La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes! — Jusqu’à 50% de rabais sur 142 titres Jusqu’au 7 janvier 2020 — Cliquez pour voir

Artistes Luc Ferrari

Études musicales au Conservatoire de Versailles (1946-48). Groupe de musique concrète (1958 à 1966). Collaboration avec Pierre Schaeffer à la création du Groupe de recherches musicales (1958-59). Professeur de musique expérimentale, Stockholm (1966). Séjour d’un an à Berlin, invité par la Ford Foundation et la DAAD (1967). Création du studio Bilig, modeste atelier d’électroacoustique (1972). Création de l’association La Muse en Circuit, studio de composition électroacoustique et de création radiophonique (1982). Prix international Serge et Olga Koussewitzky pour la pièce symphonique Histoire du plaisir et de la désolation (1990). Obtient le Prix Italia (prix spécial de la RAI) pour sa création radiophonique L’escalier des aveugles, coproduite par la Radio Nacional de España et La Muse en Circuit (1991)…

Luc Ferrari

Paris (France), 1929 – Arezzo (Italie), 2005

  • Compositeur

Sur le web

Luc Ferrari
  • Luc Ferrari
  • Luc Ferrari

Compléments

OHM / Avatar / OHM 051 / 2009
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Revue & corrigée / RC 5 / 1990
  • Épuisé

La presse en parle

Luc Ferrari, compositeur de musique électroacoustique

Renaud Machart, Le Monde, 23 août 2005

Le compositeur français Luc Ferrari est mort d’une pneumonie à Arezzo, en Italie, où il se trouvait pour des vacances, lundi 22 août. Il était âgé de 76 ans.

Luc Ferrari n’était pas un auteur connu du grand public, mais son travail dans les domaines de la «musique concrète» (un terme inventé par Pierre Schaeffer, en 1948) pour sons enregistrés était admiré par beaucoup pour sa singularité, sa poésie, sa variété.

Né le 5 février 1929, à Paris, Luc Ferrari poursuit d’abord des études de piano. Ses études de composition avec Arthur Honegger et Olivier Messiaen ne le marquent guère. Mais, comme beaucoup de jeunes compositeurs de l’après-guerre, il fréquente les cours d’été de Darmstadt, en Allemagne, le QG annuel de l’avant-garde sérielle: «La grande rencontre musicale, (ce fut) avec John Cage, qui faisait exploser toutes ces idées qui commençaient déjà à devenir un peu institutionnelles.»

Son sens de l’humour et de la provocation, ses interventions dans des champs divers - film, documentaire, radio, théâtre musical -, n’aideront pas à repérer la place précise de ce créateur pris par certains pour un bricoleur de génie. David Jisse, compositeur, homme de radio et actuel directeur du centre de création musicale La Muse en circuit, que Ferrari fonda en 1981, explique: «En fait, la première impression de ‘bricolage’, souvent relevée, est contredite par l’analyse de ses œuvres, qui révèle une précision diaboliquement rigoureuse au service d’un monde abstrait et personnel aux portes du réel. Il était perméable à son temps, mais toujours d’une manière singulière.»

Dans la préface de l’enregistrement de sa très belle pièce de 1999, Far-West News 1, le résultat d’un périple avec un «micro voyageur» dans le sud-ouest nord-américain, le compositeur livre un prière d’insérer applicable à son œuvre entière: «Ce n’est ni un reportage, ni un paysage sonore, ni Hörspiel (pièce à écouter), ni œuvre électro, ni portrait, ni une exposition d’enregistrement du réel, ni une transgression de la réalité, ni une narration impressionniste, ni… etc. C’est une composition. […] Ensuite j’ai appelé ça poème sonore autour d’un voyage réel tant il se peut que la poésie joue avec la réalité comme d’un accordéon, que la composition dans certains cas, surtout dans le mien et progressivement dans ma vie, est un jeu pervers avec la vérité.»

Dissension fondamentale

La brouille entre Luc Ferrari et Pierre Schaeffer, le fondateur du Groupe de recherches musicales, en 1958, sera retentissante et fondée sur une dissension fondamentale: «Schaeffer faisait un travail de recherche presque fondamentale sur le son, il voulait bannir le sens. Ferrari, avec sa première grande composition de musique, dite «anecdotique», Hétérozygote (1963-64), gagnée par des sons du réel, démontait l’idéal schaefférien», déclare Daniel Teruggi, actuel directeur de l’Ina-GRM. «Pour lui, il n’y avait pas de catégories. Tous les sons pouvaient être utiles. Son œuvre est très variée, constituée de petits jardins, qu’il arrosait régulièrement.» Le site du GRM propose une écoute interactive de cette pièce fondamentale.

Luc Ferrari, qui devait écrire d’abord de la musique strictement instrumentale (notamment pour le piano), continuera à associer instruments et sons «concrets». Il écrira aussi de la musique instrumentale «pure», comme en témoigne par exemple son Histoire du plaisir et de la désolation (1979-81), d’une gourmandise (volontiers dévoratrice de la musique d’autrui) et d’une vitalité sonores proprement enthousiasmantes.

Le musicologue et homme de radio Daniel Caux, un proche de Luc Ferrari, souligne: «C’était un créateur passionné par l’observation du réel: les désordres du corps seront la source d’inspiration de ses deux dernières œuvres. Créés [en] juin à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, Les Arythmiques prennent en compte ses récents troubles cardiaques tandis que Morbido Symphony explore la gamme des sensations liées à la maladie. Son dernier commentaire sur cette pièce est qu’elle allait être très drôle.»

… admiré par beaucoup pour sa singularité, sa poésie, sa variété.

Blogue

  • Katharine Norman [Photo: Chantal Rosas Cobian]

    Le livre de Katharine Norman, (242 pages + 1 CD), est maintenant disponible sur electrocd.com. Le livre aborde plusieurs aspects de l’art sonore et présente des musiques d’artistes aussi variés que Magali Babin, Luc Fer…

    mardi 14 mars 2006 / Nouveautés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.