La boutique des nouvelles musiques

Antoine Berthiaume Aussi dans la presse

La presse en parle

Antoine Berthiaume. Plus d’une corde à son arc.

Stanley Péan, Voir, 17 décembre 2009

Dans la foulée de son projet “folk instrumental” Rodéoscopique, le guitariste et compositeur Antoine Berthiaume remonte en selle et lance Small Tease.

Joint au téléphone le lendemain du lancement de Small Tease à la Casa del Popolo, le compositeur et guitariste Antoine Berthiaume semblait relativement satisfait de sa performance, malgré les habituelles réserves du perfectionniste que l’on sait. “J’avais mal mesuré le défi que représentait le fait de monter seul sur scène, me confie-t-il candidement. Ça faisait au moins six ou sept ans que je ne m’étais pas produit en solo; et contrairement à cette fois-là, il s’agissait de compositions plutôt que d’improvisation. Évidemment, j’étais le seul à entendre mes petites erreurs puisque j’étais le seul à connaître ces morceaux.” Approfondissement du sillon creusé avec le projet Rodéoscopique (en lice pour trois Félix au plus récent Gala de l’ADISQ), le récent opus présente Berthiaume en alternance seul à la guitare, au banjo ou au dobro, ou au sein de combos de tailles diverses auxquels contribuent le vétéran guitariste Rick Haworth, le contrebassiste Rémi-Jean Leblanc et le batteur Stefan Schneider, sans oublier ce trio de cordes qui fait quelques apparitions remarquables. “J’avais envie d’un album dénudé, qui mettait davantage l’accent sur la composition et expressément écrit pour la guitare et les instruments à cordes”, explique le virtuose. Cette nouvelle excursion en territoire de l’inouï ne dépaysera pas trop ceux qui ont pris coutume de suivre Berthiaume sur les différentes avenues qu’il aime emprunter depuis son émergence sur la scène musicale. “J’ai longtemps évolué en jazz, c’est vrai, mais je me suis beaucoup intéressé à la musique contemporaine ces dernières années, affirme-t-il en rappelant qu’il a rencontré partout en province des publics curieux et ouverts à cette musique. “Je ne traverse pas des étapes ou des périodes dans ma carrière; j’aborde chaque projet individuellement, sans que l’un annule celui qui l’a précédé”, ajoute celui qu’on pourra aussi réentendre bientôt en trio avec le contrebassiste Michel Donato et le percussionniste Pierre Tanguay. Comme quoi Berthiaume a décidément plus d’une corde à son arc et aime faire flèche de tout bois.

Berthiaume a décidément plus d’une corde à son arc et aime faire flèche de tout bois.

Elliott Sharp et Antoine Berthiaume au cœur de la turbine

Alain Brunet, La Presse, 25 mars 2009

Les Productions SuperMusique proposent ce soir un concert «ancré dans l’immédiat autour d’un dialogue guitaristique» entre Elliott Sharp, figure centrale de la musique d’avant-garde aux États-Unis, et Antoine Berthiaume, jeune musicien montréalais dont le dynamisme est à la hauteur de la vision.

Depuis les années 80, les mélomanes qui fréquentent les festivals de musique d’avant-garde (dont celui de Victoriaville) ont été mis au parfum des nombreux projets d’Elliott SharpOrchestra Carbon, Tectonics, Terraplane. Qui plus est Sharp est un pionnier dans les transpositions musicales de la géométrie fractale (qui étudie les formes irrégulières et morcelées), de la théorie du chaos et autres métaphores génétiques.

Rien de tel pour l’apéro!

Blague à part, le travail d’Elliott Sharp est sollicité par de nombreux ensembles qui jouent ses œuvres dont l’ensemble de la renommée Juilliard School ou encore le Jack Quartet, nouveau quatuor à cordes bien en vue dans le milieu musical américain.

D’entrée de jeu, on lui rapporte cette impression d’avoir pénétré à l’intérieur d’un moteur d’avion ou dans la turbine d’un réacteur nucléaire. C’était à l’écoute de certaines pièces de Base, un album créé par Sharp et Berthiaume (étiquette Ambiances Magnétiques) et lancé ce soir à l’occasion du concert prévu à la Sala Rossa.

