actuellecd

Natasha Barrett

L’électro savant d’Akousma

Alain Brunet, La Presse, 28 novembre 2007

Dans son studio de la Petite Patrie, le compositeur Robert Normandeau remet les pendules à l’heure de Réseaux, l’organisme qu’il a fondé en 1991 avec ses collègues Gilles Gobeil et Jean-François Denis et qui présente dès aujourd’hui quatre soirées consécutives de nouvelle musique électroacoustique: l’Anglaise Natasha Barrett, le Portugais Miguel Azguime, le Canadien Laurie Radford et le Québécois Gilles Gobeil.

Cet organisme, qu’on a déjà qualifié de pur et dur, a abandonné son volet acousmatique comme mode dominant, c’est-à-dire la musique élecroacoustique présentée sans intervention humaine en temps réel - sauf quelques spatialisations du compositeur à la console. Désormais, la plus savante des formes de musiques électroniques s’accompagne régulièrement d’instruments joués sur scène et même parfois de compléments multimédias.

Robert Normandeau ne parle pas d’abandon de l’austérité… il préfère évoquer la mutation de la lutherie pour justifier ce passage progressif de l’acousmatique aux musiques mixtes: «Maintenant, on peut se permettre à faibles coûts ce qui n’était pas possible jusqu’à une période relativement récente — plus ou moins cinq ans. Auparavant, cela nécessitait un dispositif extrêmement lourd et très cher. Or, les ordinateurs personnels sont maintenant assez puissants pour admettre les logiciels permettant cette cohabitation avec les instrumentistes. Cela a forcément changé la façon dont on crée l’électroacoustique.»

D’où l’événement Akousma, marqué par un retour en force du compositeur électroacoustique avec l’instrumentiste qui complète en temps réel sa proposition numérisée.

Question de génération, ajoute Normandeau, qui observe le phénomène en tant que professeur à la faculté de musique de l’Université de Montréal: «On voit apparaître de jeunes créateurs qui baignent depuis l’enfance dans l’informatique. Ce langage leur est parfaitement naturel. Et leurs collègues instrumentistes, issus de la même génération, se montrent parfaitement ouverts à la transmission orale de leurs consignes. Ainsi les oeuvres revêtent un caractère unique, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas jouées par d’autres instrumentistes que ceux en relation directe avec le compositeur.»

D’envergure internationale, Akousma se veut un «mélange de compositeurs» connus et moins connus de la petite constellation Réseaux — la seule société de diffusion qui présente uniquement les musiques électroacoustiques de concert, doit-on rappeler. Ainsi, oeuvres acousmatiques (diffusées sur plus de 20 haut-parleurs par les compositeurs), mixtes (pour instruments et bande), et vidéomusiques (performance multi-technologique) en constitueront le menu.

Bien qu’on y présentera d’autres oeuvres, notamment les gagnantes du prix Hugh-Le Caine (du Concours des jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN 2007), chacune des soirées sera dédiée à un créateur: les compositions de l’Anglaise Natasha Barrett (établie en Norvège) seront présentées aujourd’hui, le Portugais Miguel Azguime sera sur place demain, le Canadien Laurie Radford (transplanté en Angleterre) et le Montréalais Gilles Gobeil seront respectivement à la barre vendredi et samedi.

Des exemples de ce qu’ils feront? Miguel Azguime combinera électroacoustique, poésie et percussion en temps réel dans le cadre d’une intervention multimédia. Une partie du travail de Laurie Radford, par ailleurs, impliquera le quatuor à cordes Bozzini. D’autres oeuvres incluront des instruments en temps réel. Gilles Gobeil, pour sa part, présentera trois oeuvres créées en Allemagne, soit au centre d’art médiatique ZKM.

«De l’électro comme jamais vue», dit le slogan promotionnel.

D’envergure internationale, Akousma se veut un «mélange de compositeurs» connus et moins connus…

Explorer le son

Christophe Huss, Le Devoir, 27 novembre 2007

Si les quatre soirées d’Akousma (4), qui se tiendront de mercredi à samedi au Monument-National, nous promettent «de l’électro comme jamais vue!», c’est que la vidéo prendra une part non négligeable au cœur de ces concerts de musique acousmatique.

Akousma est organisé par Réseaux des arts médiatiques, une société de concerts de musique électroacoustique fondée en 1991 par Gilles Gobeil, Robert Normandeau et Jean-François Denis. Réseaux définit la musique acousmatique de la manière suivante: «Un son acousmatique désigne un son que l’on entend sans déceler la cause physique qui lui a donné naissance; il devient possible de l’écouter pour lui-même, plutôt que de le cataloguer selon sa cause.»

