La boutique des nouvelles musiques

Jeux de pistes Ensemble SuperMusique

  • SODEC

Il y a des moments où on se demande, après un excellent concert de musique nouvelle: pourquoi est-ce que ces musiques ne vivent-elles pas plus longtemps? Rarement jouées plus d’une seule fois, elles sombrent la plupart du temps dans l’oubli. Ce disque permet donc de prolonger la vie de quatre œuvres qui appellent à être réentendues. Jeux de pistes, de cartes, de patience ou de rôles, quatre partitions graphiques composées par des compositeurs invétérés. Quatre imaginations au service de la musique. — Danielle Palardy Roger, automne 2016

Jeux de pistes

Ensemble SuperMusique

John Rea, Jean Derome, Malcolm Goldstein

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Tempest, Jeu de cartes, L’argent, TanGRAM

Tempest de John Rea a été écrite dans les années 1960 quand il jouait avec un groupe d’improvisation et étudiait avec Ruth Shaw Wylie. Dessinée sur deux pages et dédiée à un quatuor non déterminé et une caisse claire, la musique ne devait durer que deux minutes. Les dessins et les consignes de jeu sont précis et très évocateurs. Danielle Palardy Roger en a fait une adaptation pour 20 musiciens (16 instruments répartis par familles et registres, soutenus par deux caisses claires, tourne-disques et synthétiseur), en une version prolongée qui présente un très lent déploiement de cette tempête.

Jeu de cartes de Malcolm Goldstein est composée pour 12 improvisateurs. La partition consiste en 48 cartes divisées en quatre séries. Trois d’entre elles illustrent les «activités» à jouer: notations graphiques, cellules rythmiques,mots; et la dernière série désigne le moment des interventions de chaque joueur. C’est un jeu fort brillant qui autorise une grande latitude et mobilité aux improvisateurs. Lors du concert Jeux de pistes, nous en avons joué une version avec deux jeux de cartes et à 24 joueurs: 20 instrumentistes et quatre chanteurs.

L’argent de Jean Derome comprend trois parties qui réfèrent à trois formes d’organisation sociale: L’Empereur (0:00 min) dirigé à l’aide de signes par un chef unique (Derome); L’anarchie (5:44 min) qui livre les improvisateurs à eux-mêmes, sans chef, ni consigne; et La libre entreprise (8:23 min) qui autorise chacun à devenir chef en démarrant sa propre entreprise (en donnant des «tâches musicales» à ses collègues) et où plusieurs chefs peuvent agir en même temps. Inspirée des réflexions de Bernard Maris, Georges Bataille et Joseph Beuys sur la question de l’argent, le concept musical de la pièce nous fait voir l’orchestre comme un microcosme de la société.

TanGRAM s’inspire d’un casse-tête chinois qui comprend sept plaquettes: cinq triangles, un carré et un parallélogramme. Ce jeu millénaire consiste à agencer ces plaquettes afin de créer des figures. Créer une partition et une forme musicale avec ces éléments m’a permis de me pencher sur ce que chacun d’eux, posé en aplat sur une feuille de musique, pouvait évoquer, tout en indiquant aux instrumentistes l’étendue du registre, l’expression des nuances, le déroulement du rythme, l’épaisseur de la masse sonore et la répartition instrumentale. C’est un jeu de transformation qui demande de la patience et de la stratégie. Les musiciens jouent ici Orion, une des figures que j’ai composées.

[xi-16]

La presse en parle

  • Marc Medwin, The Squid’s Ear, 4 octobre 2017
    No sound is left unused, from looped electronics to all combinations of acoustic sonic layering; as with the rest of the discs, the results excite and mesmerize by turn, capturing what was undoubtedly a fiery and introspective performance.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2017
    … dépouillée, minimaliste, foisonnante…

Review

Marc Medwin, The Squid’s Ear, 4 octobre 2017

At this point, there is nothing innovative or even novel about the combination of improvisation and composition save the way the symbiotic relationship is achieved. On this score, Ensemble SuperMusique succeeds on all counts. This disc offers up four of what might be described, loosely and inadequately, as graphic scores, though whatever images are involved are not nearly as graphic in detail as the excellent playing and recording.

The oldest entry is John Rea’s Tempest, composed in 1969 and here adapted for a much larger temporal canvas than its original two minutes. Sussurations and long-form semidrone encompass voices and instruments of deliciously indeterminate character, leaving aside the point or two at which identification is readily and vividly apparent. Entering and exiting as the proverbial lamb, everything bubbles and seethes with an energetic undercurrent, planes of sound nearly intersecting as unisons ebb and flow into each other, forming complex but clear sonorities that shake hands before exiting.

The other three scores were composed in the past few years, and easily the most whimsical among them is Malcolm Goldstein. Any fan of Ligeti’s Aventures pieces will absolutely love this realization, such is its cheek and daring. Swoops and glides abound, punctuated by vocal outbursts reminiscent of Phil Minton at his seriocomic best. The occasional unison is fodder both for pause and momentary reflection before the zaniness recurs, turntable often at the ready and a wonderful upward and rapid flick out of focus concluding the proceedings. Danielle Palardy Roger’s TanGRAM is a study in what Jack Kerouac, describing Proust’s Cambre Cathedral, called slow concentric waves. According to shapes based on the ancient Chinese puzzle, we ascend and descend in arcs and lines that creep glacially in and out of cognition as timbres converge and diverge. There are a few similar passages in Tempest, but TanGRAM is pure slow-motion bliss and horror as some percussion rolls a foundation of dread and dynamics slowly increase, eventually leading to fragmentation in the final minutes.

By way of total contrast, Jean Derome’s L’argent roils, beats and explodes with the unbridled passion only an energetic ensemble of improvisers and composers can bring to the table. Huge fits and starts pervade this sectionalized assault on the senses, and, were it not for a first-rate recording, much of its nuance would be lost in the noise. Fortunately, interstitial and timbral delineation is possible, and a few of the episodes are greeted by the whoops and hollers of a particularly appreciative audience. No sound is left unused, from looped electronics to all combinations of acoustic sonic layering; as with the rest of the discs, the results excite and mesmerize by turn, capturing what was undoubtedly a fiery and introspective performance.

No sound is left unused, from looped electronics to all combinations of acoustic sonic layering; as with the rest of the discs, the results excite and mesmerize by turn, capturing what was undoubtedly a fiery and introspective performance.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.