«Au centre d’un réacteur? Voilà une belle façon d’illustrer notre travail… mais j’ose croire que nous invitons aussi l’auditeur à fréquenter des lieux plus accueillants! Textural, dites-vous? Absolument. Lors des sessions d’enregistrement, nous avons emprunté cette voie où les guitares génèrent des textures sonores, mais je dirais que ça s’est passé davantage dans la post-production de cet album. Le mixage, il faut dire, a mis encore plus d’emphase sur cette dimension du jeu. J’ai donné à Antoine et l’ingénieur du son mon aval pour accomplir ce dont ils avaient envie», explique le musicien américain.

L’album Base, à l’origine, est une initiative du guitariste et compositeur montréalais Antoine Berthiaume. Membre fondateur du groupe Rodéoscopique (country folk instrumental d’avant-garde?), féru de jazz et d’improvisation libre, le guitariste et compositeur ne cesse de s’exprimer sur les scènes des musiques improvisées. Parmi ses collaborateurs, on citera Pierre Tanguay, Michel Donato, Fred Frith, feu Derek Bailey, Takumi Seino et, bien sûr, Elliott Sharp.

«Antoine m’a contacté il y a quelques années. Il m’a d’abord fait parvenir sa musique, notamment ses enregistrements avec feu Derek Bailey. Et j’ai beaucoup aimé ce que j’ai entendu. Puis il m’a visité à New York, nous avons eu une première séance d’improvisation. Ce fut concluant dès le départ, j’ai réalisé qu’il était un guitariste accompli, doté d’une écoute singulière», raconte son collègue new-yorkais.

Avis aux amateurs qui préféreraient écouter Base au salon, la résultante sur scène pourrait s’avérer fort différente.

«Chaque discipline comporte ses qualités propres, insiste Elliott Sharp. Le processus de remixage, par exemple, peut modifier les impressions d’un enregistrement. Cette idée de présenter la musique de différentes manières me plaît, et je dirais préférer le «live». Le concert trouve d’ailleurs une nouvelle énergie par les temps qui courent, particulièrement à cause de la dépréciation de la musique circulant sur l’internet.»

Ce qui n’empêchera pas Elliott Sharp et Antoine Berthiaume de lancer leur album ce soir. Bienvenue au cœur de la turbine…

un concert «ancré dans l’immédiat autour d’un dialogue guitaristique» entre Elliott Sharp, figure centrale de la musique d’avant-garde aux États-Unis, et Antoine Berthiaume, jeune musicien montréalais dont le dynamisme est à la hauteur de la vision.

SuperMusique’s Dueling Guitars

Adam Kinner, The Gazette, 25 mars 2009

The folks at SuperMusique, a production company responsible for some great improvised and new music concerts, are presenting a show on Wednesday the 25th at Sala Rossa.

Called Ça Frappe, the concert features one of our more ambitious local guitarists, Antoine Berthiaume, in concert with the great Elliott Sharp. Sharp is a fascinating guitarist, composer, and improviser known for ingenuity and cross-genre agility. He’s as comfortable having his work played by the Ensemble Modern as he is playing guitar with his blues band Terraplane. Like Marc Ribot and Bill Frisell, Elliott Sharp is another mature guitarist with a voracious appetite and impeccable taste. Alongside Berthiaume, Sharp should find a suitable partner in music-making. The local is one of the best we have to offer.

Philippe Lauzier (saxes, clarinets), Martin Tétreault (turntables) and Pierre-Yves Martel (viola de gamba) will open the show.