La musique électroacoustique, concrète ou acousmatique, selon les termes divers utilisés, doit beaucoup au Français Pierre Schaeffer, son inventeur, à son compatriote Pierre Henry, qui a le plus «popularisé» le genre et, bien sûr, au Québec, à Francis Dhomont, auquel la précédente édition d’Akousma avait rendu hommage. On signalera d’ailleurs qu’un DVD consacré à Pierre Henry, L’Art des sons, est paru chez Juxtapositions (distribution Naxos) il y a une semaine.

Le but de Réseaux est de faire de Montréal la capitale nord-américaine de l’électroacoustique. À l’occasion d’Akousma, vingt haut-parleurs relaieront les créations conçues préalablement en studio. La soirée d’ouverture sera consacrée à l’anglo-norvégienne Natasha Barrett (Angleterre, Norvège). Jeudi, le Portugais Miguel Azguime livrera une «performance multitechnologique» mêlant audio et vidéo avec, sur deux écrans, un traitement électronique des images et du son en temps réel, additionné d’une spatialisation sonore et vocale.

Vendredi Laurie Radford dialoguera avec le Quatuor Bozzini (Québec) dans «Les ponts de l’espace», la soirée de clôture de samedi dressant un portrait de Gilles Gobeil intitulé «Exploration des grands espaces». Tous les concerts sont précédés d’un avant-programme, avec, notamment, des oeuvres primées de jeunes compositeurs.

Parallèlement, des cours de maître, ateliers et conférences ouverts gratuitement au public, auront lieu avec Miguel Azguime, Natasha Barrett et Laurie Radford jeudi 29 novembre à 13h à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.

Le but de Réseaux est de faire de Montréal la capitale nord-américaine de l’électroacoustique.

Espaces de sons: les sons environnementaux dans l’électroacoustique

David Turgeon, electrocd.com, 1 juin 2003

Les sons environnementaux (field recordings) ont toujours fasciné les compositeurs électroacoustiques, ceci depuis les Cinq études de bruits (1948) de Pierre Schaeffer et ses enregistrements de trains modifiés. Avec le Vancouver Soundscape 1973 (1972-73) de R Murray Schafer, ces sons du quotidien s’articulent autour d’un discours qu’on nommera «écologie sonore», où les sons gardent leur signification originale, et ne servent plus comme contenu anecdotique à la merci du compositeur. Le lecteur curieux notera que Jonty Harrison fait une intéressante synthèse de ces deux approches dans son texte {cnotice:imed_0052-0001/À propos d’Évidence matérielle/cnotice}.

En fait, chaque compositeur semble privilégier une approche différente par rapport aux sons environnementaux. Alors que l’écologie sonore voit fleurir des artistes du microphone tels que Claude Schryer et bien sûr Hildegard Westerkamp et sa fameuse Kits Beach Soundwalk (1989), des préoccupations autrement plus documentaires alimentent un disque tel que (1993), carnet de voyage sonore du duo français Kristoff K Roll. Entretemps, le compositeur new-yorkais Jon Hudak part d’une palette extrêmement minimaliste afin de trouver l’«essence» des sons utilisés, ce qui donne à l’auditeur de doux «soundscapes» planants. Élève du ci-haut mentionné Harrison, Natasha Barrett se rapproche davantage de la tradition acousmatique tout en concevant des paysages sonores de toute beauté à partir de sons environnementaux très discrets.

De jeunes compositeurs s’ajoutent constamment au paysage (sonore…) et il serait malvenu de les confiner au silence tant leur travail nous semble digne d’intérêt. Mentionnons d’abord le californien V. V. (de son vrai nom Ven Voisey), qui intègre ses sons trouvés dans une architecture rappelant la musique concrète «vieille école» — ce faisant, il montre combien Schaeffer n’est peut-être pas si éloigné esthétiquement de Merzbow… Avec , l’autrichien Bernhard Gal nous fait découvrir ses épisodes, soigneusement choisis, de «musique trouvée» (c’est-à-dire de structures musicales existant déjà dans le matériel environnemmental.) Enfin, de par son foissonnement d’idées et son rythme toujours soutenu, le surprenant (2001) du montréalais Cal Crawford réjouira sans doute les auditeurs à l’affût de nouvelle acousmatique.

Deux petites friandises pour terminer. D’abord, le joli mini-CDR présente cinq instantanés sonores (et ce, sans aucun traitement!). Après tout, s’il existe du cinéma pour l’oreille, alors pourquoi pas un album photo pour l’oreille! Question de boucler la boucle, nous proposons également de s’arrêter au récent mini-CD de Lionel Marchetti au titre évocateur de (1998-99). Cette œuvre pour un seul haut-parleur, dédiée (on s’en douterait!) à Pierre Schaeffer, nous rappelle, une fois de plus, l’importance toujours renouvelée des sources environnementales dans l’océan électroacoustique.