La boutique des nouvelles musiques

Feu aimant Siamois Synthesis

  • Conseil des arts du Canada • SODEC

Un album riche et dense qui délivre au fil des écoutes son âme mystérieuse. Très fortement recommandé. SilenceAndSound, France

… ce premier album révèle une combinaison riche et complexe… Le canal auditif, Québec

Le premier album de Siamois Synthesis existe grâce à la rencontre fortuite et l’amitié d’un groupe d’individus étrangement connectés dans l’espace-temps.

À la fois un son sculpté durant près d’une décennie, que le fruit d’une suite d’explosions électriques et spontanées, Feu aimant est une substance secrète, de partout et de nulle part, de tout le temps et de jamais. Un rêve éveillé nous menant au bout de la nuit.

Enregistrés à l’été 2019, Feu aimant comporte sept morceaux. Il est constitué du travail électronique onirique de Maxime Corbeil-Perron; des mélodies de basse augmentée de Sylvain Gagné; de la voix diamantesque de Maya Kuroki, et du jeu de guitare tranchant de Simon Trottier.

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Feu aimant

Siamois Synthesis

Maxime Corbeil-Perron, Sylvain Gagné, Maya Kuroki

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Roland Torres, SilenceAndSound, 2 avril 2020
    Un album riche et dense qui délivre au fil des écoutes son âme mystérieuse. Très fortement recommandé.
  • Philippe Desjardins, Le canal auditif, 10 mars 2020
    … ce premier album révèle une combinaison riche et complexe…
  • Michel Rondeau, PAN M 360, 1 mars 2020
    … tout ce beau monde tisse ensemble des trames savamment texturées où les nappes sonores se chevauchent et pulsent et gonflent avec juste ce qu’il faut de tension pour les maintenir captivantes.
  • William Paulhus, Mes enceintes font défaut, 21 février 2020
    La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 2 avril 2020

C’est de Montréal que nous arrive Siamois Synthesis, le super-groupe formé par Maxime Corbeil-Perron (électronique), Maya Kuroki (chant), Sylvain Gagné (basse) et Simon Trottier, auteur d’un premier album, Feu Aimant, qui conjugue habilement diverses tendances, entre post-rock et ambient, experimental folk et psychédélisme drone.

La grande force de Siamois Synthesis consiste dans sa capacité à créer des ambiances changeantes tout en suivant une identité sonore qui lui est propre, déclinant les montées énergiques sans franchir les limites menant à l’explosion.

Feu Aimant aime naviguer sur des territoires mouvants, lâchant les chevaux tout en les tenant de la bride, instituant des zones de confort aux frontières ténues flirtant avec les abysses. Le tout est une combinaison d’équilibre et d’abstraction, d’écoute intérieure et de chemins de traverse, de familiarité émotionnelle et de distanciation cérébrale.

Siamois Synthesis distille ses ingrédients avec modération, alternant titres instrumentaux et chantés, avec des parties de voix parfois disséminées dans la densité des compositions, faisant vaciller les instruments sur des surfaces à la froideur martiale digne des années 80, à l’image du somptueux Urizen. Un album riche et dense qui délivre au fil des écoutes son âme mystérieuse. Très fortement recommandé.

Un album riche et dense qui délivre au fil des écoutes son âme mystérieuse. Très fortement recommandé.

Le meilleur de LCA

Philippe Desjardins, Le canal auditif, 10 mars 2020

Siamois Synthesis est le nouveau projet, et l’heureuse rencontre, de quatre artistes de la scène musicale expérimentale, soit Maxime Corbeil-Perron aux claviers et objets électroniques, Sylvain Gagné à la basse électrique, Maya Kuroki au chant trafiqué et Simon Trottier à la guitare électrique. Bien que les quatre membres aient collaboré à plusieurs reprises auparavant, en duo généralement, l’espace-temps était enfin aligné pour aboutir à un quatuor et un premier album nommé Feu Aimant, lancé en février dernier. On constate rapidement la dimension du territoire couvert par l’esthétique sonore, s’inspirant du rock expérimental, du post-rock et des trames de film rétro des années 70 et 80. On apprécie par la suite le contraste entre les éléments structurés et réfléchis, qui mènent intuitivement vers ceux plus déconstruits et improvisés.

Blossoms (redux) ouvre sur une suite d’arpèges au clavier, comme un orgue ondulé qui mène vers une combinaison post rock, dont la guitare, la basse et la trame rétro créent une grande pulsation mélodique. La voix de Kuroki se place dans un coin, chuchotant un monologue à travers un effet de réverbération qui imite les tuiles froides d’une salle de bain. La pièce monte progressivement en intensité, atteignant un plateau durant la deuxième moitié qui combine de manière épique les harmonies musicales avec les effets de saturation. 4AM revient sur terre avec un ronronnement électrique secondé par des notes de guitare en écho, créant un interlude à la limite de l’apesanteur, particulièrement reposant après le décollage précédent. Le kick techno de Soleil nocturne se fixe au sol, au-dessus duquel s’ajoute une guitare dissonante qui scie les fréquences en deux, avec une basse électrique relativement douce qui prend en charge la mélodie. Kuroki apparaît tout en réverbération en chantant des notes soutenues comme des filaments angéliques qui se faufilent à travers les effets, passant du no wave au spoken word tout naturellement. La combinaison change vers une troisième partie entraînante qui reprend le kick et élève ça à un niveau très enthousiaste, passant ensuite à un dernier mouvement développé autour de la guitare électrique.

