La boutique des nouvelles musiques

Espoir et autres pouvoirs Marianne Trudel Septet

  • Productions Au bout du quai

Prix Opus 2010-11: Disque de l’année jazz — Finaliste

ADISQ 2011: Album de l’année — Jazz — Nomination

… elle démontre à nouveau tout son savoir-faire et toute l’étendue de sa créativité. SOCAN, Paroles & Musique, Canada

Un disque qui m’a beaucoup enthousiasmé […] du jazz d’ici qui n’a rien à envier à ce qui se fait ailleurs… Radio-Canada — Première chaîne, Québec

«La Terre chauffe. Un cœur bat. L’oiseau chante mais nous ne l’entendons pas. Arrêter. Tout repenser. Jusqu’à la racine de notre humanité.»

Marianne Trudel, piano; Anne Schaefer, voix; Lina Allemano, trompette; Jean-Olivier Bégin, trombone; Jocelyn Veilleux, cor français; Normand Guilbeault, contrebasse; Philippe Melanson, batterie. Jim Doxas, batterie sur M (trio-live).

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Effendi Records.

Espoir et autres pouvoirs

Marianne Trudel Septet

Marianne Trudel

  • CD
    FND 109
    Hors-catalogue

La presse en parle

  • Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 18:2, 1 juin 2011
    … elle démontre à nouveau tout son savoir-faire et toute l’étendue de sa créativité.
  • Érich Langlois, Radio-Canada — Première chaîne, 30 mars 2011
    Un disque qui m’a beaucoup enthousiasmé […] du jazz d’ici qui n’a rien à envier à ce qui se fait ailleurs…
  • Érich Langlois, Radio-Canada — Première chaîne, 30 mars 2011
    C’est très, très riche, c’est ce qui se fait de mieux au Québec côté jazz.
  • Alain Brunet, Radio-Canada: Désautels, 25 mars 2011
    Un travail de finesse, un des plus beaux albums de jazz que le Québec a reçu depuis une bonne année!
  • Stanley Péan, Voir, 24 mars 2011
    Disque de la maturité? Peut-être, mais Trudel nous réserve encore de belles surprises.
  • Marianne Trudel: sept sur sept
    Alain Brunet, La Presse, 24 mars 2011
    Marianne Trudel Septet présente un des rares projets de jazz d’ici dont le rayonnement peut déborder le cadre québécois ou canadien.
  • Antoine Léveillée, Voir, 24 mars 2011
    Trudel […] vient de signer un incontournable…
  • Marianne Trudel: le pouvoir du nombre
    Isabelle Houde, Le Soleil, 24 mars 2011
    «Je me suis inspirée de leur personnalité, de leur couleur pour faire cette musique-là», a expliqué la pianiste au bout du fil à Montréal.
  • Stanley Péan, Radio-Canada: Blogue, 24 mars 2011
    Des compositions originales, savamment orchestrées par la pianiste pour une formation où brille notamment Line Allemano à la trompette et Anne Schaeffer au chant.
  • Alain Brunet, La Presse, 19 mars 2011
    Voilà ce que cette douée compositrice, leader, pianiste et improvisatrice a fait de mieux depuis les débuts de sa carrière.
  • Christophe Rodriguez, Sorties Jazz Nights, 17 mars 2011
    Soutenu par une grande poésie, cette nouveauté où règne l’entente parfaite, fera le bonheur des amateurs d’un jazz consistant.
  • David Beckett, La Scena Musicale, no 16:6, 1 mars 2011
    … gagner davantage de reconnaissance, et d’être incluse dans les listes de meilleurs disques de l’année par les critiques de jazz et les animateurs de radio.

Critique

Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 18:2, 1 juin 2011
… elle démontre à nouveau tout son savoir-faire et toute l’étendue de sa créativité.

Critique

Alain Brunet, Radio-Canada: Désautels, 25 mars 2011

Guides disques

Stanley Péan, Voir, 24 mars 2011

Après le duo intime avec l’harmoniciste Lévy Bourbonnais sur L’embarquée, Marianne Trudel nous offre cette suite expressément composée et orchestrée pour cette formation où brillent notamment la trompettiste Lina Allemano, le contrebassiste Normand Guilbeault, sans oublier Anne Schaefer dont les vocalises contribuent grandement à la magie de l’ensemble. Certes, comme soliste, la pianiste n’est pas en reste; mais c’est la compositrice/orchestratrice qui s’impose. On songe à Treelines de Christine Jensen et, de manière générale, au travail exemplaire de Maria Schneider. Disque de la maturité? Peut-être, mais Trudel nous réserve encore de belles surprises.

Disque de la maturité? Peut-être, mais Trudel nous réserve encore de belles surprises.

Marianne Trudel: sept sur sept

Alain Brunet, La Presse, 24 mars 2011

Le jazz local n’est pas toujours… local. Ce jeudi au Largo de Québec, ce vendredi à L’Astral dans le cadre du festival Jazz en rafale, le Marianne Trudel Septet présente un des rares projets de jazz d’ici dont le rayonnement peut déborder le cadre québécois ou canadien.

