La boutique des nouvelles musiques

Somebody Special Jean Derome

L’effet est agréable et curieux, puisque Derome et ses collaborateurs nous laissent respirer, ouvrir et rendre accessible une musique qui présente à l’origine des aspects de non-immédiateté, de dynamiques tordues, de coins sombres, de structures complexes et de passages complexes… SentireAscoltare, Italie

Top jazz CKUT — 4th position CKUT, Québec

Jean Derome nous propose un choix judicieux de 9 chansons de Steve Lacy, interprétées par le Trio Derome Guilbeault Tanguay, auquel se joignent le pianiste Alexandre Grogg et la merveilleuse Karen Young à la voix.

«Steve Lacy a été, pour moi, une grande inspiration, une sorte de boussole qui a guidé mes pas et qui m’a montré la voie. Pourtant, depuis son décès en 2004, on en est à presque oublier que ce géant du saxophone soprano a composé plusieurs centaines de magnifiques chansons. Dans toute l’histoire du jazz, il est difficile de nommer un autre compositeur aussi prolifique, exception faite, évidemment, de Duke Ellington. Quinze ans ont passé depuis que Lacy nous a quittés et l’on se met à s’ennuyer du trésor qu’il nous a laissé. Au fond, ce disque veut apaiser une sensation de manque. C’est à toute la communauté jazz que revient maintenant la tâche de garder cette musique en vie. À nous de jouer.»

Jean Derome, mars 2019

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 88 kHz, 24 bits

Somebody Special

9 chansons de Steve Lacy

Jean Derome

Trio Derome Guilbeault Tanguay, Steve Lacy, Karen Young

Notes de programme

À propos de Somebody Special

Comme bien des artistes dont la démarche évolue tout au long de leur vie, Steve Lacy et son œuvre ont été, en apparence, trop facilement compris. Plusieurs s’arrêteront à quelques fragments de son imposante discographie pour ensuite réduire le musicien à une ou deux caractéristiques: disciple de Monk, spécialiste du saxophone soprano à la sonorité froide, improvisateur archimoderniste, etc. Et bien que la chanson soit au cœur de l’œuvre de Lacy, rares sont ceux qui ont exploré son immense catalogue et pris la mesure de ce corpus somme toute très spécial dans l’histoire de la musique de création. Jean Derome fait ici figure d’exception; sa sélection de pièces variée et intelligente témoigne de son exploration approfondie et passionnée de cette œuvre, un travail qu’il poursuit depuis bien des années avec ses collaborateurs au swing élégant Normand Guilbeault et Pierre Tanguay, avec qui il a déjà fouillé les catalogues d’ Ellington, Mingus, Mengelberg et bien d’autres encore. Karen Young chante ici les mélodies de Lacy aux intervalles audacieux et casse-cou à la fois avec la précision et l’élan nécessaires pour leur donner vie. Art, une chanson aux accents de musique de chambre dont le texte est tiré du traité sur la créativité de Melville, précède Herbe de l’oubli, un poème ancien extrait du Man’yoshû dont l’ostinato hérissé et insistant propulse Alexandre Grogg dans l’un de ses éblouissants solos. Ce programme ambitieux se poursuit avec une délicate version de Joy, sorte de cantique humaniste de Lacy sur un texte de Judith Malina. La pièce de résistance est selon moi cette mini-suite de pièces sur des textes du poète et libre penseur d’origine canadienne Brion Gysin: la pièce éponyme Somebody Special, la déchirante Nowhere Street et l’ironique Blue Baboon avec ses riffs jubilatoires sur les clichés «Moon/June» dignes de Tin Pan Alley. Non seulement ces chansons résument-elles bien le registre compositionnel remarquable de Lacy et invalident toute catégorisation paresseuse, mais elles jettent également un éclairage semblable sur Derome. Tout comme Lacy, il est trop souvent catalogué, la plupart du temps comme bruitiste ou avant-gardiste aux sourcils froncés. Mais à elles seules, ces trois chansons contredisent de tels jugements, comme en témoigne ici avec le plus de charme et d’éloquence le duo Baboon — qui rappelle Ella et Louis — dans une approche qui célèbre, sans complexe, le plaisir propre à la musique populaire, que Lacy lui-même a rarement su rendre de manière aussi convaincante. Cette musique qui vit et respire n’est pas spécialisée; aussi n’en est-elle — tout comme ses protagonistes — que plus spéciale.

