La boutique des nouvelles musiques

Artistes Alain Brunet

Alain Brunet

  • Journaliste

Articles écrits

Akousma: Quinzième sommet de l’exploration électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, 15 octobre 2018

Présenté dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales, le festival Akousma XV démarre aujourd’hui et se conclut samedi: six programmes des plus nourrissants pour les amateurs les plus pointus des approches électroniques et électroacoustiques.

Francis Dhomont

Ce soir, 20h, Au Gesù

Cet incontournable de l’électroacroustique cultive encore aujourd’hui un intérêt fervent pour une écriture dite «morphologique» et aussi pour ses observations créatrices des «ambiguïtés» entre le son et l’image. Entre le Québec et la France, Francis Dhomont a cumulé les honneurs sa vie durant: Grand Prix Giga-Hertz 2013 - Allemagne; docteur honoris causa de l’Université de Montréal; Prix [de Printemps de la] SACEM 2007 de la meilleure création contemporaine électroacoustique; prix Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada; 1er prix (1981) et prix «Magisterium» (1988) au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France); prix Ars Electronica 1992 (Autriche). De 1978 à 2004, il a partagé ses activités entre la France et le Québec, où il a enseigné à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le nonagénaire vit aujourd’hui à Avignon, compose toujours et étoffe sa réflexion théorique. En feriez-vous autant à 92 ans? Au programme de demain, plusieurs œuvres en création nord-américaine.

La lucarne des rêves

Demain, 20h, Au Conservatoire de musique de Montréal

Voilà un film immersif conçu par la Française Cendrine Robelin, avec [la participation] de Martin Gracineau (son) et de Claude Mercier (montage). Voilà une œuvre cinématographique autour de la musique concrète, au sein de laquelle l’approche des compositeurs Bernard Parmegiani et Lionel Marchetti est respectueusement évoquée. «Je rêve d’un film avec le pouvoir de transformer notre perception des bruits du monde et de nous inviter à en faire de la musique. Ces bruits du monde nous entourent et nous façonnent sans que l’on y prête attention. C’est la rumeur de la ville, l’éveil des oiseaux, un moteur en action, des voix, des bruits de machines, des instruments», indique Cendrine Robelin, question de piquer notre curiosité et de nous convier à cette soirée où elle présente également Bain de gong, d’une durée de sept minutes.

Dôme + Sinus + Fiction

Mercredi, 20h, À la Satosphère de la SAT

Dans le contexte d’Akousma, la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) accueille mercredi trois œuvres immersives sous la bannière Dome + Sinus + Fiction. Un «ensemble d’oscillateurs» réunit d’abord un florilège d’électroacousticiens québécois, suivi de Out of Joint, «essai d’hybridation sonore autour du Macbeth de Shakespeare», imaginé par la compositrice québécoise Monique Jean. Le programme se conclut par le travail du compositeur français Franck Vigroux, intégration singulière de musique contemporaine et de bruitisme, mais aussi de théâtre, de danse et de vidéo. Alternativement guitariste, platiniste, électroacousticien, producteur électro, improvisateur, compositeur, il a travaillé notamment avec des musiciens iconoclastes de réputation internationale tels Mika Vainio (Pan Sonic), Reinhold Friedl, Elliott Sharp, Joey Baron, Zeena Parkins, Ars Nova ensemble instrumental.

Complexe + Nature

Jeudi, 20h, À l’Usine C

Andrea Gozzi et Francesco Casciaro présentent Dot Plot, dialogue improvisé via le PrintStrument, sorte de synthétiseur polyphonique électromécanique conçu à partir d’une imprimante matricielle. De la compositrice d’origine mexicaine Nashim Gargari, on aura droit à Ensifera Ventum et Glaciar and Blue Whale, quête d’unité avec la science, les arts visuels et l’environnement. La compositrice canadienne Rose Bolton présentera ensuite The Blinding, évocation sonore du fonctionnement de la mémoire. S’ensuit Live Somewhere du Québécois Philippe Vandal, qui travaille ici sur nos problèmes de perception induits par la saturation d’informations. Le numéro suivant s’intitule Spiel; la performeuse Nien Tzu Weng exploitera le concept «pour bouche préparée» de Michael Montanaro et de Tatev Yesayan. Après quoi le compositeur québécois Georges Forget offrira Eurosignal, inspiré d’un ancien système de radiomessagerie (téléavertisseur, pager). La soirée se conclut par Les Hexacordes bien synthétisés, micro-pièces explorant les 35 hexacordes de la «pitch class set theory» d’Allen Forte.

