La boutique des nouvelles musiques

Primero Irem Bekter Quintet

Irem Bekter Quintet est une bande polymorphe, tant par la multiplicité de son expression que par le foisonnement de ses origines culturelles. Formée autour de la chanteuse, danseuse et comédienne Irem Bekter, ce band crée un nouveau langage musical à partir du folklore argentin traditionnel, en le juxtaposant aux influences classiques, contemporaines et au jazz. Dans ce premier CD, Primero, le métissage des sons autochtones aux environnements contemporains donne aux arrangements une résonance toute montréalaise.

Primero

Irem Bekter Quintet

Irem Bekter

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Dolf Mulder, Vital, no 795, 29 août 2011
    Just beautiful.
  • La chanteuse Irem Bekter est une artiste polymorphe tant par la multiplicité de son expression que par le foisonnement de ses origines culturelles. Avec la complicité de ses musiciens, elle offre sur son album Irem Bekter Quintet - Primero, une nouvelle vie au folklore argentin dans une improvisation animée et teintée de sons jazzés.
  • Alain Brunet, La Presse, 17 mai 2011
    Patrimoine vivant, en somme. Encore une fois, ça se passe à Montréal.
  • Yves Alavo, Le carrefour des opinions, 27 avril 2011
    Avec la complicité de ses musiciens […], elle propose un spectacle empreint d’un long et riche parcours.
  • François Couture, Monsieur Délire, 11 avril 2011
    Au menu, onze chansons tirées du répertoire traditionnel de l’Argentine.
  • Yves Bernard, Le Devoir, 8 avril 2011
    Elle est l’une des plus belles découvertes montréalaises des dernières années.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 795, 29 août 2011

These four new releases from Ambiances Magnetiques and the Malasartes sub label introduce works from relatively new as well as well-known musicians. The CDs of Vertical Squirrels and Irem Bekter satisfied me most. But not only because their names are new to me. Vertical Squirrels is a quartet consisting of Ajay Heble (piano, melodica, percussion), Daniel Fischlin (guitars, effects, percussion, flute, provencale), Lewis Melville (bass, baritone, banjo bass, percussion, radio frequencies, grand organ) and Rob Wallace (drums, percussion, vocals). They are on the road since 2008. All four gathered lots of experience in all corners. Combined in this line up this proves to be a fruitful combination. Very diverse, and fresh music is the result. All pieces originate from collective improvisations but are very diverse, with a fine sense of humor. The cd opens with a grooving piece Spunk in your Funk which is great fun. In contrast the next piece is a very open improvisation abstracting from beat, rhythm, etc. Also the pieces that follow are free exercises of somehow rock-based improvisations. Danse des araignées mécaniques opens with a fine solo by Heble on what seems a self-prepared piano. La mnémologie / Amnesiaville is a delicious free rock jam. Pierre Labbé also incorporates many influences in his new work. He tries the bigband-format for his new cd. For this ambitious project Labbé composed a suite of contemporary music and avant-jazz and rock, performed by a 13-piece big band, in a way that reminds me sometimes of the belgian Flat Earth Society. Labbé is known for his work with Les Projectionnistes, L’Orkestre des pas perdus and Papa Boa, a band who sadly made only one cd. Also under his own name you can find some releases. The opening track plays with bluesy and funky motives. Further on Labbé touches on many other styles and idioms. Although I often enjoy a playful style of composing and arranging as Labbé is practicing here, this time it failed to impress me. That brings us to another one from the trio Derome-Guilbeault-Tanguay. Their first release contained music composed by Derome only. The second one contained old standards for the most part. On their new one we have a balance between standards and compositions by Derome. Besides five compositions from Derome, they interpret compositions by jazz giants as Ellington, Kirk, Dolphy, Strayhorn and Mengelberg. So it’s an exercise as we have heard earlier form this trio. Another celebration of their love for jazz. It will surely appeal to those we are into jazz. Ah yes, it has Derome singing in one track, I’m Checking Ou’t, good bye. Singing in all tracks, is what Irem Bekter is doing on her Primero by the Irem Bekter Quintet. Singer, dancer and actress Bekter was born in Istanbul and grew up in England. She feels very attracted to Argentine folklore, especially the “zapateo” (Argentinian podorythmy) and folk dances. Since 2003, Montréal is the place to be for her. With Montréal-based musicians she started to explore traditional Argentine folklore fruitfully combined with classical and jazzy influences. First results are reflected on this CD. Just beautiful.

Just beautiful.

Irem Bekter: Turquie, Angleterre, Argentine… Montréal

Alain Brunet, La Presse, 17 mai 2011

Le parcours pluridisciplinaire d’Irem Bekter implique la danse folklorique, le jeu théâtral, la musique contemporaine improvisée, la chanson hispanophone d’inspiration sud-andine.

Née à Istanbul, Irem Beckter grandit en Angleterre avec sa mère, la peintre Ayfer Gursoz. Elle étudie la danse à l’Elmhurst Ballet School, l’art dramatique à la Webber Douglas Academy of Dramatic Art. En 1984, elle migre vers l’Argentine. Elle a tôt fait d’être repérée par la grande Mercedes Sosa, qu’elle côtoie de près. À l’extrême sud des Andes, l’artiste absorbe chants et danses de cette vaste région des Amériques.

La migration se poursuit à Montréal où elle élit domicile en 2006. Elle y gagne sa croûte en y enseignant la danse. Côté création, elle préconise la synthèse de ses multiples expériences. En 2007, elle fonde le groupe Diabluras, dont les artistes témoignent d’un éclectisme similaire à l’album de son quintette dont il est ici question: Primero, étiquette Malasartes.