Scott Thomson [ii-19]

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • CKUT, 14 mai 2019
  • Davide Ingrosso, SentireAscoltare, 11 mai 2019
    L’effet est agréable et curieux, puisque Derome et ses collaborateurs nous laissent respirer, ouvrir et rendre accessible une musique qui présente à l’origine des aspects de non-immédiateté, de dynamiques tordues, de coins sombres, de structures complexes et de passages complexes…
  • CKUT, 23 avril 2019
    Top jazz CKUT — 4th position

Recensione

Davide Ingrosso, SentireAscoltare, 11 mai 2019

Nobili gli intenti del sassofonista, flautista e compositore canadese Jean Derome, classe 1955, che con questo Somebody Special dedica uno splendido omaggio alla memoria di Steve Lacy: si tratta di dieci composizioni estratte dal vasto canzoniere del sassofonista americano, scomparso nel 2004 all’età di 69 anni. Atto dovuto, se consideriamo che Steve Lacy, che ha vissuto a lungo a Parigi e per un breve periodo anche a Roma, viene ricordato prima di tutto per aver riabilitato ed esplorato uno strumento, il sax soprano, che nel jazz era fermo agli anni Trenta e a Sydney Bechet. «Ma molti hanno dimenticato che questo gigante del sax soprano ha composto anche centinaia di bellissime canzoni», sottolinea giustamente Jean Derome nelle note che accompagnano il disco, uscito di recente su Ambiences Magnétiques. Il quintetto è completato da comprimari di lungo corso come Pierre Tanguay alla batteria e Normand Guilbeault al contrabbasso, cui si aggiungono Alexandre Grogg al pianoforte e la cantante Karen Young.

Negli ultimi quindici anni abbiamo ascoltato le rivisitazioni del Rova Saxophone Quartet e gli studi in solitaria e non (non per forza al sassofono soprano, anzi) di Roberto Ottaviano, Matt Gustafsson, Gianni Mimmo e svariati altri. Ci sono persino dei gruppi interamente dedicati alla musica di Steve Lacy, dai The Rent ai The Whammies, passando per il progetto Ideal Breads di casa Cuneiform Records. Ma in pochi hanno rivolto la loro attenzione esclusivamente alle canzoni, tutte ovviamente bellissime e con versi estratti da poesie beat, da testi di filosofia Zen o da classici nascosti della letteratura mondiale. Lacy aveva iniziato a comporle nei primi anni Settanta per la voce della moglie, la violoncellista e cantante svizzera Irene Aebi, per poi coinvolgerle in un processo continuo, decennale, di trasfigurazioni e nuovi arrangiamenti.

E di questo si tratta, di ri-arrangiamenti, nelle dieci canzoni scelte da Jean Derome, basate su testi di Herman Melville, Brion Gysin, Po Kiu-yi, Lao-Tzu, Thomas Gainsborough e Judith Malina. L’effetto è piacevole e curioso, dal momento che Derome e soci fanno respirare, aprono e rendono accessibili delle musiche che, originariamente, presentano aspetti di non-immediatezza, dinamiche storte, angoli bui, strutture complicate e passaggi intricati: in pratica, quello che Lacy andava inquadrando sotto la definizione di poly-free; ciò che della sua musica è il tratto caratteristico. Qui, invece, gira tutto intorno alla voce di Karen Young, meravigliosa e accogliente, capace di modulazioni che impressionano, viva, vivace e ricca di calore umano. Una carezza sul viso, laddove il timbro vocale di Irene Aebi, a causa delle inflessioni da perfetta cantante d’opera, continua in molti casi a rappresentare uno scoglio per chi desidera avvicinarsi allo sconfinato corpus discografico di Steve Lacy.

Tra un senso classico dello swing e l’eleganza del miglior vocal jazz, queste cover sono quanto di più accessibile si possa trovare nella discografia di un autore obliquo e imprevedibile come Jean Derome, legato a formazioni che parlano i linguaggi dell’art-brut e del kitsch (pensiamo al jazz-rock mutante e cacofonico dei suoi Dangereux Zhoms, fondati negli anni Novanta), dell’improvvisazione rigorosa e della musica da camera. Ma qui la storia è un’altra e — leggiamo ancora nelle note — «l’intera comunità jazz dovrà cogliere la musica di Steve Lacy per mantenerla in vita». Nient’altro da aggiungere.

L’effet est agréable et curieux, puisque Derome et ses collaborateurs nous laissent respirer, ouvrir et rendre accessible une musique qui présente à l’origine des aspects de non-immédiateté, de dynamiques tordues, de coins sombres, de structures complexes et de passages complexes…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.