actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Intoxidation Sarah Albu, Vergil Sharkya’

Intoxidation est une collaboration entre Sarah Albu et Vergil Sharkya’. Leur musique évoque le relief accidenté de paysages post-apocalyptiques où rodent des créatures réanimées composées de rebuts électroniques, et où des sauterelles se nourrissent de montagnes de résidus numériques. Synthétiseurs, pédales d’effets et registres vocaux allant du raboteux à l’angélique, du bizarrement placide au saccadé, tissent une tapisserie poussiéreuse et fluorescente de bruits.

Vergil Sharkya’ est un musicien, compositeur et explorateur sonore travaillant avec des synthétiseurs, des vocodeurs, des logiciels, des effets analogiques et électroniques, ainsi qu’avec une approche unique pour le traitement de son matériau sonore.

Sarah Albu est une vocaliste expérimentale s’intéressant à l’électronique, à la théâtralité, à la musique nouvelle et au chant traditionnel des Balkans, et dont la pratique s’inspire de ces influences. Ensemble, ils explorent les points de rencontre entre la machine et la matière organique, l’air et la vie sous-marine, la Terre et l’espace sidéral.

  • Mikroclimat
  • MKR 116 / 2020
  • UPC/EAN 771028301683
  • Durée totale: 33:37

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Intoxidation

Sarah Albu, Vergil Sharkya’

Notes de programme

Remerciements

Joane Hétu, Maxime Corbeil-Perron, Noam Bierstone, Julie Delisle, Guillaume de Machaut, R2D2

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Adam Scime, Musicworks, no 137, 1 septembre 2020
    The duo creates an environment where voice and electronics blend remarkably well, yet one can’t help but notice the staggering range of vocal alchemy on display.
  • Normand Babin, Néomémoire, 25 juin 2020
    Voici donc un album avec un programme, un début, une fin, de vastes et grands moments et des moments plus drôles, un album où la grande complicité entre les deux artistes se transcende dans ces magnifiques chants.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 124, 1 juin 2020

Review

Adam Scime, Musicworks, no 137, 1 septembre 2020
The duo creates an environment where voice and electronics blend remarkably well, yet one can’t help but notice the staggering range of vocal alchemy on display.

Critique

Normand Babin, Néomémoire, 25 juin 2020

Qu’est-ce que le rétro futurisme sinon une façon de voir le futur en tenant compte des acquis du passé? Dans Intoxidation, première composition partagée entre le compositeur Vergil Sharkya’ et la vocaliste expérimentale Sarah Albu, il y a beaucoup de datas ingérées et reprogrammées. On sent ici l’influence de la musique concrète et électroacoustique des débuts, celle des années 60. Mais on y trouve également des lignes vocales presque classiques, dans Mâchoire de sirène par exemple. Un sentiment de déjà vu, une madeleine qui nous ramène à l’époque où le futur était fabuleux et propre. Mais plus on avance dans l’écoute, plus on comprend que le travail des deux artistes va beaucoup plus loin. On y entend une relecture des classiques et un collage, comme en art visuel, de différentes matières sonores. Superposée en plusieurs couches, la palette sonore est d’une grande richesse. Le collage nous ramène à l’époque des surréalistes, et c’est justement aussi un peu de surréalisme qu’on entend dans cette musique; un surréalisme qui se retrouve même dans le titre de certaines pièces. Un surréalisme rétro futuriste? Tout à fait!

Dans coquillage radio vs. ancient sea receiver et récepteur de la mer antique vs. radioshell, les pistes 4 et 5, les artistes jouent un peu avec nous et nos oreilles. Difficile de dire s’il s’agit exactement des mêmes bandes présentées de façon différente, en passant d’une oreille à l’autre, en donnant plus de volume à une bande qu’à l’autre, mais ce petit tour de virtuosité fait forcément sourire, nous donne l’impression, vraie ou fausse, de comprendre ce qui se passe.

… merely a vehicle for the sauce est la pièce la plus ambitieuse de l’album. Ici Sarah Albu utilise toute la gamme de sons qu’une bouche puisse produire. La voix de Sarah Albu est remarquablement pure, elle utilise très peu de vibrato, une voix blanche qui tout à coup s’étrangle ou semble se diffracter. Ça va des arpèges chantés les plus purs et justes en passant par le miaulements, le bruits de vibration fait avec les lèvres, le chant de gorge, etc. L’entourage électronique sert surtout d’accompagnement et d’amplificateur. Voici donc ce à quoi pourrait ressembler un grand aria au XXIe siècle. Une pièce de virtuosité, un mini-drame où toute la technique et la sensibilité de la chanteuse sont mises à contribution. Une grande réussite tant au niveau compositionnel qu’au niveau de l’interprétation.

Voici donc un album avec un programme, un début, une fin, de vastes et grands moments et des moments plus drôles, un album où la grande complicité entre les deux artistes se transcende dans ces magnifiques chants.

Voici donc un album avec un programme, un début, une fin, de vastes et grands moments et des moments plus drôles, un album où la grande complicité entre les deux artistes se transcende dans ces magnifiques chants.

Focus Québec — Nouveaux satellites

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 124, 1 juin 2020

Parmi les dernières réalisations du label Mikroclimat, celles de Léa Boudreau et du duo Sarah Albu / Vergil Sharkya’ présente quelques similitudes: une sorte de zapping, de pot-pourri de sons divers qui se télescopent, parfois de manière fugace. Un bric-à-brac sonore souvent joyeux (même lorsque les sons pourraient être anxiogènes par leur nature), rehaussé dans le second cas par la voix de Sarah Albu. Un travail étonnant de Léa Boudreau, qui jusqu’à maintenant a plutôt œuvré dans la chanson rock au sein d’une formation, The Bright Road (cf. l’album Océan). Sarah Albu, elle, est vocaliste et voyage entre les polyphonies des XVe et XXe siècles (Stimmung de Stockhausen) et l’approche expérimentale et bruitiste: on note un travail avec Architek Percussion (cf R&C No. 112) et le compositeur acousmatique James O’Callaghan. Son partenaire Vergil Sharkya’, originaire d’Autriche, a travaillé avec Philip Jeck et explore plus particulièrement synthétiseurs, logiciels, effets électroniques et analogiques; on a pu le croiser au sein de l’Ensemble SuperMusique.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.