La boutique des nouvelles musiques

Calligraphies sonores Thomas Périn

L’objet est irréel, inédit, il irradie nos pupilles de sa beauté, de son non-conventionnalisme. Jade, France

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Calligraphies sonores

Thomas Périn

  • 2 × CD
    OE 004
    Hors-catalogue

La presse en parle

  • Julien Jaffré, Jade, 18 juin 2003
    L’objet est irréel, inédit, il irradie nos pupilles de sa beauté, de son non-conventionnalisme.

Chronique

Julien Jaffré, Jade, 18 juin 2003

L’objet est irréel, inédit, il irradie nos pupilles de sa beauté, de son non-conventionnalisme. Un digipack cartonné oblong, s’étendant de toute son horizontalité. Des calligraphies posent pour leur part les premiers jalons de l’univers de Thomas Perin, sorte d’attachement où se mêlent de manière inextricable art graphique et art sonore. Un prolongement naturel? Sans doute, même si l’analyse et l’écoute de sa musique demandent une exigence autre que la simple interrogation. L’intérieur n’enlève rien à la beauté abstraite de l’enveloppe externe… On navigue au milieu de petits feuillets sérigraphiés, comme autant d’œuvres passées à la loupe du talent et de l’âme créatrice de Perin. La musique nous plonge dans un état second, pas moins réel, pas moins abstrait, qui foule sans intermittence la frontière entre gravité et apesanteur. Des titres aux intitulés surréalistes, jamais loin des délires lettristes d’un Isidore Isou ou d’un Maurice Lemaître: Mixographie, Game-boy zèbre, Fréquence de l’West, Castle of ghost, Achille talonne supernova, Gare aux autruches, Fountainofink… Depuis les climats délétères de Sinusoïde aux incontrôlables et affranchies boucles et triturations présentes sur Mixographie, Thamieu, Achille talonne supernova, on navigue dans une joyeuse cacophonie maîtrisée à cheval entre les plunderphonics d’Oswald, les délires de Stock Hausen & Walkman, la lubricité d’un People like us, l’extravagance d’un Pierre Bastien l’exigence acoustique d’un GRM de province et le caractère dansant et débridé de gens de chez Rephlex, voire V-VM (!!) etc. La calligraphie vue ici comme une parabole d’une pensée libre et créatrice, à même de nourrir un phrasé musical.

L’objet est irréel, inédit, il irradie nos pupilles de sa beauté, de son non-conventionnalisme.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.