La boutique des nouvelles musiques

Artistes Tim Brady

Tim Brady est bien connu pour ses orchestrations radieuses, ses structures théâtrales et son style guitaristique novateur. Ce compositeur et guitariste s’intéresse à divers genres allant de la musique de chambre et pour orchestre à l’électroacoustique, l’opéra de chambre et la musique de danse contemporaine, sans oublier le jazz et l’improvisation libre. De nombreux ensembles et orchestres nord-américains et européens lui ont commandé des œuvres, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, le Winnipeg Symphony Orchestra, la Société de musique contemporaine du Québec, New Music Concerts, l’Ina-GRM (Radio-France), l’English Guitar Quartet, le Pittsburgh New Music Ensemble, Esprit Orchestra (CBC), l’ensemble Relâche de Philadelphie, le groupe australien Topology et l’ensemble à cordes britannique The Smith Quartet.

Depuis 1988, il a publié 14 disques compacts à titre de compositeur et d’interprète, d’abord chez Justin Time Records, puis chez Ambiances Magnétiques.

Brady se produit régulièrement en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Australie, comme soliste à la guitare électrique. Dans ses concerts, il interprète ses œuvres et celles qu’il commande à d’autres compositeurs afin de créer un nouveau répertoire pour son instrument. Il a joué dans maintes salles de concert importantes, dont le South Bank Centre et l’ICA (Londres), le Huddersfield Contemporary Music Festival (RU), le Darwin International Guitar Festival (Australie), le Bang on a Can Festival (New York), De Ijsbreker (Amsterdam), Radio-France (Paris), le Festival de musique contemporaine de Barcelone et BKA (Berlin). Il a fait plusieurs enregistrements pour Radio-Canada, la Canadian Broadcasting Corporation, la British Broadcasting Corporation, la Netherlands Public Radio, Radio-France, la Radio nationale espagnole et la National Public Radio des États-Unis.

Son ensemble de musique nouvelle Bradyworks a fait des tournées canadiennes, joué aux États-Unis et enregistré régulièrement pour la CBC et Radio-Canada. Cet ensemble a publié son premier disque, Inventions, en 1991, suivi de Revolutionary Songs en 1996, à l’occasion de son interprétation au Festival international de musique actuelle de Victoriaville. À l’automne 2003, le groupe a publié son troisième disque, Unison Rituals, et accompli sa première tournée européenne, qui comptait une prestation radiophonique pour l’émission «Hear and Now» de la BBC Radio 3, ainsi que des concerts à Aberdeen, Dublin et Cork. Récemment, l’ensemble présentait deux opéras de chambre de M. Brady, dans des productions très réussies: Three Cities in the Life of Dr. Norman Bethune (Montréal, 2003 / Toronto, 2005) et The Salome Dancer (Kitchener, 2005). En mai 2008, l’ensemble a donné cinq représentations de My 20th Century lors d’une tournée québécoise qui incluait une autre apparition au Festival international de musique actuelle de Victoriaville.

En janvier 2004, Brady recevait le Prix Opus du Compositeur de l’année, décerné par le Conseil québécois de la musique, pour la qualité exceptionnelle de son travail de création. De 2008 à 2010, il sera compositeur en résidence à l’Orchestre symphonique de Laval, où, de concert avec son directeur musical Alain Trudel, il travaillera à l’établissement d’une présence des musiques de création au sein de l’orchestre et de la ville de Laval.

Outre ses activités de compositeur et de guitariste, Brady a été directeur artistique (1994-2004) d’Innovations en concert. Cette société dont il est le fondateur est l’un des principaux diffuseurs de musiques nouvelles à Montréal. Sous son directorat, elle a présenté plus d’une centaine de concerts de musique contemporaine du Canada et du monde entier. Il a également été membre des conseils d’administration de Codes d’accès, de la Ligue canadienne des compositeurs et de la Music Gallery. Enfin, il écrit régulièrement dans le magazine Musicworks.