Brève musique

Réjean Beaucage, Voir, 4 octobre 2007

Le guitariste et compositeur Antoine Berthiaume a sorti son banjo et sa «cigar box guitar» et a rameuté quelques copains pour explorer les vastes plaines d’un univers country-folk onirique dans lequel Willie Lamothe n’aurait aucune chance de retrouver son cheval. Ça tombe bien, ses copains sont, comme lui, assez ouverts d’esprit, et pour le moins polyvalents. On les a vus, entre autres, avec Lhasa de Sela (Mélanie Auclair, violoncelle et quavaquino), avec le Quintette Mont-Royal (Pierre-Yves Martel, contrebasse), le Spin Ensemble (Philippe Lauzier, sax et clarinette), la Fanfare Pourpour (Guido Del Fabbro, violon) le Bell Orchestre ou [iks] (Stefan Schneider, batterie). Un beau mélange qui n’est pas très roots, mais qui réinvente la nostalgie. Rodéoscopique: le 7 octobre, 20h, au Verre bouteille - précédé de Geneviève Bilodeau.

Adventures with Antoine. Ambiances Magnétiques’s Antoine Berthiaume proves he’s up to the task

Mike Chamberlain, Hour, 11 janvier 2007

Musicians in Montréal’s Ambiances Magnétiques orbit have historically been musical adventurers unconstrained by considerations of style (or the possibility of fame and fortune).

Guitarist Antoine Berthiaume is a relative newcomer to that circle, at least as far as recorded output goes. He has put out three albums in the last couple of years, but even within that number, one gets a sense of an artist committed to wide-ranging explorations.

Over the years he has benefited from the inspiration of the likes of Derek Bailey, Fred Frith, Jean Derome and especially Pierre Tanguay.

”Montréal is open in terms of so many things. I’ve been able to play with many older musicians just by calling them. Pierre Tanguay is the one who led me to so many different kinds of music. I started playing with him when I was about 19,” says the 29-year-old. “He got me into René Lussier, Jean Derome, Joane Hétu and Derek Bailey… That was how I ended up meeting Derek Bailey and doing my first CD,” he says, referring to Soshin, a set of improvised duos with Bailey and Frith.

Since then, Berthiaume has issued Leaves and Snows with Quentin Sirjacq and Norman Teale, as well as Ellen’s Bar with Michel Donato and Tanguay, pretty much a straight-up jazz outing.

Berthiaume prefers not to dwell on projects once they’re done, so it’s not surprising that he has three very different CD releases planned for 2007: Rodéoscopique, which he describes as folk/avant-garde/western; PantyTron, a duet with MaryClare Brzytwa from California on guitar, flute and electronics; and guitar duets with Elliott Sharp coming in September.

Next week you can catch Berthiaume in two settings. At Casa del Popolo he’s playing with drummer Robbie Kuster and bassist Morgan Moore (“It’s kind of jazz and rock, and it’ll be loud”), and after that he’s at Divan Orange with Donato and Tanguay.

Têtes fortes 2006, musiques…

François Nadon, Ici Montréal, 5 janvier 2006

Le jeune guitariste Antoine Berthiaume a fait paraître cette année son 2e album sur Amblances Magnétiques. Et pour ce Leaves and Snows, Berthiaume s’est entouré de musiciens qu’il a rencontrés lors de son séjour au Mills College en Californie, là même où l’incontournable Fred Frith «enseigne» la musique actuelle. Avec le Français Quentin Sir Jacq au piano et percussions et l’États-Unien Norman Teale au mixage et aux électroniques, Berthiaume a prouvé hors de tout doute que, malgré sa courte expérience dans l’univers de la musique actuelle, on pouvait s’attendre à de grandes choses de lui.

Mais c’est en 2002 que Berthiaume a frappé fort avec Soshin, son premier album. Il s’est rapidement donné une solide crédibilité en enregistrant avec les deux maîtres de la six-cordes, Dereck Bailey et Fred Frith. La critique a salué la venue du guitariste sur la scène free jazz avec enthousiasme. Ce disque est une compitation de duos improvisés où nous retrouvons quatre pièces en compagnie de Frith et deux avec Bailey en plus d’une composition solo de Berthiaume.

Le jeune musicien figure également sur Visitors Book de Derek Bailey, un album constitué de cartes de visite sonores.

Antoine Berthiaume est un musicien en pleine ascension qui n’a pas froid aux yeux. On ne peut que se réjouir à l’avance de la suite.

Antoine Berthiaume est un musicien en pleine ascension qui n’a pas froid aux yeux.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.