La boutique des nouvelles musiques

Jean Derome Aussi dans la presse

La presse en parle

  • Nicolas Tittley, Voir, 13 avril 2000
  • Luc Bouquet, ImproJazz, 1 février 2000
    … l’auditeur sera frappé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité.
  • David Lewis, Exclaim!, 9 septembre 1999
    Strand… is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.
  • Octopus, 1 juin 1999
    … ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…
  • Frank Rubolino, Cadence, no 25:3, 1 mars 1999
    The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 39, 1 mars 1999
    une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

Marathon man

Nicolas Tittley, Voir, 13 avril 2000

Du 11 au 22 avril, les murs du Théâtre La Chapelle vont vibrer au rythme de l’un des musiciens les plus prolifiques de la scène actuelle montréalaise. Durant ces deux semaines, le saxophoniste Jean Derome présentera quatorze projets musicaux différents, et croisera le fer avec pas moins de vingt-six musiciens, parmi lesquels on retrouve les suspects habituels (les Tanguay, Hétu, Labrosse, Guilbeault et autres habitués de l’écurie Ambiances Magnétiques). Outre les concerts à proprement parler, les spectateurs pourront - chose plutôt rare - rencontrer l’artiste, découvrir son penchant pour les arts visuels à l’occasion d’une exposition, et assister à de nombreuses répétitions publiques d’œuvres en développement. Ambitieux et démesuré, cet événement permettra, pour citer l’artiste, de «réaliser des rêves plutôt que de rêver à des réalisations». Un esprit moins aventureux aurait peut-être considéré une telle entreprise comme un véritable suicide, alors qu’un homme plus compétitif aurait pu y voir l’occasion de briser un record Guinness. Jean Derome, lui, l’a fait comme ça, parce qu’on lui en a donné l’occasion. «J’ai déjà joué plusieurs fois au TLC et je ne voyais pas comment je pourrais continuer de susciter l’intérêt simplement en reprenant une série avec les Dangereux Zhoms ou un autre de mes ensembles, explique-t-il. «Je le fais un peu par bravade, mais aussi par jalousie, presque. Les gens de théâtre ou de danse qui jouissent de ce luxe: pouvoir travailler tous ensemble durant un mois sur un show.» La série, intitulée Jean Derome: Une exposition de musique, est exactement le genre d’événement dont Richard Simas, directeur artistique et programmateur visionnaire du Théâtre La Chapelle, raffole. «Ça fait plus de vingt ans qu’on se connaît, Richard et moi. On a fait beaucoup de choses ensemble et, cette année, lorsqu’il m’a offert une carte blanche et qu’il m’a demandé ce que je désirais faire, j’ai tout de suite voulu habiter le théâtre pendant un mois. Je e suis vite rendu compte que c’était un peu trop, mais même à deux semaines, on garde l’idée d’occuper le théâtre d’une façon plus globale qu’on ne le ferait pour une série normale de concerts.» Pour qui connaît un peu l’auteur, adepte de l’Oulipo (il a déjà consacré une œuvre à Perec) et spécialiste de l’interdisciplinarité (lors des deux semaines, on retrouvera de la performance, de la danse, des lectures), Une exposition de musique est un titre qui colle très précisément à la démarche de Derome. D’abord, parce qu’il permet aussitôt quelques dérapages sémantiques. «C’est une exposition de musique, mais aussi une façon d’exposer les musiciens à ma musique, comme on dit “être exposé à des radiations", explique Jean. En même temps, c’est une question qui est (ex)posée au public: Y-a-t-il un intérêt à voir des répétitions et à suivre l’évolution d’un projet?» Il y a aussi, il faut le reconnaître, une certaine ironie dans l’idée de proposer une «exposition» à caractère musical. La musique, surtout lorsqu’elle comporte une grande part d’improvisation, comme ce sera le cas, est un art périssable, fugace. «Ce ne sont pas des tableaux que je peux sortir d’un entrepôt; lorsque je reviens sur des œuvres passées, il faut que je les remonte dans le passé, que je retrouve les instruments qui m’ont servi, que je les remette en état, et que je réapprenne certaines choses…»