Chaos + Émergent

Vendredi, 20h, À l’Usine C

La soirée Chaos + Émergent réunira d’abord les Italiens Francesco Canavese et Francesco Giomi, qui exécuteront The SDENG Project, exploration des relations entre le live electronic et l’improvisation. La pièce Thunderdrone, des Espagnols Diego de León et Manu Retamero, témoignera de leur expertise en conception de synthétiseurs et de l’influence qu’ils exercent sur le genre glitch-ambient ou même la techno. Par la suite, la Québécoise Myriam Bleau nous offrira un de ses systèmes audiovisuels dont elle a le secret… quelque part entre l’installation et la performance musicale intégrant l’électroacoustique, la techno, la pop ou le hip-hop. Myriam Bleau sera suivie de l’Allemand Markus Mehr, dont l’œuvre Liquid Empires résulte de subtils traitements d’enregistrements sous-marins… glou glou! Ce programme sera coiffé de Giant Claw, œuvre singulière de l’artiste audiovisuel américain Keith Rankin.

Viva l’Italia!

Samedi, 20h, À l’Usine C

À l’évidence, la présence italienne domine le 15e festival Akousma, le programme de clôture en fera l’éloquente démonstration. D’abord au menu sera diffusée la pièce Valence du Montréalais Ilyaa Ghafouri, un diplômé du Conservatoire de musique de Montréal, sous la tutelle de Louis Dufort, en l’occurrence le directeur artistique d’Akousma. Ensuite, les compositeurs italiens uniront leurs forces: Francesco Casciaro, Francesco Canavese, Francesco Giomi et Andrea Gozzi diffuseront un florilège d’œuvres les ayant marqués; o Down de Gabriele Marangoni pour quatre performeurs; Chants parallèles du brillantissime Luciano Berio; Microclima II de Marco Dibeltulu, imprégnée de musiques traditionnelles de Sardaigne; Scabro de Francesco Giomi, de facture «rugueuse, rustre, rude et impolie»; Otkaz [de] Simonluca Laitempergher, fondée sur le principe d’oktaz, point précis où un mouvement s’arrête et un autre s’amorce.

… dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales…

Akousma

Alain Brunet, La Presse, 19 octobre 2016

Michel Chion, Troisième symphonie, l’audio-divisuelle

À l’Usine C le 19 octobre, 18h

Le compositeur français qualifie sa troisième symphonie d’œuvre «audio-visuelle». Il s’applique à y faire s’entrechoquer sons et images de différentes manières. Cette œuvre a pour objet de «célébrer la vie sans aucune référence religieuse» et d’évoquer la mort «plus solaire que pluvieuse». De plus, Michel Chion dit avoir eu recours aux principes musicaux de la composition pour monter les images et les faire interagir avec les sons.

Pita, Get In

À l’Usine C le 19 octobre, 20h

Pita est le pseudonyme du fondateur des Éditions Mego, Peter Rehberg. Londonien transplanté à Vienne, ce vétéran de la scène électro s’inspire du bruitisme, de l’ambient, de l’industriel, du drone, de la techno, mais aussi des premières vagues électroacoustiques. Pita a enregistré une douzaine d’albums au cours des deux dernières décennies. C’est un habitué des plus grands festivals électro: Sónar, All Tomorrow’s Parties, CTM Berlin, Donaufestival. Il a reçu le prix Ars Electronica en 1999. Get In, qui sera présentée à Montréal, suit les œuvres Get Out (1999) et Get Off (2004). De la suite dans les idées… au cœur du son.

Adam Stanović, Escapade et Mettallurgic

À l’Usine C le 20 octobre, 20h

Directeur du programme de maîtrise en art sonore de l’Université de Sheffield, Adam Stanović se spécialise dans la composition d’œuvres électroacoustiques de type acousmatique. On a pu entendre ses œuvres dans quelque 500 festivals et concerts à travers le monde. Escapade se veut un assemblage inédit de micro-fragments de musiques orchestrales. Quant à Mettallurgic, elle met en scène l’exploration sonore d’un morceau de métal via la résonance, la percussion et autres manipulations physiques de l’objet, et aussi via le traitement électronique de ces manipulations.

Antwood, Pièces de l’album Virtuous.scr

À l’Usine C le 21 octobre, 20h

Antwood est le pseudonyme de Tristan Douglas, artiste canadien endossé par les labels Cocobass et B.YRSLF Division (sous le pseudo et jeu de mots Margaret Antwood). Il jouera à Akousma les versions alternatives de pièces tirées de son plus récent album, Virtuous.scr. L’idée de cet album se fonde sur la question suivante: l’intelligence artificielle peut-elle respecter un code d’éthique qui lui est propre si elle connaît un éveil «émotionnel»? Autour de cette thématique, la musique expérimentale investit les codes de la musique populaire se déployant dans un environnement électronique.

