/Gypsy paradigm. Work on a second album began in late 1999, but it would take two years to complete Zucchini, finally released in November 2001 on Ambiances Magnétiques. Meanwhile group members got involved in a string of other projects, the most active being the neo-trad party group Les Batinses (with Bilodeau and Lebrasseur).

The Sardines play complex but very lively instrumental pieces, along with the occasional oddball song.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.