Bien que Derome profite de l’occasion pour revisiter quelques pièces de son répertoire (la plus vieille, Serge accordéoniste, est un solo qui remonte à 1985, et sera accompagnée d’une performance de Nathalie Derome), il ne s’agit pas d’une rétrospective à proprement parler. En fait, l’artiste en mouvement est résolument tourné vers l’avenir. «Dans le fond, je suis très jaloux d’un gars comme Robert Lepage, qui se permet de montrer des work in progress qui coûtent un quart de million, dit en riant le saxophoniste. Plus modestement, j’aimerais seulement dédramatiser l’angoisse du projet inachevé, et offrir aux gens l’accès au processus créatif. Il y a un aspect didactique dans tout ça; je pense que c’est le genre de chose qui pourrait intéresser beaucoup de jeunes musiciens.» C’est exactement ce qui se passera avec Canot-Camping, qui sera présenté en mai au Festival international de musique actuelle de Victoriaville, et qui fera ses premiers pas au TLC. «Avec onze musiciens, c’est le plus gros projet du lot. Les musiciens vont voir les partitions pour la première fois le soir de la répétition; et c’est là qu’on va monter le spectacle.» Il ne s’agit là que d’une infime partie du programme, où se succéderont duos, solos, trios, improvisations, pièces arrangées pour fanfare, j’en passe et des meilleures. Derome est un compositeur et un interprète tellement prolifique qu’il faudrait plusieurs années pour faire le tour de son œuvre. Mais si, d’aventure, il nous prenait l’envie d’assister à tous les événements, découvrirait-on le vrai visage de Jean Derome? «J’espère que ça donnerait l’impression d’une mosaïque qui me ressemble. Mais je ne sais pas s’il y aurait une réponse claire. Au fond, je pense que chaque œuvre d’art est une question.»

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, 1 février 2000

Strand — Under The Dark Cloth est la b.o.f. du film de John Walker consacré au photographe et cinéaste underground Paul Strand (1890 — 1976). Signées par le saxophoniste Jean Derome, les dix-huit pièces de ce compact sont le plus souvent les illustrations musicales des photographies de Strand. Comme toujours en pareil cas l’image manque. Informé ou non du contenu, l’auditeur sera happé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité. Mais l’on aurait aimé goûter à l’œuvre dans son intégralité, car point besoin d’être devin pour deviner que le film de Walter ne sera probablement jamais distribué en France. Reste la musique; captivante, douce, mystérieuse, comme toujours chez Derome.

… l’auditeur sera frappé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité.

Review

David Lewis, Exclaim!, 9 septembre 1999

Derome has to number among Canada’s most diverse, entertaining and prolific composers. This film soundtrack features him on flutes, tin whistle, alto saxophone, piano and percussion, as he leads a 12 piece orchestra in a program of 18 miniatures distinguished by their cohesive suite-like flow. The composer’s melodic flair shines as Claude Maheu’s oboe states the lovely theme of Rebecca while timpani (Abstraction), steel drums (Blind Woman) and delicate percussion fills (La Galerie,) show Derome’s rhythmic invention and his mastery of harmonic colour and minimalist detail. Pascale Beaudry’s violin and the wordless vocals of Karen Young add consistent charm and dramatic strength to a project that ranges from the vibrant African vamp of the heavily percussive Ghana (Hope) to the sprightly folk themes of Hébrides (A Song & A Dance). Paul Strand, Under the Dark Cloth is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.

Strand… is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.

Critique

Octopus, 1 juin 1999

Aprés Navré et Carnets de voyage,Torticolis est le troisième album de Jean Derome et ses Dangereux Zhoms (René Lussier au saxophone et à la guitare, Tom Walsh, etc)enregistré live au Théâtre La Chapelle à Montréal. Fortement rythmées, les cadences infernales de ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien dont les représentants les plus caractéristiques seraient Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage et Martin Tétreault.

… ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…

Review

Frank Rubolino, Cadence, no 25:3, 1 mars 1999

Joane Hétu (alto and voice) and Jean Derome (alto, small instruments, percussion, and wice) appear as a duet on Nous perçons les oreilles (Ambiances magnétiques). This time, the music is the more dominant influence, with the vocals adding color and texture to the fierce alto screams rather than acting as a story-telling device. Hétu again uses scatting vocal utterances in conjunction with the music, but she devotes equal concentration on this set to the alto that she blows with reckless abandon on many of the selections (Nous Perçons / Le Poinçon / Jonquille / Les osselets / Lea / Les oreilles / L’enclume et le marteau / L’étrier / La ouate / Les orteils / Ça va pas). The use of voice to complement music has become standard fare with Derome (he scripted all the text), and he and Hétu use it intelligently on this date as an alternate for additional instrumentation. Their voices interact with their instruments in staccato fashion to provide a diverse sound stage of irregular beat and freedom playing. When the two are in tandem on alto, they play either a cat and mouse sound game or blow intensely in freeform style. The cacophony of the horns melts into screechy vocal outbursts or guttural tones to yield strange but musical results. This recording is unusual but certainly excitinq and original.

The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 39, 1 mars 1999

Justement, c’est le registre qu’a choisi — encore elle — Joane Hétu dans un second opus en compagnie de Jean Derome (par ailleurs compagnon de Castor et compagnie) Nous perçons les oreilles s’inscrit en effet dans la suite logique des récents enregistrements bruitistes de Lussier / Tétreault ou de Labrosse / Mori / Tétreault, avec une approche nettement plus acoustique: ici ni échantillonnages, ni tourne-disques, mais une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents (appeaux, etc.), de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.