La boutique des nouvelles musiques

Metatron Architek Percussion

Après la Seconde Guerre mondiale, mes grands-parents traînèrent un vieux piano droit de 1902 qu’ils avaient trouvé dans la rue et l’installèrent dans leur salon. C’est le premier instrument dont je me souvienne. Toute ma vie, la collection de partitions jaunies de chansons appartenant à ma grand-mère resta sur le banc de piano, avec ses aquarelles illustrées de couples élégants qui souriaient au lecteur, leur sentimentalité débordante rendant hommage à une culture de la danse qui s’évaporait. Précieux souvenir. Toutefois, le piano devait finalement disparaître, et ce serait à la tronçonneuse.

À sa mort, j’héritai des matériaux musicaux de ma grand-mère. Les musiques qu’on aime se fraient un chemin à travers format, technologie et temps et cette idée sema les germes de Metatron. C’est mon grand-père de 95 ans qui m’en fournit un concept plus élaboré. Lors d’une de mes visites, je fus accueilli dans son garage par une tronçonneuse aux lames émoussées et un piano démonté. «Finis le travail», me dit-il. Armé d’une farouche détermination et d’un outil fatigué, je démembrai mes premières expériences musicales, songeant à l’étrange place que la technologie occupe dans nos vies. — Eliot Britton

Cet article peut être téléchargé et/ou écouté sur le site actuellecd.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Metatron

Architek Percussion

Eliot Britton

La presse en parle

  • Marc Medwin, The Squid’s Ear, 25 octobre 2017
    The results are miraculous. The deeper you dive, the more you find, and the more you’ve been listening, the greater the rewards.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 112, 1 juin 2017
    … le résultat est jubilatoire pour l’auditeur…
  • Will Pearson, The WholeNote, 1 mars 2017
    Metatron is a thrilling record…
  • Réjean Beaucage, Voir, 10 février 2017
    … l’un des enregistrements les plus rafraîchissants entendu depuis longtemps.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2017
    Fresque sonore, ou frasques sonores?… À vous de décider, mélomanes.

Review

Marc Medwin, The Squid’s Ear, 25 octobre 2017

How deep is the ocean, asks the now-standard tune’s lyrics throughout this half-hour sonic extravaganza. The answer: As deep as the titlewave of sonic signifiers bouncing off the walls of composer Eliot Britton’s diverse, inclusive and warped imagination.

To suggest that Metatron is plunderphonic at its heart is to suggest that Bach and Webern both employed counterpoint, which is to miss the point almost entirely. Reflecting on the piece as a time warp akin to the end of Stanley Kubrick’s 2001 is also something approaching an injustice. Both are true and false, as music can present the simultaneities toward which speech struggles. Aided by the empathetically excellent work of Architek Percussion, Britton offers a series of quantum leaps through the development of technology, its attendant audio history and many of the signifiers therein as viewed through a 21st century lens.

The results are miraculous. The deeper you dive, the more you find, and the more you’ve been listening, the greater the rewards. From the radical percussion works of Varese to the bleeps, brips and braps of early 1980s video games, from Whispering Jack Smith to those ambient tintinnabulations of middle 1970s ECM discs, from swinging Ella Fitzgerald to Blue Skies as it might be heard on the Minus label, all is referenced for listener gratification. If it were that simple, the piece might fail; there is a narrative, a beautifully touching and often laugh-out-loud meta-story of how development and recurrence partner on some vast cosmic dancefloor, converging and diverging in spirals of heartfelt reminiscence. If that weren’t enough, the piece begins and ends in C, more or less. How’s that for convention?

Again, were the recording not absolutely spectacular, those retro-washes of synth magic, the sudden gear-shifts and the constant illusions to old and beloved pop tunes would be lost in the fray. They aren’t, and it is to the credit of all involved that this is one of the most extraordinary, confrontational and often gorgeous trips through timbral history that I’ve encountered.

The results are miraculous. The deeper you dive, the more you find, and the more you’ve been listening, the greater the rewards.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 10 février 2017

Issu de la filière McGill, où tous ses membres ont étudié, le quatuor Architek Percussion (trois percussionnistes «branchés» et un joueur de synthétiseur) offre avec ce disque centré sur une œuvre du compositeur canadien Eliot Britton l’un des enregistrements les plus rafraîchissants entendu depuis longtemps. Augmenté de deux autres percussionnistes, doublant aussi aux électroniques, l’ensemble interprète la musique de Britton avec assurance et précision, le mélange entre les sons percussifs, les abstractions électroniques et les échantillonnages de vieux vinyles provoquant une réjouissante explosion de couleurs. Britton, qui poursuit actuellement un doctorat en composition à McGill, nous donne un bel aperçu des nouvelles directions que peuvent prendre les musiques mixtes grâce aux avancées dans l’instrumentation numérique.

… l’un des enregistrements les plus rafraîchissants entendu depuis longtemps.

Critique

Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2017
Fresque sonore, ou frasques sonores?… À vous de décider, mélomanes.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.