La boutique des nouvelles musiques

Artistes Fanfare Pourpour

Il y eut d’abord l’Enfant Fort (1974), libre regroupement qui, le samedi après-midi, paradait dans les rues de Montréal avec tambours et trompettes, la Pouet Pouet Band (1978), un orchestre qui intégrait à ses musiques originales, le théâtre et la chanson et Montréal Transport Limitée (1981), troupe de cabaret underground.

Puis comme le dit la chanson, tout le monde est reparti dans le tourbillon de la vie… En 1995, le désir de jouer à nouveau ensemble surgit de plus belle et certains d’entre eux créent la Fanfare Pourpour. Au fil des ans, des jeunes musiciens et des grands noms de la scène du jazz d’avant-garde montréalaise se joignent à l’orchestre.

Aujourd’hui, ils sont dix neuf musiciens et musiciennes à jouer une musique rythmée aux sonorités colorées de lyrisme, de romantisme et de tendresse. En témoignent ses cinq albums parus sur son étiquette indépendante monsieur fauteux m’entendez-vous? La Pourpour (2015), Danse des breloques (2010), Karusell Musik (2007), Le bal (2004), Tout le monde (1999), ainsi que ses nombreux spectacles donnés au Québec et à l’étranger (France, Suède, Mexique).

De 2010 à 2015, la Fanfare Pourpour a offert deux activités populaires dans le quartier Centre-Sud de Montréal: au mois d’août, le Cabaret sous les arbres au Parc des faubourgs, un rendez-vous festif en plein air, pour petits et grands, rassemblant une trentaine de musiciens, danseurs, conteurs, circassiens; et en septembre le Bal de l’Avenir, des ateliers de créations musicale et littéraire proposés à des enfants de l’école Champlain qui se concluaient par un enregistrement de disque, un spectacle à la maison de la culture Frontenac et une grande parade impliquant plusieurs écoles du quartier.

[ix-15]

Fanfare Pourpour

Montréal (Québec), 1995

  • Interprète

Membres de l’ensemble

Sur le web

Fanfare Pourpour, photo: Pierre Crépô, juillet 2015
Fanfare Pourpour, photo: Pierre Crépô, juillet 2015
  • Fanfare Pourpour en concert à l’événement DAME: Archive / mémoire, photo: Céline Côté, 16 février 2017
  • Joane Hétu, Fanfare Pourpour lors de l’événement DAME: Archive / mémoire, photo: Céline Côté, 16 février 2017
  • Fanfare Pourpour, photo: Denis Martin, août 2014
  • Fanfare Pourpour, Montréal (Québec), août 2013
  • La Fanfare Pourpour au Mexique, 23 mai 2012
  • La Fanfare Pourpour au Mexique, 23 mai 2012
  • Fanfare Pourpour, photo: Katia Gosselin, février 2010
  • Fanfare Pourpour, photo: Katia Gosselin, février 2010

Parutions principales

Compléments

Artistes divers
  • Épuisé
  • Hors-catalogue
  • Épuisé

La presse en parle

Pourpour la suite du monde

Réjean Beaucage, Voir, 16 septembre 2010

Les membres de la Fanfare Pourpour retournent à la p’tite école pour un grand projet qui inclut des ateliers avec les enfants, une parade, un disque et un concert!

La Fanfare Pourpour faisait paraître son quatrième disque en mai dernier, mais c’est déjà plus de 30 ans d’histoire qu’ont au compteur certains de ses membres. Au cours de ces années, la Pourpour a beaucoup voyagé. En 2008, c’est à Bordeaux qu’elle était invitée pour participer au Carnaval des 2 rives qu’organise le diffuseur Musiques de Nuit: «C’est une fête qui rassemble les pauvres de la rive droite et les riches de la rive gauche, explique le joueur de grosse caisse Jacques Duguay. On y a donné des concerts, bien sûr, mais on a aussi donné des ateliers en milieu scolaire, et ça nous a donné envie de poursuivre ce genre de travail ici.»