J’ai entendu ce septuor de Marianne Trudel il y a près de trois ans, au Lion d’or dans le cadre de l’Off Festival de jazz de Montréal. Excellent. Superbes arrangements inscrits dans la mouvance post-Gil Evans, je pense à la démarche générale de Maria Schneider, de l’album Oceanos de David Binney, de l’album 9 Levels de Greg Osby, du Christine Jensen Jazz Orchestra, pour ne nommer que les exemples de cousinage les plus évidents.

«Ce septuor représente tout l’amour que j’ai pour l’orchestration, l’arrangement, le timbre. J’ai toujours aimé les grands ensembles… beaucoup trop compliqués à faire vivre en termes logistiques. Le septet, donc, c’est un compromis pratique… et plus encore. Dans mon journal d’avril 2008, j’écrivais comment je voyais ma formation de rêve. C’est exactement de ce band que je rêvais! Sa musique est construite sur mesure pour les musiciens qui en font partie. J’ai composé et arrangé en pensant à eux, je me suis inspirée de leur personnalité pour les mettre en valeur. C’est pour moi le véhicule idéal entre écriture, arrangements et complicités individuelles.»

Ainsi, Marianne Trudel vient de lancer Espoir et autres pouvoirs, premier album de son septet sous étiquette Effendi, album dont elle a financé elle-même la production sans un rond de subventions. Cette matière sera présentée d’un océan à l’autre au cours des mois qui viennent. Ce jeudi et ce vendredi, les interprètes seront les suivants: Anne Schaefer (chant), Lina Allemano (trompette), Maude Lussier (cor), Dave Grott (trombone), Normand Guilbault (contrebasse), Philippe Melançon (batterie).

«C’est un super projet, un super band, c’est aussi une bouteille à la mer. Pas si évident que ça se rende aux oreilles qui l’aimeront mais bon, j’y crois très fort», conclut Marianne Trudel, à la fois inquiète et enthousiaste.

En attendant que la bouteille se rende à bon port, Marianne Trudel vient d’être choisie par l’American Composers Orchestra (New York) pour l’interprétation d’une commande d’œuvre en juin prochain. La pianiste montréalaise sera est la seule étrangère choisie parmi les Nicole Mitchell, Mark Helias et autres Rufus Reid pour ce programme inédit.

Voilà un autre indice qui ne ment pas.

Marianne Trudel Septet présente un des rares projets de jazz d’ici dont le rayonnement peut déborder le cadre québécois ou canadien.

L’année Trudel

Antoine Léveillée, Voir, 24 mars 2011

Espoir et autres pouvoirs, c’est le titre de son nouvel album, qu’elle nous présentera au Largo le 24 mars à 20h. Un disque qui suit L’embarquée, paru il y a deux ans, et qui nous confirme une évolution exceptionnelle. La pianiste Marianne Trudel a élaboré en septuor une succession de compositions jazz soignées et riches. Les orchestrations y sont raffinées et les mélodies, recherchées. La voix d’Anne Schaefer s’expose au centre d’une équipe d’étoiles complétée par Lina Allemano (trompette), Jean-Olivier Bégin (trombone), Jocelyn Veilleux (cor français), Philippe Melanson (batterie) et le contrebassiste Normand Guilbeault. Tous au service de miss Trudel, qui vient de signer un incontournable.

Trudel […] vient de signer un incontournable…

Marianne Trudel: le pouvoir du nombre

Isabelle Houde, Le Soleil, 24 mars 2011

Solos, duos, trios, quintets, Marianne Trudel n’est pas du genre à compter ses collaborateurs ni ses projets. Son dernier en lice, un beau risque: rassembler six de ses musiciens préférés d’un peu partout au Canada et organiser un véritable blind date musical

C’était il y a deux ans. Entre les musiciens à l’horaire plus que plein, la chimie a fonctionné. Une chance, parce que Marianne Trudel avait écrit ses compositions en pensant à eux. «Je me suis inspirée de leur personnalité, de leur couleur pour faire cette musique-là», a expliqué la pianiste au bout du fil à Montréal, hier, alors que le septet jazz venait tout juste de se réunir pour répéter en vue des concerts de ce soir au Largo Resto-Club et de demain à Montréal.

Ce sera l’occasion de lancer l’album qui a découlé de cette collaboration, Espoir et autres pouvoirs. Une offrande mélangeant cuivres et voix à la section rythmique traditionnelle. «La richesse est au niveau des timbres, c’est vraiment un album qui est plus orchestral. J’adore l’orchestration et l’arrangement. […] Je trouvais que c’était un bel équilibre, à sept musiciens, on va chercher les couleurs, tout en étant capables de se produire facilement», explique la compositrice originaire de Saint-Michel-de-Bellechasse.

