La boutique des nouvelles musiques

Joane Hétu Aussi dans la presse

La presse en parle

  • Nicolas Tittley, Voir, no 728, 22 février 2001
    Au programme: un paysage de vents frisquets, crissements de neige et craquements de glace.
  • Luc Bouquet, Écouter voir, no 106, 1 octobre 2000
    Entre minimalisme rauque et convulsions emportées, Joane Hétu hisse haut l’étendard de la poésie déraisonnable.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 28, 1 septembre 2000
  • Dolf Mulder, Vital, no 220, 7 avril 2000
  • Frank Rubolino, Cadence, no 25:3, 1 mars 1999
    The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 39, 1 mars 1999
    … une musique fortement structurée et puissante, qui mêle l’humour et la tendresse…

Ambiances magnétiques:triple lancement!

Nicolas Tittley, Voir, no 728, 22 février 2001

L’infatigable Joane Hétu, l’une des artistes les plus productive d’un label qu’elle doit aussi gérer, présentera quant à elle Musiques d’hiver, une œuvre pour cinq musiciens (Hétu, Derome, Dostaler, Labrosse, Tanguay) qui avait été présentée il y a un an au Centre Calixa-Lavallée. Au programme: un paysage de vents frisquets, crissements de neige et craquements de glace. Madame Hétu est aussi une grande voyageuse, puisque Nous perçons les oreilles, le duo qu’elle forme avec Jean Derome, se rendra en Australie dans quelques semaines.

Au programme: un paysage de vents frisquets, crissements de neige et craquements de glace.

Éloge de la musique libre

Luc Bouquet, Écouter voir, no 106, 1 octobre 2000

Hétu, Joane: Le Chant têtu de Joane

Née en 1958, Ia saxophoniste ct chanteuse Joane Hétu peut passer d’une seconde à l’autre du chuchotis le plus doux au cri le plus perçant. Avec le quartet Justine elle s’engoufre sur le chemin du bariolage et des ritournelles éclatées (Justine - (suite) / AM 016) Au sein de Castor et compagnie (Derome / Labrosse / Tanguay) qu’elle dirige depuis 1992, elle convoque l’insolite en utilisant collages et superpositions surprenantes. Fausses comptines enfanties, paroles mutines et décalages astocieux, son travail met en évidence un sens aigu de l’absurde et de la douce provocation (Mets ta langue / AM 062). Toutes choses à nouveau présentes sur son nouvel opus solo (Seule dans les chants / AM 077) dans lequel se retrouve nu et ouvert le chant profond de la musicienne. Entre minimalisme rauque et convulsions emportées, Joane Hétu hisse haut l’étendard de la poésie déraisonnable.

Entre minimalisme rauque et convulsions emportées, Joane Hétu hisse haut l’étendard de la poésie déraisonnable.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 220, 7 avril 2000

The title of the new cd by Joane Hétu describes exactly what it is: Seule dans les chants. It is her first solo effort for voice and alto sax. The recordings were made between 1997 and 1999. What we hear is the result of an intense process of montage and mixing that followed after the recordings. So although the music makes the impression of being improvised, it is in fact composed in the studio. The music is poetic and intimate in character. Hétu investigates the sounds she can make by her mouth. Just singing is not her interest. To this she added her favorite alto sax sounds: “I am a sax player and a singer, I am not a sax player or a singer”. A very personal document

Review

Frank Rubolino, Cadence, no 25:3, 1 mars 1999

Joane Hétu (alto and voice) and Jean Derome (alto, small instruments, percussion, and wice) appear as a duet on Nous perçons les oreilles (Ambiances magnétiques). This time, the music is the more dominant influence, with the vocals adding color and texture to the fierce alto screams rather than acting as a story-telling device. Hétu again uses scatting vocal utterances in conjunction with the music, but she devotes equal concentration on this set to the alto that she blows with reckless abandon on many of the selections (Nous Perçons / Le Poinçon / Jonquille / Les osselets / Lea / Les oreilles / L’enclume et le marteau / L’étrier / La ouate / Les orteils / Ça va pas). The use of voice to complement music has become standard fare with Derome (he scripted all the text), and he and Hétu use it intelligently on this date as an alternate for additional instrumentation. Their voices interact with their instruments in staccato fashion to provide a diverse sound stage of irregular beat and freedom playing. When the two are in tandem on alto, they play either a cat and mouse sound game or blow intensely in freeform style. The cacophony of the horns melts into screechy vocal outbursts or guttural tones to yield strange but musical results. This recording is unusual but certainly excitinq and original.

The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 39, 1 mars 1999

Ce n’est pas vraiment Sade, mais les textes sont bien osés, délicieusement érotiques et ils auraient bien entendu convenus à Justine. Joane Hétu a préféré se les garder pour elle et son groupe.

Gémissements et râles mais aussi d’autres délires vocaux sont ainsi au rendez-vous d’une musique fortement structurée et puissante, qui mêle l’humour et la tendresse mélodique à des effets bruitistes issus d’une pratique d’improvisation sonore qui caractérise de plus en plus le collectif québecois.

… une musique fortement structurée et puissante, qui mêle l’humour et la tendresse…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.