De retour chez nous, leur attention s’est portée dès l’automne dernier sur l’école élémentaire Champlain, dans le quartier Centre-Sud, et bientôt se sont noués des liens avec le projet «80, ruelle de l’Avenir», un organisme voué aux activités sociales, éducatives et de loisirs en milieu défavorisé. «En mars de cette année, on a commencé à donner des ateliers musicaux à 38 enfants, explique Jacques Duguay, et on a même pu poursuivre avec quelques-uns d’entre eux cet été en camp de jour». Thérèse Lessard, directrice générale de «80…», poursuit: «Il y a eu des activités parascolaires avec la Fanfare, mais surtout des activités intrascolaires, qui impliquaient les professeurs. Ce genre d’activités est excellent pour les élèves, ça augmente, par exemple, leur sentiment d’appartenance à l’école».

Avec l’aide des élèves, les membres de la Fanfare ont composé une chanson, Unique et fantastique, qui sera lancée en single ce vendredi lors du spectacle que donnera la Pourpour à la polyvalente Pierre-Dupuy. «Plutôt que de faire un party pour la fin des cours, on préfère célébrer la rentrée»! lance Duguay. De plus, ce projet aux multiples facettes comporte aussi un volet radiophonique en collaboration avec Radio Enfant (du 13 au 17 septembre, 24 heures sur 24, au 107,9 FM).

Et si cet événement a commencé à mijoter à Bordeaux, il était normal d’inviter quelques Bordelais à participer à l’aventure. Deux musiciens se joindront à la Pourpour lors du concert: l’accordéoniste Michel Macias et le slameur Benjamin Porcedda. On pourra entendre quelques-unes de leurs compositions, arrangées par Luzio Altobelli (accordéoniste dans la Fanfare), ainsi que des extraits du dernier disque de la Pourpour, sans oublier une chanson très spéciale, interprétée par un grand chœur de 38 voix!

Les membres de la Fanfare Pourpour retournent à la p’tite école pour un grand projet qui inclut des ateliers avec les enfants, une parade, un disque et un concert!

C’est le nom d’une fanfare. Et pas n’importe laquelle!

Yves Steinmetz, La Voix de l’Est, 29 juillet 2010

Pourquoi Pourpour et pas Flonflon? Ou Tsointsoin? Ou Boumboum? Je n’ai pas voulu le leur demander. Peut-être pour garder un petit jardin secret entre nous. Un petit coin de mystère. Pour le reste, je suis tombé sous le charme de Pourpour, dont je suis désormais un fan inconditionnel.

Qu’ont-ils fait, ces gens-là, pour conquérir mon vieux cœur désabusé? Samedi dernier, ils ont secoué Saint-Césaire, mon très sage village dont rien ne vient jamais bousculer la tranquillité. Pourpour est arrivé. Pourpour est descendu dans la rue. Là où se trouvent les gens. Quelle belle idée! Aller chercher le monde pour ensuite le convier au concert. La parade a remué le village, les gens se massaient sur son passage. C’est qui, ça? On leur répondait: Ça? C’est Pourpour. Venez les écouter ce soir.»

C’est quoi, au fond, une fanfare? De la musique bruyante? Du bruit musical? Les deux, et bien plus. La fanfare, c’est un des rares points de rencontre entre le talent artistique et le plaisir populaire. La fanfare, c’est la musique d’orchestre rendue incontournable à ceux et celles qui n’ont peut-être pas envie de savoir ce qu’est la musique d’orchestre. La fanfare, c’est une forme d’art immédiate. Destinée à celles et ceux qui n’y connaissent rien. Ce qui est mon cas.

Je suis romancier. Donc intello. Bon. Ça, c’est le matériel de base. Le métier, lui, consiste à écrire pour que tout le monde puisse me lire.

C’est comme le docteur: il ne t’explique pas la rencontre entre une bactérie et un antibiotique. Il te soigne, point. Et c’est ça, rien que ça, que tu attends de lui.

Et dans la Fanfare Pourpour, c’est exactement ce qui se passe. Les 16 musiciens que j’ai vus sur scène étaient tous des virtuoses. Et, ce qui ne gâte vraiment rien, ils riaient et s’amusaient autant que le monde dans la salle. La musique passait d’eux à nous sans intermédiaire.

Ouf! Quelle soirée! Des tangos qui donnaient des fourmis dans les jambes, de suaves bossanovas, des valses, des cha-cha-cha échevelés et, de temps à autre, un petit goût ashkénaze d’Europe centrale, ou de musique country.

Je devais prononcer un discours de remerciement lors du cocktail VIP, à l’intermission. En tant que président de la Maison de la Culture du Cœur de la Montérégie. Je l’ai réduit à: «Pourpour, je vous aime.» Ce qui était le fond de ma pensée.

