La boutique des nouvelles musiques

Havres Sylvain Campeau, Chantal Dumas

  • Conseil des arts du Canada

Lorsque Chantal Dumas et moi avons décidé de faire œuvre commune, on a rapidement convenu que le point de départ de notre collaboration devrait être un site. Ce point d’origine a été le Parc de la Cité du Havre Montréal.

  • [Indépendant]
  • CADU 2014 / 2014
  • UPC/EAN 620953505928
  • Durée totale: 17:32

Havres

Sylvain Campeau, Chantal Dumas

La presse en parle

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, 1 juillet 2015

Encore la scène québécoise… D’un côté […], d’autre part deux artistes sonores, la première impliquée depuis longtemps dans la scène des musiques nouvelles, surtout en tant que productrice radiophonique (elle est responsable de plusieurs créations, souvent enregistrées déjà, d’autres musiciens) et longtemps animatrice à Radio-Canada, la seconde productrice de pièces radiophoniques. […]

Quoiqu’ayant déjà collaboré à certains enregistrements (de Claude Schryer en particulier) il y a près de vingt ans, ce n’est finalement qu’assez récemment qu’Hélène Prévost s’est engagée dans des créations personnelles plus régulières, comme en témoignent quelques pièces sur diverses compilations (Musicworks 104, par exemple), ou sa participation aux projets Montréal/Victoriaville, matière sonore* et A la plage constitue le premier recueil entièrement sous son nom. Cela pourrait être La plage, matière sonore. Encore que ce ne soit qu’un jeu de mot, la plage étant à prendre ici au sens d’espace enregistré. Il y en a dix. Dix plages donc! Chacune proposant une combinaison propre de sons, issus de bruits, de voix, d’instruments, de nature diverses, offrant chaque fois des climats divers, tourmentés, oniriques ou inquiétants, parfois proche du silence (plage 09)…

On finira cette chronique avec l’évocation de Havres, une courte (17.35 min.) collaboration entre un poète (Sylvain Campeau et Chantal Dumas. Cette dernière fut d’ailleurs aussi une des artistes impliquées dans l’aventure de Montréal ou Victoriaville matière sonore, mais a un parcours de créations personnelles plus anciens. Ici, elle propose une bande sonore pour la mise en sons d’un poème, basé sur un quartier péninsulaire de Montréal, la Cité du Havre, en bordure du St Laurent, décliné en français, en Irlandais et dans la langue mohawk des amérindiens du lieu. D’où plusieurs récitants, et une bande-son évocatrice aussi bien d’une certaine quiétude (celle de parc) que de son histoire et de ses diverses communautés.

* Respectivement Montréal, matière sonore Pogus P21041-2 et Victoriaville, matière sonore VICTO113

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.