Il faut d’abord s’habituer au mariage atypique des chants latino-américains et de la musique improvisée. Les dialogues avec le saxophone de Damian Nisenson (également son réalisateur et producteur) jazzifient ce discours aux rythmes simples, modulations rarement modernisées, danses élégamment évoquées — zapateo, zamba, chacacera… Complètent la formation le violoncelliste Nicolas Cousineau, le percussionniste Daniel Emden, Willy Rios à la guitare et au charango.

Une fois ce langage apprivoisé, observe que Irem Bekter ne manque pas de puissance vocale. Ses menus vibratos et ses susurrements lascifs lui confèrent un charme on ne peut plus féminin, ses grognements pelviens peuvent lui donner des airs de passionaria.

Patrimoine vivant, en somme.

Encore une fois, ça se passe à Montréal.

Patrimoine vivant, en somme. Encore une fois, ça se passe à Montréal.

Critique

Yves Alavo, Le carrefour des opinions, 27 avril 2011

Quatre talentueux musiciens et la voix magique d’Irem Bekter donne une nouvelle vie au folklore argentin dans une improvisation animée et teintée de sons jazzés. Bien intégrée dans la nouvelle vague de vie culturelle montréalaise qu’elle a changé par son talent et les horizons qu’elle offre aux publics, Irem Bekter vient de mettre au monde une œuvre. Irem Bekter Quintet offre un spectacle d’une rare beauté dans lequel le folklore latin et l’atmosphère québécoise se métissent dans des créations nouvelles que vous avez le privilège de découvrir en un programme chaleureux et passionné, trame mélodique du nouveau CD, Primero.

Irem Bekter est d’abord une artiste d’une classe unique en ce qu’elle incarne avec talent et brio un nouveau cosmopolitisme culturel professionnel et de très haut niveau qui se développe à Montréal au cours des dernières années. Elle est, comme le dit la responsable de la gestion de sa carrière, une artiste polymorphe tant par la multiplicité de son expression que par le foisonnement de ses origines culturelles.

Elle est entourée d’artistes d’ici issus de diverses cultures et héritiers d’autres musiques, disons d’espaces musicaux variés et riches. Elle crée ainsi un nouveau langage musical à partir du folklore argentin traditionnel en le juxtaposant aux influences classiques, aux accents turcs, aux audaces contemporaines et aussi au jazz.

Irem Bekter exprime à travers ses chants, son exploitation de la scène remarquable avec son talent d’actrice, ses danses et ses rythmes toute la richesse de son bagage métissé. Née en Turquie et formée en Angleterre, Irem Bekter grandit en Argentine y développe son art multiforme et consacre une part importante de sa création enracinée désormais dans les cultures des Andes. Femme de théâtre, de musique et de danse (zapateo, podorythmie argentine), elle compose avec pour matière première les chants, les outils que sont les instruments et les rythmes autochtones, réorchestrant et réinventant le folklore argentin.

Depuis son arrivé à Montréal en 2006, elle multiplie les collaborations et enrichit son vocabulaire musical de nombreuses trouvailles. Elle a le don de faire corps avec les rythmes, les sons, l’intimité des cultures. Elle pénètre les voies de la chacarera rythmée, donne un relief autre, attaque et joue avec la zamba ronde et lente ou la podorythmie du zapateo qu’elle vit dans toutes les nuances: danse, émotions, gestuelle totale et une voix riche et exceptionnelle. Avec la complicité de ses musiciens Nicolas Cousineau au violoncelle, Damian Nisenson au saxophone, Willy Rios au charango et guitare et Daniel Emden aux percussions, elle propose un spectacle empreint d’un long et riche parcours.

Avec la complicité de ses musiciens […], elle propose un spectacle empreint d’un long et riche parcours.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 11 avril 2011

Malasartes (une des étiquettes chapeautées par DAME) vient de publier son disque le plus accessible — lire: le moins “actuel” — à ce jour: Primero de la chanteuse Irem Bekter. Au menu, onze chansons tirées du répertoire traditionnel de l’Argentine. On me dit qu’il s’agit d’une relecture modernisée et métissée, mais mes piètres connaissances (et mon peu d’intérêt) dans ce domaine me font n’y voir qu’une belle production de musique du monde sans réelles surprises.

Au menu, onze chansons tirées du répertoire traditionnel de l’Argentine.

Critique

Yves Bernard, Le Devoir, 8 avril 2011

Les Argentins vous le diront: Irem Bekter est argentine, en profondeur, avec l’accent et les inflexions de la langue et la pleine maîtrise des rythmes irréguliers du nord du pays. Âme forte à la gouaille dans la plainte, elle chante le cri de la terre et ressent la respiration de la voix autochtone. Actrice, elle joue avec les mots, les ralentit, se fait grave, intime, triste, romantique et même aérienne. Danseuse percussionniste, elle pénètre les voies de la chacarera rythmée, la zamba ronde et lente ou la podorythmie du zapateo. Elle est accompagnée d’un groupe très polyvalent qui sait la mettre en valeur tout en élargissant largement les structures de base vers le jazz et la musique improvisée. Mais l’histoire de la vie d’Irem rappelle qu’elle est aussi turque, britannique et maintenant montréalaise. À la fin du disque, elle ouvre vers la Turquie. Elle est l’une des plus belles découvertes montréalaises des dernières années.

Elle est l’une des plus belles découvertes montréalaises des dernières années.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.