[viii-09]

Tim Brady

Montréal (Québec), 1956

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (guitare électrique)

Ensembles associés

Sur le web

Tim Brady, photo: Laurence Labat
Tim Brady, photo: Laurence Labat
  • Tim Brady, photo: Laurence Labat, Montréal (Québec), juin 2011
  • Bradyworks, Tim Brady, L’Assomption (Québec), 16 mai 2008
  • Tim Brady, photo: Laurence Labat
  • Tim Brady, photo: Laurence Labat
  • Tim Brady
  • Tim Brady
  • Tim Brady
  • Tim Brady

Parutions principales

Atma Classique / ACD 22676 / 2013
Ambiances Magnétiques / AM 206 / 2011
Ambiances Magnétiques / AM 905 / 2011
Ambiances Magnétiques / AM 203 / 2010
Ambiances Magnétiques / AM 189 / 2009
Ambiances Magnétiques / AM 164 / 2007
1
Ambiances Magnétiques / AM 156 / 2006
GO
Ambiances Magnétiques / AM 139 / 2005
Ambiances Magnétiques / AM 125 / 2004
Ambiances Magnétiques / AM 110 / 2003
Ambiances Magnétiques / AM 107 / 2002
Justin Time Records / JTR 8484/5 / 2000
Justin Time Records / JTR 8464 / 1997
Justin Time Records / JTR 8459 / 1996
Justin Time Records / JTR 8445 / 1994
Justin Time Records / JTR 8440 / 1992
Justin Time Records / JTR 8433 / 1991
Justin Time Records / JTR 8415 / 1990
Justin Time Records / JTR 8413 / 1988

La presse en parle

De Tchaïkovski à Rivard

Réjean Beaucage, Voir, 23 septembre 2010

Tim Brady compose une œuvre sur des paroles de Michel Rivard pour le 25e anniversaire de l’Orchestre symphonique de Laval. Wow!

Le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Laval (OSL), Alain Trudel, a préparé un programme si alléchant pour l’ouverture de la saison qu’on a dû prévoir un spectacle supplémentaire! Il y aura l’ouverture-fantaisie Roméo et Juliette, de Tchaïkovski, mais surtout, il y aura Alain Lefèvre et le Concerto no 4 d’André Mathieu (faut-il rappeler que les concerts de l’OSL se donnent à la salle André-Mathieu?). Mais ce n’est pas tout! L’OSL a aussi commandé une œuvre à son compositeur en résidence, Tim Brady, et ce dernier a obtenu la collaboration de l’auteur Michel Rivard, qui a écrit un texte que chantera le baryton Michael Donovan.

Le tandem Rivard/Brady est relativement surprenant, l’auteur-compositeur-interprète et le guitariste éclectique n’évoluant guère dans le même registre. Brady explique: «En avril 2007, je participais à un projet du CBC Orchestra, le Canadian Songbook [et rappelons que c’est Alain Trudel qui le dirigeait jusqu’à son démantèlement en 2008]. J’avais été engagé pour faire des arrangements de pièces des Guess Who. C’est là que j’ai rencontré Michel Rivard et que nous avons découvert que nous avions beaucoup de choses en commun; nous avons parlé aussi bien de Varèse et Messiaen que de Zappa! C’était juste avant que je commence mon poste à l’OSL. J’avais déjà le projet d’une grande œuvre vocale, mais je n’avais pas de texte…»

Cherchant un texte original en français, Brady s’est rapidement rendu compte qu’il venait de se faire un ami possédant une certaine expérience dans le domaine! «Quand je lui ai proposé de le faire, explique Brady, il a immédiatement accepté, en me disant qu’il cherchait précisément un projet pouvant le sortir de sa zone de confort.» Il ne pouvait pas vraiment en sortir davantage qu’en collaborant à la création d’une œuvre symphonique contemporaine! «Dès que j’ai lu sa première page de texte, poursuit Brady, la musique était déjà dans ma tête.» En amour, en hiver, de Tim Brady et Michel Rivard: à découvrir!

À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier. Ils ont présenté l’œuvre au festival Bang on a Can à New York, avec beaucoup de succès, et le referont le 4 octobre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier.

Courir!

Réjean Beaucage, Voir, 11 septembre 2008

Le compositeur Tim Brady est en résidence à l’Orchestre symphonique de Laval, qui nous présente sa plus récente œuvre entre deux symphonies de Beethoven. Pas mal!

