La boutique des nouvelles musiques

Abandoned Ballroom Saint Dirt Elementary School

Ce texte n’est pas disponible en français.

Saint Dirt Elementary School is a little big band; it’s a salon orchestra; it’s a cabaret pitband; it’s a New School concert band half-remembering old school psychedelics in a district West of Weimar and North of San Antonio. It is both public and private. It can swing like a Kollektief or shamble like a seaside sinfonia. Saint Dirt Elementary School plays compositions: rubberband exotica, bouncing like bamboo windchimes dangling from the hood of a springloaded pram.

Abandoned Ballroom

Saint Dirt Elementary School

La presse en parle

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 18 octobre 2011

Un deuxième album pour Saint Dirt Elementary School, l’ensemble dirigé par le joueur de lap steel Myk Freedman. Et c’est un grand pas en avant, un disque splendide, plein de courtes pièces naïves, jolies à sourire irrésistiblement. L’ouverture As America Crumbles, I Sit in My Room Dreaming Up Silly Songs a un côté Klimperei indubitable (le glockenspiel), alors que les rythmes latino de Zombies Love Dancin’ to this Number évoquent Jono El Grande forniquant avec Perrey & Kingsley. Ailleurs, on sent des affinités franches avec la Fanfare Pourpour, les Pascals et le défunt duo suédois Sagor & Swing. Du bonbon, un coup de cœur immédiat.

Du bonbon, un coup de cœur immédiat.

Lounge pour alcooliques extravertis

Pierre-Jean Lavigne, CISM, 2 octobre 2011

Ça c’est la musique que tu écoutes quand tu quittes un party de bureau dans lequel tu as trop bu. Pas «ah, j’ai trop bu, demain je ne pourrai peut-être pas aller faire du hiking au Vermont à 7 heures du mat». Nonononon. Je parle de «Ah, j’ai trop bu! J’ai dansé tout seul sur le nouveau single de Maroon 5 et conté des jokes vraiment déplacées à mes supérieurs avant de faire un tour de calèche pour dégriser, mais, en revenant, j’ai tout fait pour attirer les collègues dans la salle de conférence pour leur faire un show de karaoké, puis, j’ai été malade dans la salle de bains du sous-sol (comme un agent secret) pour par la suite faire un black-out dans le bureau du vice-président.» Après ces tristes événements, on t’attache tes souliers, puis on te pousse dans la bonne direction, ipod aux oreilles avec Saint Dirt qui joue à 10. Tant bien que mal, tu te rends chez toi, pleins de bleus et de regrets avec le peu de conscience qu’il te reste pour dormir sur le côté afin de ne pas t’étouffer sur ta bile en dormant. Mais c’pas grave, ti-gars, le lendemain tu te réveilles, les lumières allumées, encore habillé, avec un seul verre de contact dans les yeux pour trouver dans tes poches un certificat de 50$ à la SAQ gagné la veille quand ton nom a été pigé dans un chapeau. T’es un winner et la journée est encore jeune.

T’es un winner et la journée est encore jeune.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.