Random Other plane comme une courte trame de prog-rock dans laquelle les notes de slide guitar s’étirent à travers l’espace, laissant la ligne de basse prendre le relais comme guide mélodique. TriggerWarning_drumsdrumsdrums alourdie le tempo avec son rythme lent à la basse et la guitare, créant une progression dramatique qui devient de plus en plus saturée. Le mélange, à saveur expérimentale, fait penser à du psychobilly ralenti tout près du point de rupture, mais sans laisser tomber le thème musical. Urizen change de direction pour une boucle percussive accompagnée d’une trame ambiante, dissonant légèrement, comme un vieux ruban magnétique. Une fois les harmoniques bien établies, le rythme redouble d’efforts à l’avant dans le mix, pendant que la voix de Kuroki réverbère vers l’arrière. Le monologue devient un peu plus compréhensible rendu au segment flottant, dans l’intention du moins, le temps de reprendre le souffle avant de repartir dans une densité post-rock. Sans Fracas résonne au loin comme un vibraphone saturé placé dans une pièce adjacente. La basse électrique suit mélodiquement, secondée par les effets de larsens de la guitare électrique et concluant en équilibre entre la consonance et la dissonance.

C’est précisément de ça qu’il s’agit sur le premier album du quatuor, l’équilibre entre deux états qui, pour faire un lien avec le titre de l’album, revient à un premier mets bien préparé auquel on met le feu pour obtenir le deuxième, plus chaotique et imprévisible. Il y a une dimension pyromane à cet album qui s’inspire de l’effet hypnotique de regarder un feu de camp, et d’écouter des thèmes musicaux qui se consument à ouïe d’oreille (haha!). Bref, au-delà de l’action de brûler affectueusement, ce premier album révèle une combinaison riche et complexe, dont les saveurs ne se libèrent pas toutes dès la première écoute. Il faut laisser mijoter un peu pour en apprécier toutes les subtilités.

8/10

… ce premier album révèle une combinaison riche et complexe…

Critique

Michel Rondeau, PAN M 360, 1 mars 2020

Ils sont quatre, que le hasard a fait se rencontrer. Ah! le pouvoir fédérateur de la musique! Il sont d’abord trois, aux claviers, aux synthés, à la boîte à rythmes et à la programmation, il y a Maxime Corbeil-Perron, à la basse Sylvain Gagné et aux guitares Simon Trottier. Depuis des années, en même temps que chacun suit sa voie (Simon fait notamment partie de Timber Timbre), leurs routes à tous trois se sont croisées à plusieurs reprises, l’un jouant avec l’autre, l’autre jouant avec l’un… Puis arrive à Montréal la vocaliste japonaise Maya Kuro. On l’entend dans le duo Rippleganger avec Rainer Wiens, dans la chorale Joker, puis un jour, fortuitement… De la même façon que leurs chemins se sont croisés, tout ce beau monde tisse ensemble des trames savamment texturées où les nappes sonores se chevauchent et pulsent et gonflent avec juste ce qu’il faut de tension pour les maintenir captivantes. Au-dessus il y a la voix de Maya qui plane. On ne comprend rien à ce qu’elle raconte, mais ça ne fait rien, elle est d’une musicalité, si suggestive par son caractère nippon un chouïa fripon qu’elle réussit à évoquer un ailleurs exotique indéfinissable où l’on est transporté. Et où l’on a envie de retourner.

… tout ce beau monde tisse ensemble des trames savamment texturées où les nappes sonores se chevauchent et pulsent et gonflent avec juste ce qu’il faut de tension pour les maintenir captivantes.

Critique

William Paulhus, Mes enceintes font défaut, 21 février 2020

La meilleure musique est souvent celle qui nous emporte là où nous n’avions pas prévu aller. Malgré nos attentes, la réalité se trouve parfois à mille lieues de nos appréhensions. La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

Sur Feu aimant, nous errons librement dans des nappes nostalgiques qui nous enveloppent et nous secouent à leur guise. L’imposant bagage du quatuor aurait pu nous faire croire que nous allions avoir droit à quelque chose de survolté par moment, mais la retenue semble être le mot d’ordre et c’est elle qui permet aux compositions d’atteindre un degré de beauté stupéfiant. Prenons par exemple le colossal morceau d’ouverture qui nous donne l’impression d’assister à un mashup entre la guitare de Earth et les albums plus détendus de Boris. C’est justement autour de trois monolithes de près de dix minutes que la structure globale s’édifie, à notre plus grande satisfaction.

La prodigieuse Maya Kuroki nous semble plus effacée contrairement à la plupart de ses autres projets comme Tamayugé ou Rippleganger, mais cette approche douce et harmonieuse sied parfaitement l’esprit de cette nouvelle formation. Les paroles intelligibles qu’elle nous transmet à la suite du segment frénétique dans Soleil nocturne forment certainement l’un des plus beaux moments musicaux de cette jeune année. Il ne faudrait toutefois pas oublier les trois autres architectes responsable de cette trame sonore aux multiples visages, soit Maxime Corbeil-Perron derrière les machines, Simon Trottier à la guitare et Sylvain Gagné à la basse. Si l’envie vous prend de vérifier si la chimie est aussi palpable lorsque le quatuor se réuni sur scène, le rendez-vous est le 25 février prochain à la Sala Rossa pour le lancement de cet album majestueux!

La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.