Lundi dernier, il était à la Sala Rossa pour improviser avec, entre autres, le contrebassiste Barry Guy et la clarinettiste Lori Freedman; mercredi, il transportait ses guitares électriques à la salle Claude-Champagne pour participer au concert d’ouverture de la saison du Nouvel Ensemble Moderne en jouant dans une œuvre du très actuel compositeur allemand Heiner Goebbels; voici maintenant l’Orchestre symphonique de Laval qui nous présente sa musique orchestrale, et le directeur musical de l’OSL, Alain Trudel, la programme entre deux symphonies de Beethoven! On savait Tim Brady éclectique, mais là, il frappe fort! Et ce n’est pas tout: la pièce qui sera créée, Running, est inspirée de Runnin’ Back To Saskatoon, des Guess Who«Ce n’est pas l’une de leurs meilleures tounes, explique Brady, mais on m’a demandé d’en faire un arrangement pour le CBC Radio Orchestra, à Vancouver, dont le chef est aussi Alain Trudel, et ça a très bien marché. En fait, j’ai presque fait une réécriture de la pièce, un truc qui dure 11 minutes, dans lequel près de la moitié avait très peu à voir avec la pièce originale. J’en étais assez content et j’ai suggéré à Alain de développer certaines de ces sections pour en faire une nouvelle œuvre, qui est devenue Running.»

Le titre de l’œuvre rappelle évidemment l’originale, et les aficionados des Guess Who (?) en verront peut-être passer l’ombre, mais il signale aussi un scherzo d’enfer. «Ça n’arrête jamais!» prévient le compositeur, «enfin, il y a bien une ou deux mesures de relâche, mais pas plus.» Présentée après la Cinquième de Beethoven et avant la Sixième, surnommée Pastorale, du même compositeur, l’œuvre risque d’avoir un certain effet! S’il est compositeur en résidence à l’OSL, c’est pourtant la seule œuvre de Tim Brady que nous entendrons l’orchestre jouer cette saison; «oh! mais je vais aussi beaucoup travailler dans les écoles de Laval, auprès des étudiants en concentration musique, particulièrement, où l’on présentera des ateliers de composition, un peu pour montrer ce que c’est qu’un compositeur. Je vais aussi travailler aux arrangements pour le concert symphonique de Dan Bigras que l’OSL présentera en janvier.» Brady travaille aussi avec Alain Trudel et le directeur général, Alain Demers, à l’élaboration d’un événement autour de la création, avec concert (incluant une grande œuvre de Brady), des conférences, etc. À suivre!

Tim Brady est aussi président du Réseau canadien des musiques nouvelles, un organisme de réseautage qui vise à stimuler la communication entre les divers intervenants de la communauté des compositeurs et interprètes des musiques d’aujourd’hui. L’organisme prépare un colloque qui se tiendra à Montréal, en février 2009, durant le festival MNM. À propos des récentes actions de notre bon gouvernement conservateur dans le domaine des arts, Brady commente: «Ça manque tellement de vision… C’est triste de voir des gens qui comprennent tellement mal ce qui se passe dans le monde.» Il commente beaucoup plus que ça, en fait, et assez pour nous donner envie de courir vers l’isoloir le plus proche!

On savait Tim Brady éclectique, mais là, il frappe fort!

Review of the 25th Annual Festival international de musique actuelle de Victoriaville

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 20 juin 2008

The second day began with Montréal-based guitarist and composer Tim Brady with the video artist Martin Messier and the Bradyworks ensemble. Brady opened with a piece for solo guitar with video. The guitar part was a Frippish quick-strumming work with a video of orange clouds and lines of words at the bottom of the screen. Interesting, it reminded me of some early space-rock. The second piece was called Switch and was in five parts. Some sections reminded me of Nick Didkovsky’s prog/rock guitar sound with some slowed down bent-string weirdness elsewhere. 57 Ways of Playing Guitar displayed some constantly shifting ways to play the guitar with electronic sounds and beats inserted at certain points. The best piece was last, a Shoshtakovich tribute with (a sort-of) double quartet featuring guitar, piano, sax, percussion and a sampled string quartet. The writing recalled some Zappa-like complexities and layers of images of old St. Petersberg with current images of the same city worked very well with the music. […]

Review

John Kelman, All About Jazz, 22 mai 2008

Tim Brady has led a dual career, not unlike Norway’s Terje Rypdal. A fine guitarist, Brady has released a series of albums that focus more on a unique approach to playing that’s a stylistic mélange of Robert Fripp’s circuity and Fred Frith’s angularity, amongst others. Compositionally, he’s moved the electric guitar, with all its broad sonic possibilities, into the realm of contemporary composition on albums including 10 Collaborations (Justin Time, 2000) and GO (Ambiances Magnétiques, 2006). Brady’s music can be rigorous and complex, but he’s also an improvising musician, sometimes blurring the line between form and freedom.

