La boutique des nouvelles musiques

Towns and Villages Nick Fraser

Ce texte n’est pas disponible en français.

Fraser’s apparent fascination with Canada’s smaller communities continues on Towns and Villages, which features group improvisations named for Prescott and Spencerville in eastern Ontario and Hundred Mile House in southeastern British Columbia; a musician does not tour Canada as often as Fraser has without getting to know its highways, byways and stopovers.

Fraser originally intended Towns and Villages to present Tony Malaby in the company of two bassists, Torontonians Andrew Downing and Rob Clutton, a format, he suggests, that was inspired by Ornette Coleman’s recent quartet and by such recordings as Bill Dixon’s two volumes of Vade Mecum, Joe Lovano’s Universal Language and Dewey Redman’s Soundsigns; still other recordings by Albert Ayler and the young Tony Williams also come to mind, and in fact Ayler and Williams seem no less like fleeting points of reference for Towns and Villages than Coleman, Dixon, Lovano and Redman.

In the event, Downing, who is also an accomplished cellist, proposed the alternative instrumentation heard here; his cello serves either as a keening second voice to Malaby’s taut, sculpted tenor and soprano solos, all sinew and strain, or as complementary counterweight to the heft and purpose of Clutton’s steadfast bass lines.

Fraser in turn makes the most, and the best, of his resources to give each of the 12 pieces on Towns and Villages — no matter how free, no matter how abstract, from the rumble and grind of Prescott: The Fort Town to the dark, stirring beauty of Ballad for Lydia — its own sense of logic, proportion and clarity.

Mark Miller
Jazz historian, author, critic
November 2012

Towns and Villages

Nick Fraser

Tony Malaby, Andrew Downing, Rob Clutton

La presse en parle

  • Luc Bouquet, Le son du grisli, 17 décembre 2013
    Le souffle de Tony Malaby ne peut laisser indifférent. Tel un paquebot enroué ou une gralla catalane éraillée, son saxophone refuse d’aller en paix.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 19:2, 1 octobre 2013
    Ce quartette livre une musique fort audacieuse, sans facilité aucune. Son instrumentation est légèrement hors norme.

Critique

Luc Bouquet, Le son du grisli, 17 décembre 2013

Le souffle de Tony Malaby ne peut laisser indifférent. Tel un paquebot enroué ou une gralla catalane éraillée, son saxophone refuse d’aller en paix. Malaby malaxe, ressasse, pointe une convulsion, flirte avec le microtonal, tricote quelques pestes soniques, joue droit puis courbe. Bref, aime à chercher ce qui lui résiste encore quitte à oublier l’instant présent. Malaby est un solitaire, il faut faire avec.

Aux cotés du très fin batteur Nick Fraser et des très complémentaires Andrew Downing (violoncelle) et Rob Clutton (contrebasse), et bien plus que d’ordinaire, il laisse ouverte la parole. Ici, les compositions du batteur imposent simplicité et insistent sur les béances rythmiques. Les espaces ainsi affirmés, chacun va raconter sa petite histoire avec plus ou moins de bonheur. Et dans le cas de Tony Malaby, l’on s’en doute, le lyrisme ne sera pas laissé au fond du filet.

Le souffle de Tony Malaby ne peut laisser indifférent. Tel un paquebot enroué ou une gralla catalane éraillée, son saxophone refuse d’aller en paix.

Au rayon du disque

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 19:2, 1 octobre 2013

Ce groupe vient tout juste de passer chez nous. Si vous l’avez loupé, ce document sonore vous livrera un beau condensé du concert. Dirigé par le batteur torontois Nick Fraser, ce quartette livre une musique fort audacieuse, sans facilité aucune. Son instrumentation est légèrement hors norme, marquée par la présence de deux contrebassistes de la Ville Reine, Rob Clutton et Andrew Downey — ce dernier ne jouant que du violoncelle sur ce disque. En invité, le saxo new-yorkais Tony Malaby nous fait comprendre pourquoi il est l’un des musiciens les plus sollicités dans le jazz de pointe: sonorité perçante au soprano, rauque au ténor, il ne ménage pas les coups dans cette musique, très ouverte harmoniquement et mélodiquement proche d’Ornette Coleman ou de Steve Lacy. Décidément pour les oreilles musclées.

Ce quartette livre une musique fort audacieuse, sans facilité aucune. Son instrumentation est légèrement hors norme.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.