Richard Chartier, Recurrence / Retracing

À l’Usine C le 22 octobre, 20 h

Actif depuis la fin des années 90, le Californien Richard Chartier s’est taillé une réputation dans les sous-tendances néo-moderne et micro-son de l’art sonore. Sa musique et ses installations ont été présentées en Europe, en Asie, en Océanie comme en Amérique du Nord. En 2000, il a fondé le label Line et assumé la direction artistique de nombreuses installations sonores. Son approche se veut autoréflexive: sa musique minimaliste explore l’espace sonore tout entier à travers les différentes caractéristiques de la relation entre émetteur et récepteur d’une œuvre: l’écoute, la perception, l’attention, le silence, etc.

Francis Dhomont, Cycle des profondeurs I, II e III

Au Conservatoire de musique de Montréal les 20, 21 et 22 octobre, 17h45

Parmi les pionniers vivants de l’électroacoustique, Francis Dhomont a amorcé un très long cycle de création à la fin des années 40. Il a passé une large part de sa vie professionnelle entre la France et le Québec. Nombre d’œuvres importantes du répertoire lui sont attribuées, dont les trois volets de ce Cycle des profondeurs, présentés en autant de jours. Sous le regard d’un soleil noir (1979-1981) relate un naufrage intérieur, inspiré des écrits du psychiatre et psychanalyste Ronald D Laing. Forêt profonde (1994-1996) est un mélodrame acousmatique d’après un essai de Bruno Bettelheim. Le cri du Choucas (2014-2015) évoque l’approche psychanalytique de Marthe Robert.

Michel Chion; Pita; Adam Stanović; Antwood; Richard Chartier; Francis Dhomont

Jean Derome à l’année

Alain Brunet, La Presse, 13 mai 2015

Classique, baroque, rock, prog, jazz-rock, jazz, free jazz, trad, tonal, atonal, sériel, dodécaphonique, cacophonique, bruitiste, essentiellement actuel. L’infatigable et multipolaire Jean Derome est de toutes ces moutures, et c’est pourquoi son univers foisonnant rejaillira pendant une année entière. Et ce, à compter de jeudi.

Compositeur, interprète, improvisateur, leader d’ensemble, multi-saxophoniste, multi-flûtiste, tripoteur d’innombrables bidules sonores au service de son imagination foisonnante, le bientôt sexagénaire cumule 45 années de carrière. Son œuvre comprend des centaines de compositions et jeux d’improvisation, dont plusieurs ont été enregistrés sous Dame/Ambiances Magnétiques. Sa réputation déborde des cadres québécois ou canadien, ses collaborations avec nombre de musiciens étrangers (Fred Frith, Lars Hollmer, Louis Sclavis, etc.) le positionnent parmi les incontournables de ladite musique actuelle.

L’Année Jean Derome

Ainsi donc, l’Année Jean Derome s’amorce ce jeudi avec la création mondiale de Résistances, œuvre inédite conçue autour du thème de l’électricité, et qui réunira un ensemble de 20 musiciens en ouverture du 31e Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV). L’Année Jean Derome a reçu l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) soit une bourse de carrière de 60 000$ pour la réalisation de cet ambitieux programme dont voici les principaux événements:

Trio Derome Guilbeault Tanguay au Festival international de jazz de Montréal, le 29 juin prochain à l’Astral. Jean Derome et les Dangereux Zhoms augmentés de neuf musiciens à l’Off Jazz, le 7 octobre au Lion d’Or. Transposition en musique de la pièce Phèdre de Racine pour l’Ensemble Supermusique, le 20 novembre au Gesù. Duo de Jean Derome avec la clarinettiste Lori Freedman, le 27 novembre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Jean Derome de concert avec le percussionniste Michel F. Côté, la saxophoniste Joane Hétu et l’ensemble GGRIL de Rimouski, le 28 avril 2016. Jean Derome avec la Fanfare Pourpour et l’Enfant Fort aux Escales Improbables de Montréal, les 10 et 11 juin 2016. Jean Derome aux Suoni Per Il Popolo de juin 2016, on en passe une dizaine d’autres!

Film documentaire réalisé par Richard Jutras, Derome ou les turbulences musicales sera projeté en avant-première le 25 juin à la Cinémathèque québécoise. On vient de lancer l’album Musiques de chambres 1992-2012, soit six œuvres composées durant la période qu’indique le titre de l’enregistrement. L’exposition de photographies Jean Derome vu par… est présentée à la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal jusqu’au 14 juin 2015. Lancement d’un site internet officiel consacré à l’univers de Jean Derome.

