La boutique des nouvelles musiques

Lenox Avenue Bernard Santacruz

Les titres des compositions et des improvisations sont parfois en forme d’hommages dédicataires transparents (Frank L, Boni), ou certainement aussi de revendication esthétique (Dance, de Paul Motian), comme pour invoquer une histoire musicale et humaine où s’ancre et se situe cet exercice solitaire qui, précisément, n’aurait pu voir le jour hors de ce champ-là. Bernard Santacruz joue seul ici, mais sans cesse affleure le continuum sonore d’où jaillit l’univers singulier d’un musicien qui sait de quoi il parle (Jimmy Blanton, Scott LaFaro, Paul Chambers, Jimmy Garrison, Henry Grimes, Johnny Dyani…) et qui sait tout autant où il veut en venir. Pas d’exercice de style, pas de démonstration, pas de bavardage, nulle esbroufe. Il est juste question ici du grand art de la contrebasse ramené à la délicieuse simplicité qu’engendre la virtuosité assumée et jamais proférée. Bernard Santacruz fait chanter continuellement son instrument en usant de toutes ses ressources, en pizzicato comme à l’archet, en assumant la pulsation vitale de ses improvisations, quelquefois intrigantes (Koniec), toujours limpides, pures et sombres (Nanna d’amore), comme recueillies quand elles se concentrent sur la profondeur d’un son aux riches harmoniques. Créateur d’un univers sonore d’une irréfutable intégrité, Bernard Santacruz s’immisce dans cette lignée magnifique de contrebassistes à la musicalité parfaite (d’Oscar Pettiford à Barre Phillips et Barry Guy), aussi à l’aise dans les formes contraignantes que dans l’invention libre. —>Bernard Aimé

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Rude Awakening.

Lenox Avenue

Bernard Santacruz

  • CD
    RA 2013
    Hors-catalogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.