actuellecd

SuperNova4

Supernova4

Ne passez pas à côté, ça sent le disque de l’année! La Gazette bleue, France

… memorable, breathtaking and powerful. The WholeNote, Canada

Prix Opus 2019-20: Album de l’année — Finaliste

CD (FND 159)

Hors-catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Effendi Records.

La presse en parle

Critique

Alain Flèche, La Gazette bleue, 4 décembre 2020

Le trio du saxophoniste Jean Derome est très réputé sur le continent américain, il est temps qu’on en parle!

Le pianiste Félix Stussi, d’origine suisse, installé au Canada, habitué de l’écurie Effendi, encyclopédiste averti de tous les jazz, désirait logiquement tester sa musique originale avec ces monstrueux musiciens auxquels aucun style de cette musique n’échappe. C’est une réussite totale! Le pianiste se retrouve naturellement «avalé» par le trio soudé, et c’est bien un quartet compact qu’il nous est donné d’entendre. Étonnant que Jean Derome ne soit pas plus écouté sous nos latitudes!

C’est un virtuose plein de cœur et d’humour comme nous les aimons en pays latin, et la section rythmique n’a rien à envier à celles que nous aimons écouter habituellement. Doigts et archet, peaux et cymbales, du ‘old school’ à la «musique présente’, rien ne les gène, à l’aise en toutes conditions, en accompagnateurs et en solistes, en parfaite symbiose avec les harmonies diverses et changeantes, ils sont très forts!

Le disque commence par un parfait exemple d’écriture au cordeau, à la fois exigeant et ouvert, où toutes les qualités des exécutants seront sollicités: Tapir Racing Team. Le ton est donné. quelques dissonances et beaucoup de blues échevelé, croisement incertain entre T Monk et Tex Avery. L’alto et le piano nous la font «Tom et jerry», la contrebasse en profite pour doubler le tempo, batterie royale qui suit, quand elle ne devance pas. Retour au rythme à l’archet, progression tragi-comique, la course animée et joyeuse reprend, pleine de rebonds et de sketchs quasi visuels.

On enchaine avec un morceau en 5/4, ça balance, ça sautille, la flûte fait penser à un autre génie de l’instrument habitué des valses approximatives, impression confirmée sur le titre suivant où c’est le baryton qui ouvre et couvre une ambiance très mingusienne, la contrebasse s’en offrira un beau chorus bien soutenue par la batterie chatoyante et vigoureuse, avant de prêter la place à un gros sax plein de verve légère, et de clin d’œil aux personnages de dessins farfelus. On continue sur la lancée sur un autre titre, puis une intro de «grand’ mère» pour un sujet plus grave, plus introverti. mystérieux. Arrive le numéro 6 (de Jean Derome): La Nouvelle Africaine (plutôt que belle…), qui sera suivi, plus loin de Stray horn (un certain Billy?), puis de G Jam Blues (un autre accord… mais même sens!). Là, c’est bien le grand Duke (chouette!) qui est invoqué. en hommage au maître, ils sont à la hauteur! En évitant cliché et redite, sans chercher à jouer «à la façon de», un sage esprit de beauté éclatante et d’amour distribué et partagé s’installe. Quelques accords de piano sur Catch, blues intelligent qui sent la transpiration d’une chemise blanche, et nous aussi «commençons à voir la lumière». Le tour cosmique et stellaire s’achèvera en forme de film (super 8), résumé, condensé de l’album qui nous laisse pantelant de tant de beauté, d’humour, d’amour, de joie, de gaieté, de verve virtuose et de laisser-aller naturel. Sans oublier la prise de son irréprochable de la maison Effendi!

Bonheur total pour un disque dont on ne finira pas de parler. Ne passez pas à côté, ça sent le disque de l’année! (On ne peut s’empêcher de penser au choc de la découverte de Monk’n roll de F Bearzotti, savant mélange de la musique d’un protagoniste du Be-Bop de génie et de titres phares du Rock actuel, savant mélange de rigueur et d’humour, qualité plus fréquente chez nos amis transalpins (Comedia dell’arte oblige) que l’idée que l’on se fait sur les habitants des pays du nord! Pourtant…).

Ne passez pas à côté, ça sent le disque de l’année!

Review

Tiina Kiik, The WholeNote, no 25:9, 1 juillet 2020

Montréal-based musicians Jean Derome (alto/baritone saxophone, flute), Normand Guilbeault (double bass) and Pierre Tanguay (drums) were approached by Swiss/Montréal-based pianist/composer/producer Félix Stüssi to combine musical forces to perform his works. Recorded live in 2019 at Montréal’s Chapelle historique du Bon-Pasteur and at Oscar Peterson Concert Hall, this is out-of-this-world uplifting music.