L’harmonieux équilibre repose sur les épaules du groupe, qui se fait improvisateur à travers les arrangements aérés de Marianne Trudel. La voix d’Anne Schaefer, repêchée à Victoria, en Colombie-Britannique, devient un instrument au même titre que la trompette de Lina Allemano (Toronto), le trombone de Jean-Olivier Bégin et le cor français de Jocelyn Veilleux. Normand Guilbeault à la contrebasse et Philippe Melanson à la batterie viennent compléter le tableau commencé par Marianne Trudel au piano.

Le septet écartelé d’un océan à l’autre partira en tournée cet été pour faire le tour des festivals de jazz du pays.

«Je me suis inspirée de leur personnalité, de leur couleur pour faire cette musique-là», a expliqué la pianiste au bout du fil à Montréal.

Critique

Alain Brunet, La Presse, 19 mars 2011

Voilà ce que cette douée compositrice, leader, pianiste et improvisatrice a fait de mieux depuis les débuts de sa carrière.

Voilà le vaisseau amiral de Marianne Trudel, le seul qui pourrait mener sa flotte hors des eaux territoriales. Ce superbe septuor évolue dans la lignée de Gil Evans et de Maria Schneider qui fut son assistante au cours de ses dernières années d’existence, investit un océan féminin de même cousinage que celui de sa collègue montréalaise Christine Jensen.

Qui plus est, ce septuor croise dans un delta que peuvent fréquenter les compositeurs Greg Osby et David Binney, on pense à ces œuvres de jazz contemporain où la voix (Anne Schaeffer) devient un instrument au même titre que le cor (Jocelyn Veilleux), le trombone (Jean-Olivier Bégin), la trompette (Lina Allemano), la contrebasse (Normand Guilbeault) ou la batterie (Philippe Melançon). Ainsi, des mélodies soyeuses coulent de source dans un contexte où de riches orchestrations modernisent à souhait un chant féminin des plus incarnés, rendent propices l’expression d’une polyphonie écrite ou improvisée, favorisent les expressions individuelles de haute volée. Un des must du festival Jazz en rafale, le 25 mars prochain. ****

Voilà ce que cette douée compositrice, leader, pianiste et improvisatrice a fait de mieux depuis les débuts de sa carrière.

Critique

Christophe Rodriguez, Sorties Jazz Nights, 17 mars 2011

Dans la foulée de Jazz en Rafale 2011 consacrée aux femmes qui propulsent la note bleue, Marianne Trudel, jeune pianiste talentueuse et pleine d’idées lance Espoirs et autres pouvoirs à L’Astral le 25 mars. Dans une formule qui n’est pas sans évoquer l’univers du grand Lennie Tristano ainsi que les algorithmes du style West Coast, elle a réuni un septet pour le moins costaud dans un style très poétique, assez surprenant. Si l’on peut regretter l’absence d’un certain swing, le matériau composé de dix plages originales nous rapproche des aventures du contrebassiste Avisha Cohen, ainsi que des idées de la très sérieuse compagnie de disque ECM. Soutenu par une grande poésie: Rires sur la grève, Hantise, Mon cœur est un village fantôme, Sables émouvants, Âme mystère, cette nouveauté où règne l’entente parfaite, fera le bonheur des amateurs d’un jazz consistant.

Soutenu par une grande poésie, cette nouveauté où règne l’entente parfaite, fera le bonheur des amateurs d’un jazz consistant.

Review

David Beckett, La Scena Musicale, no 16:6, 1 mars 2011

Montréaler Marianne Trudel may not be as well known as the preceeding musicians, but her brand new Effendi release (out this month) should enable her to gain more recognition, and inclusion on a few of best-of-the-year lists from jazz writers and radio hosts. If widely heard, this fourth album of hers might even give her that important career break. This talented pianist-composer has assembled a fine band here, comprised of drummer Philippe Melanson and bassist Normand Guilbeault along with a singular brass trio of Jocelyn Veilleux on French Horn, Jean-Olivier Bégin on trombone and Lina Allemano on trumpet. Topping off the cast is singer Anne Schaefer, whose wordless vocalese blend in seamlessly with the ensemble, often limning the melody in the manner of a big-band lead trumpet. The leader’s thoughtful writing and varied arranging on this recording are so surefooted that the ten tracks seem to slip by in minutes. Souffle, for example, begins with a lengthy choral-like introduction for the brass section before the rest of the ensemble enters, a rarity in jazz. Another piece, M, is a piano trio recorded live at Montréal’s fine concert venue, le Lion d’Or, a number that allows the rhythm section to stretch out. After I listen to Espoirs et autres pouvoirs again, I’ll certainly be seeking out her previous recordings. Bravo! 5 stars out of 6

… gagner davantage de reconnaissance, et d’être incluse dans les listes de meilleurs disques de l’année par les critiques de jazz et les animateurs de radio.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.