Au café de l’avenue du Mont-Royal où il accorde cette interview, Jean Derome est égal à lui-même: parle lentement et sûrement, garde son calme et son sourire. Il est ainsi depuis les années 70, seuls quelques sédiments de chair ont à peine transformé cet artiste inoxydable, imperturbable devant la difficulté de créer hors des cadres convenus.

«Les jeunes musiciens ont une meilleure formation que jamais, le niveau général ne cesse de monter. Pourtant, je connais des musiciens de très fort calibre qui ne trouvent pas de travail. Être musicien aujourd’hui est un apostolat. Tu restes pauvre, mais t’as du fun! C’est un beau métier. L’art véritable, c’est comme du chiendent: ça pousse à travers l’asphalte.»

Force est de déduire que sa capacité d’émerveillement n’a pas été altérée par la difficulté économique.

«Je suis presque content de n’avoir jamais eu de grand succès commercial. En fait, quand tu as du succès, tu es plus ou moins forcé à jouer tes tubes. Je ne suis pas pris dans cet étau. Ça reste toujours ouvert, je suis libre d’avancer là où je le veux.»

Plus que la famille du jazz ou celle de la musique contemporaine, Jean Derome est associé au label Ambiances Magnétiques dont il est un cofondateur. On parle néanmoins d’une niche et… notre homme n’a que faire de ces considérations.

«Je ne veux pas trop savoir dans quel marché spécialisé je me trouve. Mes collaborateurs et amis me soutiennent et je les soutiens. Ce qui m’intéresse surtout, c’est la musique vivante, pétillante. Celle qu’on crée à l’instant. C’est ce que je fais depuis 1971.»

Il avait 15 ans lorsqu’il donné son premier concert devant public. Il jouait alors dans un groupe de jazz-rock alors dirigé par le pianiste Pierre Saint-Jak. Ce groupe devint Nébu en 1973, Derome y a participé pendant un moment avant de s’inscrire au Conservatoire en flûte traversière. En 1977, il renouait avec Nébu, alors devenu trio avec Saint-Jak et le contrebassiste Claude Simard. En route vers les années 80, il fut un membre actif de l’Ensemble de musique improvisée de Montréal (EMIM), dirigea la Grande Urkestre de Montréal (GUM), et on se souvient particulièrement des Granules, duo de choc qu’il forma avec le guitariste et compositeur René Lussier.

«J’ai toujours alimenté cet intérêt pour l’improvisation. Dans plusieurs styles, autour de la branche du jazz. De manière générale, je n’ai pas joué la musique de compositeurs réputés. Encore aujourd’hui, je ne joue que ma musique et celle de mes amis… sauf Monk et Mingus. Dans les années 80, j’ai fait partie de cette vague de musiciens qui ont incarné ce regain d’intérêt pour Monk. J’avais alors participé au groupe Mysterioso avant de former Evidence avec le contrebassiste Pierre Cartier et le percussionniste Pierre Tanguay. Plus tard, c’est-à-dire il y a 20 ans (!), j’ai été très heureux d’accepter l’invitation de Normand Guilbeault dans son ensemble consacré à la musique de Charles Mingus. Oui, je viens du jazz mais au fond, je plus tourné vers l’improvisation libre et cette communauté d’affinités qu’on appelle (au Québec) la musique actuelle.»

Grands jeux d’improvisation, (Canot-Camping), vastes projets de musique actuelle (Confitures de gagaku, Je me souviens - Hommage à Georges Perec, etc.), musiques de chambre, musique de théâtre, musiques de films… À l’évidence, Jean Derome est un pilier de cette «musique actuelle» qui a connu connu son âge d’or dans les années 80 et 90. En 2015? Notre interviewé refuse de la voir flétrir.

«Elle a été vieillissante pendant un moment, convient-il, mais ce n’est plus aussi vrai. De plus jeunes musiciens la pratiquent, certains arrivent à maturité, je pense à Pierre-Yves Martel, Isaiah Ceccarelli et plusieurs autres. Mais… oui, il y a quand même un problème avec les musiques de concert en général, ces musiques qui ne sont pas du divertissement ou de la variété. On peut se poser la question: y a-t-il un appétit des mélomanes pour vivre ensemble la musique? Ou bien veut-on la vivre en mode virtuel?»

Poser la question, c’est y répondre. «Ce qui m’intéresse personnellement, c’est le concert. Ce moment de partage dans l’instant, ça demeure pour moi LA musique. C’est comme le sexe: je me fous de la porno, je veux vivre une vraie relation, en temps réel. Cette relation physique est pour moi irremplaçable.»

… son univers foisonnant rejaillira pendant une année entière.

Autres textes

La Presse, La Presse

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.