Stüssi’s compositional style encompasses the traditional to modern jazz with tons of inherent improvisational opportunities. Highlights include the opening track, T.R.T (Tapir Racing Team) an upbeat, happy, tonal toe-tapping tune, with contrasting slower solo sections, showcasing formidable tight ensemble work and solo musicianship. The exuberant Bagatelle features an underlying humorous jazz feel contrasted by intermittent slow rubato sections and Stüssi’s flashy, fast-trilled piano solos. Guilbeault’s contrasting high and deep low resonating held and plucked bass solo opens Urubu, a more atonal piece highlighted by quasi-unison piano/sax lead-line playing and subsequent full-band loud section. The closing more modern-sounding Super 8 features more solos and a full band finishing with a bang and cymbal crash. Also included is Jean Derome’s composition La Nouvelle Africaine which opens with an extended Tanguay drum kit solo with singing cymbal effects, leading to upbeat clear ensemble playing and a rapid, intense, clever Derome sax solo.

Supernova4 with its unique compositions and solo/ensemble performances are equal if not superior to April’s supermoon or a supernova star blast – memorable, breathtaking and powerful.

… memorable, breathtaking and powerful.

«SuperNova 4» est un superalbum

Serge Truffaut, Le Devoir, 21 mars 2020

Il y a tout d’abord Jean Derome, ses saxophones et ses flûtes, Normand Guilbeault, sa contrebasse et son archet, et Pierre Tanguay, sa batterie et son sourire. À eux viennent de se greffer, plus que se joindre, Félix Stüssi et son piano. Le long. Des trois premiers, on ne soulignera jamais assez qu’ils forment le trio par excellence sans limites géographiques ou territoriales. On osera même dire: il y a eux, et il y a les autres.

Aujourd’hui, cette bande de quatre, qui n’est en rien maoïste, propose un album intitulé SuperNova 4 et publié par l’étiquette Effendi. Disons-le d’emblée, c’est un grand, un très grand disque. Sur les dix pièces proposées, huit ont été composées par Stüssi, une par Derome et la dernière, soit C Jam Blues, par Edward Kennedy Ellington, l’aristocrate, dans le sens le plus noble du terme, du jazz.

C’est d’ailleurs à ce dernier que l’on a pensé lors de l’écoute du premier morceau, T.R.T., pour Tapir Racing Team. À moins d’avoir la berlue, on a eu le sentiment d’entendre des échos du fameux Take the A Train de maître Ellington. Sans que ces échos prennent totalement le dessus sur la composition de Stüssi, qui est également, avant qu’on ne l’oublie, le producteur, la cheville ouvrière de cet album enregistré lors d’une prestation à la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

Ce qu’il y a d’extraordinaire, oui, c’est le mot, dans ce groupe est tout simple à expliquer: Derome est d’une incroyable précision, toujours concis dans ses envolées, Tanguay a une maîtrise de la ponctuation qui fait penser indéniablement à Billy Higgins ou Shelly Manne, Guilbeault a ce sens de la profondeur qui fait les grands éclaireurs, ceux à qui on fait toujours confiance musicalement causant (son introduction d’Urubu est poignante).

Puis, il y a évidemment Stüssi. Ce Suisse d’origine nous fait beaucoup penser à Ethan Iverson. Comme l’ex-pierre angulaire de The Bad Plus, Stüssi est un virtuose, mais également un encyclopédiste. Attention, toutefois! Pas un encyclopédiste qui remonte les bretelles des uns et des autres, qui est arrogant ou prétentieux. C’est un encyclopédiste comme suit: il use de ses vastes connaissances des canons du jazz, de son histoire, pour mieux les moudre, les touiller, afin de produire des musiques fluides, cohérentes. Aucune seconde d’ennui dans cet album.

Il y a aussi ceci: l’éventail sonore. En deux mots, il est riche, large. On passe de quelque chose qui rappelle Duke Ellington au mystère d’Urubu, ou au «gospélisant» Catch 22, ou encore à la chanson française avec Bagatelle… Bref, chaque morceau est une surprise.

Pour dire les choses très platement, ce SuperNova 4 s’avère d’ores et déjà un des grands albums de l’année en cours. Peut-être même de la décennie qui s’amorce. C’est dit.

… un superalbum […] C’est dit.