La boutique des nouvelles musiques

Artistes Patrick Gauthier

Patrick Gauthier

  • Journaliste

Articles écrits

  • Patrick Gauthier, Rue Frontenac, 13 mars 2010
    Bienvenue dans le monde d’un véritable iconoclaste, d’un créateur unique.
  • Magali Babin et Natura Sonoris: la musique du risque
    Patrick Gauthier, Rue Frontenac, 25 avril 2009
    Intriguant, tout ça? Invitant, en fait, pour quiconque aime s’aventurer en terrain inconnu.
  • Patrick Gauthier, Le Journal de Montréal, 15 mars 2002
  • Patrick Gauthier, Le Journal de Montréal, 9 mars 2002

Le goût du risque

Patrick Gauthier, Rue Frontenac, 13 mars 2010

À la belle époque des disques de vinyle et des tourne-disques, il fallait prendre un soin fou de ces galettes de plastique noir et de cette minuscule pointe de diamant qui transmettait les vibrations des sillons. Depuis 25 ans, Martin Tétreault prend un malin plaisir à trafiquer les premières et à torturer la seconde. Bienvenue dans le monde d’un véritable iconoclaste, d’un créateur unique.

Il y a un joyeux bric-à-brac dans l’appartement que Martin Tétreault occupe dans le quartier Centre-Sud de Montréal depuis une quinzaine d’années.

Des piles de disques, des mètres de fils de toutes sortes, plusieurs platines et différents appareils électroniques remplissent la pièce à l’arrière qui lui sert de studio «sonore».

Au bout du couloir, une tempête semble avoir traversé la pièce qui sert de studio «visuel» à Martin Tétreault. Le sol est jonché de pochettes de disques et de petits tableaux peints par des amateurs, matériau de base d’une exposition complètement déjantée sur laquelle l’artiste planche.

Si ces deux pièces sont séparées d’une dizaine de mètres, leurs contenus cohabitent en parfaite symbiose dans la tête de l’artiste. Pour lui, le son et la lumière ne sont que deux variations du même langage. Et ces variations illustrent également une seule et unique fascination pour le disque.

Cercle noir

Si, depuis un quart de siècle, Martin Tétreault voue un véritable culte au disque, sa fascination fut d’abord pour l’objet plutôt que pour son contenu. La forme annonçait le fond.

«Pour moi, un disque, c’était un cercle noir, dit l’artiste, sur la table duquel traîne le Points et lignes sur plan de Kandinsky. Un disque que j’ai coupé en deux, puis recollé en inversant les côtés. En remettant le disque sur une table-tournante, le discours narratif de l’objet (pour l’anecdote, ce premier disque trafiqué par Martin Tétreault fut Travelling Guitars, par Larry and Lenore…) est réapparu.»

C’est donc un peu par curiosité, presque par accident, si cet étudiant en arts s’est intéressé au «son» d’un disque trafiqué. Déjà fou de musique expérimentale — adolescent, il faisait régulièrement l’aller-retour Saint-Jean—Montréal pour aller entendre Jean Derome —, il a voulu jouer avec la signature visuelle de l’objet-disque avant d’en triturer le contenu.

Mais la richesse sonore du disque trafiqué s’est bien vite imposée, et les possibilités de ce nouveau langage se sont avérées illimitées. Aujourd’hui, sa fascination «visuelle» pour l’objet-disque s’est déplacée vers la pochette. L’objet-disque est maintenant une source d’expériences sonores inédites.

«Ça me permet de créer des groupes qui n’existent pas», explique-t-il, se souvenant de son excitation lorsqu’il a créé l’un de ces premiers groupes en collant trois disques: «Un de Ravi Shankar, un disque du Chœur de l’Armée rouge et finalement un disque de piano honky tonk! J’entendais ce groupe improbable et je voyais ce que ça donnerait sur scène.»

Heureux accidents

Mais les collages sonores ne donnent pas toujours les résultats escomptés. «L’accident est important», concède Tétreault.

Depuis ces premières expérimentations, au début des années 1980, il multiplie donc les tentatives, cherchant à créer ces «heureux accidents».

Pendant l’entrevue, il nous fait d’ailleurs une petite démonstration en spinnant un disque constitué de quatre parties distinctes, quatre morceaux d’autant de disques de musique classique qui, une fois scotchés, deviennent une œuvre unique, inédite.

«J’aime le risque», admet-il quand on lui fait remarquer que ses collages ne doivent pas toujours donner des résultats probants.

