La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes! — Jusqu’à 50% de rabais sur 142 titres Jusqu’au 7 janvier 2020 — Cliquez pour voir

Invisible Backgrounds Philippe Battikha

A beautiful album. The Squid’s Ear, ÉU

Un disque atmosphérique, une trompette atmosphérique, des plages sonores forcément atmosphériques. Revue & Corrigée, France

Invisible Backgrounds est une collection de musique introspective qui vous invite à interroger le monde des sons qui nous entoure — à écouter la musique qui peuple nos oreilles quel que soit le lieu où nous nous trouvons. Des paysages sonores, des rêves éveillés, au bruit de fond étourdissant de l’intersection bondée d’une grande ville, cet album tente de vous absorber dans ces moments de temps suspendu, à la croisée des faits et de la fiction, où votre imagination commence à biaiser la réalité et que tout redevient possible. Tantôt sombre, tantôt contemplatif ou élevant, cet album propose un collage de ce genre d’instants.

Invisible Backgrounds

Philippe Battikha

La presse en parle

Heard in

Paul Serralheiro, The Squid’s Ear, 11 juillet 2016

Philippe Battikha is a trumpeter who travels the Montréal-NYC axis and is a sometime resident of either city. In Montréal he has been a vital part of the improvised music scene, helping to set up a couple of spaces devoted to presenting this music. In this introspective yet, ironically, outward-looking solo album of original works featuring mainly Battikha’s lovely, open horn sound — grainy at times, at others a pure rounded shape, or an airy fancy — the lingering effect of the music is of peace. This is a soothing set of compositions/improvisations: even when they use archival street sounds of NYC, or noise loops, these serve as broad counterpoint to the lyrical gesture, with an effect similar to hearing surf on a nearby shore. Along with trumpet, Battikha also takes up the keyboard for some simple yet effective backdrops/accompaniments to his trumpet lines, and on two tracks he is joined by bassist Jonah Fortune.

The titles of the pieces strike me as humorous and seem at times a kind of Dadaistic compliment or contrast to the actual music. The first track, for instance, which sets a beautiful lyrical, meditative mood, is called Plantain. A quiet low-fi noise piece called Super 8 seems to allude to the rolling sound of film in a projector. A stirring piece by the name of Time for New Hands stands out due to its featuring a segment from a speech by Nelson Mandela, saying “It is time for new hands to lift the burdens.” A piece of wisdom amid a treasure of gems such as these glowing, warm and deep offerings from Battikha and his trumpet to the muse, inspired by the muse.

A beautiful album.

A beautiful album.

Chronique

Cyrille Lanoë, Revue & Corrigée, 1 octobre 2015

Un disque atmosphérique, une trompette atmosphérique, des plages sonores forcément atmosphériques. De l’artiste on en connait peu. Sinon qu’il vient de Montréal et qu’il joue ou a joué dans des formations plutôt free rock qui se tiennent (dont La Part Maudite). Trompettiste maintenant vous vous en doutez. En solo il propose avec Invisible backgrounds plusieurs cordes de son arc en matière d’ambiances créées. Avec non pas autant, mais dix plages disons, variées. L’entame est jazzy, en volutes. Il y va même de l’utilisation (piochée à la BBC, quand je vous parle d’utilisation) du field recording sur luna negra. Montréal est entre autres connu pour ses groupes post-rock issus de la nébuleuse Constellation (Godspeed you! Black emperor, Silver Mt Zion…). Principalement développé sur time for new hands de belle manière, avec pour ma part des influences à aller cher chez Mogway ou les français de Madrid, en plus bien sûr des influences de chez Constellation citées plus haut. Un piano, une voix enregistrée, type pasteur, et cette trompette volante. Le titre qui a le plus retenu mon attention est celui qui suit, super 8. Des grosses sine wave en rotative, avec une fin abrupte appréciable. Tout est dans le titre: tout est mécanique. Court mais bon. Je me répète mais l’exercice du solo n’est pas aisé. Philippe Battikha, sans rien révolutionner, apporte de la fraicheur à des titres qui pourraient pourquoi pas s’échapper des morceaux les plus calmes de Hint, ou encore d’un autre duo, Spaceheads. En beaucoup plus feutré mais tout autant agréable. Avec une personnalité dans les manipulations de bandes, de pédales d’effets, dans les invitations comme cette belle contrebasse sur beyond you. J’avais été assez déçu en 2012 par un disque de Sontag Shogun qui s’essayait à de tels essais. Préférez donc celui-ce, de très loin.

Un disque atmosphérique, une trompette atmosphérique, des plages sonores forcément atmosphériques.

Review

Jesse Locke, Weird Canada, 29 mai 2015

Philippe Battikha of Corse and La Part maudite steps out for an avant-serenade on this mournful solo offering. The granular tones and careening curlicues of his trumpet drift in slow-mo flow through soundscapes of bustling street corners, Super 8 camera whirr, and less recognizable squishes. Double bass saws through Beyond You while Time For New Hands casts a pall over haunted pianos, righteous vocals samples, and the soothing ASMR of rain on a windowsill.

Philippe Battikha of Corse and La Part maudite steps out for an avant-serenade on this mournful solo offering.

Critique

Alex Pelchat, Voir, 13 mars 2015

Le trompettiste Philippe Battikha fut l’un des premiers trompettistes que j’ai eu la chance d’entendre lorsque je me suis intéressé à la scène locale de free jazz en 2008. C’est avec plaisir que je l’ai vu toucher à toutes sortes d’approches au cours des six dernières années, que ce soit avec le métal expérimental de La Part maudite, les improvisations free jazz avec Corse ou le travail plus noisy et électronique en solo. Invisible Backgrounds prend une approche singulière en incluant du matériel très éclectique, allant de la performance jazz solo très mélodieuse à des explorations plus électroniques ainsi que l’utilisation de field recordings. Bien que l’album soit majoritairement un projet solo, l’excellent contrebassiste Jonah Fortune accompagne avec brio Battikha sur deux pièces particulièrement bien réussies. Battikha a aussi profité du studio pour ajouter du piano sur certaines pièces ou pour “multiplier” sa trompette. Trop souvent, les albums solo en musique expérimentale s’en tiennent surtout à un seul son et le choix plutôt créatif de Battikha d’aller toucher à l’ensemble de son identité musicale offre un album de qualité tout en nuance et en beauté.

Invisible Backgrounds prend une approche singulière en incluant du matériel très éclectique, allant de la performance jazz solo très mélodieuse à des explorations plus électroniques ainsi que l’utilisation de field recordings.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.