actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Souffles Jean Derome

  • Conseil des arts du Canada • SODEC

«Je sculpte l’air dans un temps qu’on se donne.
Il n’y a pas d’anecdote, pas de récit théâtral, ce n’est pas de la musique de film muet, c’est simplement du son.
La musique contient toutes les anecdotes et ne raconte rien.»

Jean Derome

Sur cet album, Jean Derome joue: saxophone alto, piccolo, flûte, flûte basse ainsi qu’une cinquantaine d’instruments incluant appeaux à: canard, mouette, super-mouette, singe, cerf, sanglier, ours, tourterelle triste, prédateur, lapin blessé, dinde sauvage, étourneaux, bernache, grive, perdrix, sifflet Audubon, trifecta et voix, harpe asthmatique, kalimbas, boite à «spring», homard, plastique craquant, plastique à fleurs, sirène, sifflet, cloches de téléphone, roches, archet, mousse de polystyrène, tambour à corde, «Smiley», guimbardes, boites en bois, diapasons, clochettes, ongles de chèvre, nombrils de poupée, sifflets brésiliens, ocarinas, trompette-jouet, «Donald Duck», hochet autochtone, carte postale 3D, micro jouet.

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Souffles

Solo

Jean Derome

Notes de programme

À propos de Souffles

Bien que je me consacre à la flûte depuis déjà 50 ans et au saxophone depuis 35 ans, je n’ai jamais voulu me cantonner uniquement à une spécialité. J’utilise plusieurs appeaux pour la chasse ainsi que des objets trouvés. Le résultat sonore prime pour moi. Je ne veux pas faire la croisade de la flûte ou du saxophone et démontrer au monde entier que mon instrument peut tout jouer. Même si j’essaie quotidiennement d’élargir le territoire des instruments auxquels je m’exerce, il y a des sons qu’un appeau à canard peut faire et qu’un saxophone ne peut pas. Je fonctionne comme un orchestrateur qui sait choisir les instruments qui produiront aisément les sons qu’il désire. Même si les objets que j’utilise peuvent être des jouets, ou des appeaux pour la chasse; même s’ils présentent parfois des factures très rudimentaires; des apparences bigarrées; des matériaux de qualité variable: du plastique au métal fin, du bois rare au carton; et même si certains de mes instruments ont leurs entrées chez les bourgeois et d’autres proviennent du bac de recyclage, cela n’a aucune importance pour moi. J’ai les yeux fermés et mes sens sont tendus vers le son à produire.

Des gens du cirque m’approchent pour intégrer mes sons dans leurs spectacles de clowns; un concepteur sonore me demande de garnir sa banque de sons pour représenter des animaux préhistoriques. À chaque fois, je réponds que ce n’est pas du tout ça. Tout le monde cherche des trucs, mais la magie, ce n’est pas des trucs. Mon travail n’est absolument pas comique et c’est pour ça que, parfois, il peut être vraiment drôle.

Les sons que je produis mettent les gens mal à l’aise ou les font rire. Ils croient entendre des sons de dessins animés, des bruits de pets ou autres bruits organiques réprimés socialement, des bruits d’animaux, des enfants qui pleurent, des gens qui parlent… chacun entend ce qu’il veut.

Moi, j’entends: stable, instable, moelleux, rauque, précis, flou, corsé, lisse, rugueux, dense, diaphane, coloré, brillant, terne, amer, citronné, intense, percussif, évanescent, plié, tordu, étiré, soutenu, bref, mordant, susurré, résonant, glissant, visqueux, calme, agité…

Mon art consiste à faire vibrer l’air d’une manière significative. Comme je choisis généralement des instruments à vent, c’est avec mon ventre que je fais vibrer l’air où baigne l’auditeur.

En fait, mon corps entier y participe. Le corps devient cage de résonance pour le son, une cage en équilibre avec la caisse de résonance de l’instrument. Du diaphragme vers les poumons, le larynx, les fosses nasales, la bouche, la langue, les dents, les lèvres, et puis, au-delà, l’embouchure qui constitue l’interface, le point d’équilibre entre mes entrailles et le monde extérieur, l’anche ou le sifflet selon, et puis, un résonateur qui propage le son dans l’air ambiant; un auditeur, ses oreilles et son corps tout entier qui sont mis en vibration.

«Je sculpte l’air dans un temps qu’on se donne.
Il n’y a pas d’anecdote, pas de récit théâtral, ce n’est pas de la musique de film muet, c’est simplement du son.
La musique contient toutes les anecdotes et ne raconte rien.
Je fais de la musique pure.
Je fais de la musique impure.
Pure joie de vivre.
Magie pure.
C’est tout ça et ce n’est rien de tout ça.»

Jean Derome [x-20]

Quelques articles recommandés