«Et je trouve que la musique manque de risque», poursuit ce fan de Prince qui cite, au cours de l’entrevue, Cage et Zorn, bien sûr, mais aussi Radiohead et… Barbra Streisand. «J’aime ça me casser la gueule, surtout en solo. J’aime quand le public sent que je m’enferme dans un coin et ne sait pas comment je vais m’en sortir…»

Plasticien sonore

Le bric-à-brac qui occupe au moins deux des pièces de son appartement illustre bien le penchant de Martin Tétreault pour la récupération. Car à son désir de réinventer l’objet-disque s’ajoute une véritable préoccupation ethno-écologique.

Le principal intéressé admet sans gêne son côté «patenteux», mais il lui donne une valeur artistique, voire philosophique: «Je redonne du sens à des objets culturels qui n’ont plus de signification.»

Il pousse aujourd’hui ses recherches encore plus loin, délaissant le collage de disques pour expérimenter avec des textures. Il couche donc sur ses platines des disques de bois, de carton, de papier gaufré, de mack tack… Comme si l’artiste visuel, intéressé par la texture des matériaux, nourrissait le DJ.

DJ, créateur, recycleur, patenteux, bruitiste, platiniste, joueur de tables tournantes, compositeur… Quand, après une bonne heure d’interview, on demande à Martin Tétreault quelle appellation il préfère, qu’on le voit hésiter et qu’on lui suggère «plasticien sonore», son œil s’allume et un grand sourire espiègle fait son apparition.

«Tiens, tiens, j’avais jamais pensé à celle-là!» On a bien l’impression que l’appellation va rester…

Au plus près du gouffre

Concentré sur son mixeur, accentuant les graves ici, mettant un effet là, Martin Tétreault est complètement habité par le son.

Lorsque l’aiguille quitte la surface noire pour gratter le carton au centre du disque, provoquant un son irritant, l’expérience continue pour ce défricheur. Mais elle achève: «On ne peut pas aller plus loin, dit soudainement Tétreault. Plus loin, on tombe dans le trou!»

L’art selon Martin Tétreault, c’est ça: s’approcher au plus près du gouffre. Faire le funambule sur une corniche qui surplombe le vide. Flirter avec le désastre. Avoir le goût du risque.

Martin Tétreault vient de faire paraître un disque en duo avec le platiniste berlinois Ignaz SchickLive 33 45 78 — et multipliera les apparitions, seul ou avec ses partenaires, ce printemps.

Bienvenue dans le monde d’un véritable iconoclaste, d’un créateur unique.

Magali Babin et Natura Sonoris: la musique du risque

Patrick Gauthier, Rue Frontenac, 25 avril 2009

Nos oreilles sont constamment sollicitées. La musique, jadis chose sacrée, peine aujourd’hui à se démarquer dans la tonitruance du paysage sonore. Avec Natura Sonoris, Magali Babin veut nous faire redécouvrir le pouvoir évocateur des sons.

Dans un local habituellement occupé par une troupe de théâtre, à l’extrémité est du Quartier chinois, cinq artistes s’apprêtent à exécuter un rituel. Un très étrange rituel si l’on en juge le contenu des nombreuses valises qu’on s’affaire à vider: bulle de plastique, rétroprojecteurs «gossés» en bois, ressorts, objets de verre de toutes tailles et couleurs, instruments jouets traficotés, vieux projecteurs qui semblent sortir tout droit d’une vente de garage, archets et autres cossins… Même un sac rempli de pelures d’oignons se retrouve sur la table, parmi les ordinateurs portables.

Cette bande de joyeux lurons, c’est l’artiste sonore Magali Babin qui l’a montée. Et l’étrange rituel qu’elle, Myléna Bergeron, Carl Fortin et Jean-Benoit Pouliot du duo L’Œil de verre, ainsi que Karl Lemieux s’apprêtent à exécuter s’intitule Natura Sonoris, expérience aux limites de l’horreur, en sons et images. Bienvenue dans le merveilleux et fascinant monde de la musique actuelle!

Un monde qui fait peur, parfois. L’auteur de ces lignes, qui a pourtant rencontré David Bowie (ce n’est pas pour me vanter mais j’avoue que ça se place bien dans une conversation, même en ligne) a plus d’appréhensions à l’idée d’interviewer des artistes de musique actuelle que des légendes du rock. Un sentiment qui serait assez partagé, selon Magali Babin.

«Plusieurs de mes amis, des gars rock’n’roll, me trouvent trop sérieuse, intellectuelle», dit justement la jeune femme.

Transgresser les règles

Pourtant, la musique actuelle, pour peu qu’on y plonge, étonne par son côté ludique, son désir de trangresser les règles et, ainsi, son accessibilité. Comme Magali Babin le dira au cours de l’entrevue accordée à RueFrontenac, on est en face de «la musique du risque» .