For his 1:00 PM show at Cinema Laurier, Brady collaborated with video artist Martin Messier for a series of pieces where sound and image integrated seamlessly. Unlike keyboardist Bugge Wesseltoft’s multi-media performance at the recent JazzNorway in a Nutshell however, the visuals are not an automated response to the music, but a constructed set of images that bring Brady’s already highly pictorial music to a more discrete light.

Technically staggering, Brady’s control of a wealth of sound-processing devices allows him to expand the sound of one guitar into a very large soundscape. His layering of delay and oscillation, during the first composition of the performance, allowed what was initially a very small group of notes played with a relentlessly rapid tremolo (up-and-down picking) to evolve almost imperceptibly. Effects that generated no small amount of noise made the piece more about texture than tonality, even as he expanded the piece away from those initial few notes.

Other pieces occupied more traditional spaces of melody, rhythm and harmony, despite there being little of the conventional in Brady’s writing. Blending richly arpeggiated chords with jagged punctuations, Brady at times favored knotty, long-form themes that would, no doubt, yield far more on repeated listens but, even with this one exposure, created lengthy and intriguing narratives.

Brady’s writing ranged from the brief miniatures of Switch, titled for his use of the five-way switch on his electric guitar, to the more expansive 57 Ways of Playing Guitar, which incorporated the use of preprogrammed material and additional guitar tracks (“I’m a great guitarist”, Brady said while introducing the piece, but not that great). But it was his Double Quartet (Hommage à Chostakovitch), on which Brady was joined by his Bradyworks group—saxophonist André Leroux, percussionist Catherine Meunier, sampler David Kronkite and Brigitte Poulin — that was both the performance’s longest piece and its highlight.

Using images from St. Petersburg and revolving around a four-note motif that Russian composer Dmitri Shostakovich (1906-1975) often used — D, Eb, C, B, which represented his first name — Brady’s piece began in new music territory, but with his effected guitar (in particular an overdriven tone almost never heard in classical music, with the exception, again, of Terje Rypdal) often a sharp contrast to the organic sounds of piano, tuned percussion and saxophone, it ultimately paid homage to one of Shostakovich’s primary influences, Baroque composer JS Bach. Angular melodies, sharp dynamic juxtapositions and oblique passages were replaced with melodies approaching beauty, but from a unique perspective filtered through Brady’s personal lens.

With Brady, Meunier, Poulin and Leroux forming the first of the composition’s titular groups, it was the three hours of string quartet music Brady had sampled for use by Kronkite that formed the second quartet. Perhaps a nod to the economic realities of touring with a larger ensemble, the resourceful addition also created a more modernistic sound and allowed Brady to shape the music and sonic landscape in ways that might not have been possible with two full quartets onstage.

As a composer, Brady fits in alongside contemporaries including Evan Ziporyn, David Lang and Martin Bresnick. As a player, with and without Bradyworks, he shares a modernity of approach with Bang on a Can, So Percussion and Alarm Will Sound. But his incorporation of a very electric guitar has created his own space, one that continues to evolve and whose many facets were demonstrated at his FIMAV 2008 performance.

But his incorporation of a very electric guitar has created his own space, one that continues to evolve…

Articles écrits

  • Tim Brady, Musicworks, no 77, 1 juin 2000

Review

Tim Brady, Musicworks, no 77, 1 juin 2000

Lori Freedman is ready for the 21st century, but is the 21st century ready for her? An accomplished bass clarinet soloist, chamber and orchestral musician, an imaginative improviser and a composer of considerable savy, she represents the best aspects of our new, multi-faceted century. Her new cd Huskless! is an impressive sampler of compositions and improvisations, all recorded live, that present her in a variety of settings, from solo to duo and ensemble, through to works for clarinet and tape… fantastic sounds full of rich multiphonics, authoritatively and beautifully controlled pitch bends… compositions with a strong sense of counterpoint… improvisations with some of Canada’s finest musicians (Marilyn Lerner, Paul Plimley, Pierre Tanguay and Chris Cauley), with a refined polyphonic sense of interplay within a free sense of form and harmony… The cd is a very creative bit of music programming and it will undoubtedly confuse the maistream media who love to pigeon-hole artists. But Lori’s music, and we the listening public, are the richer for her artistic audacity.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.