La gérante du groupe, Lou Babin, m’a dit: Viens répéter ça sur scène à la reprise. Je l’ai fait. Ce fut mon meilleur discours.

Pourpour, je vous aime.

La Fanfare Pourpour descend dans la rue

Étienne Fortin-Gauthier, La Voix de l’Est, 26 juillet 2010

La Fanfare Pourpour a défilé dans les rues de Saint-Césaire, samedi, à la surprise de bien des citoyens. Fidèles à leur réputation, les dix-sept musiciens de ce joyeux orchestre ont brassé la cabane et en ont fait danser plusieurs.

«C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire! Ça fait plusieurs années que je les connais et quand j’ai su qu’ils venaient à Saint-Césaire, j’ai trouvé que c’était un beau cadeau», a confié Lucie Trottier, de Granby. À l’image d’une quarantaine de curieux, elle a suivi le défilé qui a entre autres traversé le centre-ville.

«L’objectif est de faire la fête avec des gens qu’on aime!», a lancé Lou Babin, l’âme de la fanfare, pour expliquer ce qui anime le groupe. «On joue surtout sur scène, mais parfois pour faire plaisir aux gens, on sort dans la rue. Le contact avec les gens est bien intéressant. On voit les gens sortir sur les balcons, c’est spontané», s’est-elle réjouie.

C’est Suzanne Provencher, de la maison de la culture Au cœur de la Montérégie, qui a eu l’idée d’inviter la fanfare à Saint-Césaire. «Je la connais depuis toujours, a-t-elle dit. Elle devait venir dans le cadre du festival Rythmes du monde et percussions et lorsqu’on a su qu’il ne pourrait avoir lieu, je n’ai pas osé l’annuler. C’était un trop beau projet», dit-elle en ajoutant qu’elle souhaite maintenant mettre sur pied un festival de la fanfare dans la municipalité.

C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire!

Fanfare Pourpour

Québec Info Musique, 29 juin 2010

La fanfare est un concept musical qui remonte à la nuit des temps, associée d’abord et avant tout aux activités officielles, qu’elles soient militaires ou civiles. Il s’est toutefois trouvé, à différentes époques, des musiciens pour en détourner la pratique et en présenter une version populaire, qui peut sembler anarchique aux oreilles non prévenues.

Deux des utilisations dérivées les plus célèbres de l’esthétique de la fanfare demeurent le jazz (les fameuses parades mortuaires de la Nouvelle Orléans) et la musique de cirque. À l’époque moderne, on ne peut passer sous silence le faux groupe Lonely Hearts Club Band des Beatles et toute une esthétique héritée des années psychédéliques. C’est dans cette voie que sont nées des expériences comme le Grand Cirque Ordinaire, qui y jouxtait une activité théâtrale, puis l’Enfant Fort et le Pouet Pouet Band, au cours des années 1970.

On retrouve d’ailleurs des membres de ces deux dernières formations (Benoît Fauteux, Christine Lajeunesse, Claude Vendette) à l’origine de La Fanfare Poupour, qui prenait forme une quinzaine d’années plus tard, en 1995. À ces fanfarons s’ajoutaient aussi des membres de collectifs tels Conventum (René Lussier), Montréal Transport Limité (Lou Babin, Bernard Poirier), Ambiances Magnétiques (Jean Derome) et d’autres musiciens d’horizons divers.

Un premier album Fanfare Pourpour… Tout le monde est produit sur la nouvelle étiquette DAME / Monsieur Fauteux m’entendez-vous? (MFMV 01), en 1999. Ses membres ont toutefois des occupations multiples, en plus de mener divers projets personnels et ce n’est que cinq ans plus tard qu’on retrouve un second album Le bal. Il sera suivi par deux autres projets, plus rapprochés, en 2007 et 2010.

Maintenant composée de vingt musiciens, dont une majorité de compositeurs, La Fanfare Pourpour propose avec Danse des breloques un éventail de leurs différentes écritures, qu’il s’agisse de musiques sautillantes comme la pièce titre ou Le retour de Pelle, de valses expressives telles que Transport Suzanne, voire de flirts avec la musique western, Partir ou bien la pop Croise le pont. L’éclatement de la scène musicale actuelle ferait-il mentir le verdict porté sur Montréal Transport Limité en 1984, prouvant que, oui, en 2010 «Le monde est prêt pour La Fanfare Pourpour»?

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.