Un risque qui amène toutefois son lot de responsabilités, estime pour sa part Myléna Bergeron, sœur sonore de miss Babin dans ce projet. «Dans le rock, les musiciens travaillent avec des formes qui existent déjà. Nous avons beaucoup plus de liberté, mais également plus de responsabilités.»

Heureusement pour ceux qui iront à la salle de l’Oboro mercredi et jeudi, ces formes et responsabilités deviendront de pures considérations académiques dès que Magali et ses amis s’installeront qui derrière son projecteur, qui derrière son portable, qui derrière ses instruments trafiqués. À cet instant, ce sera le simple désir de la découverte et de l’émerveillement qui primera.

La trame sonore d’un film qui n’existe pas

Quand on demande à Magali Babin de nous décrire Natura Sonoris, elle répond: «C’est la trame sonore d’un film qui n’existe pas.»

La référence au cinéma n’est pas fortuite, loin s’en faut. Magali Babin s’est inspirée de la musique de Krzysztof Penderecki, créateur entre autres des bandes sonores des films The Exorcist et The Shining, pour composer, avec Myléna Bergeron, la musique de Natura Sonoris. Et l’idée même du spectacle est née dans une salle de cinéma.

«J’aime beaucoup les films d’horreur, de série B. J’ai toujours été tentée par le sound design, par les trames sonores, dit l’artiste. L’été passé, je suis allée voir un très mauvais film d’horreur. C’était tellement plate que j’ai décidé de l’écouter les yeux fermés. La trame sonore aussi était mauvaise mais on sentait les émotions que les différents morceaux étaient censés annoncer et j’ai pu me construire mon propre film.»

Avec Natura Sonoris, elle cherchera à créer la même chose, à redonner aux sons et à la musique leur puissance intrinsèque. Sauf que les spectateurs seront invités à garder l’oeil ouvert, et même les deux. Car si le germe de base de Natura Sonoris est principalement musical, l’idée d’ajouter des images au spectacle s’est rapidement imposée. «Mais je ne voulais pas du visuel de films d’horreur», précise Magali Babin.

Entrent donc en scène L’Œil de verre, duo de projectionnistes qui triturent les images, et Karl Lemieux, cinéaste de l’invention. Les premiers se servent de rétroprojecteurs mais remplacent les acétates habituels par des objets et des filtres de toutes sortes. Le second se sert de vieux projecteurs pour passer des images en boucle sur de la pellicule qu’il trafique à l’occasion.

Intriguant, tout ça? Invitant, en fait, pour quiconque aime s’aventurer en terrain inconnu. Et puis, «qui n’aime pas avoir peur?», demande Magali Babin en guise de conclusion.

Natura Sonoris est le résultat d’une carte blanche de Productions SuperMusique offerte à Magali Babin dans le cadre de la 29e saison de l’organisme, qui présente le travail de jeunes artistes en arts sonores.

Intriguant, tout ça? Invitant, en fait, pour quiconque aime s’aventurer en terrain inconnu.

Du canot-camping au centre-ville

Patrick Gauthier, Le Journal de Montréal, 15 mars 2002

Pendant que les skieurs pensaient avec tristesse à la fin d’un hiver qui n’a jamais débuté, Jean Derome célébrait déjà le printemps avec sa sixième expédition de Canot-Camping, à la Cinquiéme Salle de la PdA.

Canot-Camping? De l’exploration sonore, oui. Se guidant sur un canevas plutôt permissif, Derome dirige dix musiciens, des défricheurs étoiles, il va s’en dire, qui répondent au chef de l’expédition au doigt et-à l’œil. Littéralement.

On ne sait plus trop si ce qu’on entend est encore de la musique, mais on est drôlement impressionné par la performance de Jean Derome et l’Ensemble SuperMusique.Si Dubmatique respecte trop les règles, Derome, lui, les repousse d’un couinement de saxophone.

À l’aventure avec Jean Derome

Patrick Gauthier, Le Journal de Montréal, 9 mars 2002

L’histoire, c’est bien. La géographie aussi. Alors parlons de Jean Derome, dont le dernier projet, Canot-Camping, est justement une étonnante exploration de l’espace.

Tiré d’une série d’improvisations dirigées, Canot-Camping est une œuvre déstabilisante qui promène l’auditeur aux limites de la musique. De l’autre côté, le chaos guette. On n’y met jamais le pied.

On écoute Canot-Camping et on se dit que ça doit étre stupéfiant de voir, sur une scène, ces dix musiciens guettant les commandes gestuelles de Derome.

Ça tombe bien: Jean Derome et l’Ensemble SuperMusique s’attaquent à nouveau aux rapides de la musique improvisée, cette semaine.

Autres textes

Rue Frontenac

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.