La boutique des nouvelles musiques

À l’école du ara Frank Martel, Bernard Falaise

Frank Martel et Bernard Falaise poursuivent leur collaboration complice de longue date, mais cette fois avec un projet d’exploration en studio. Focus sur certains états d’être, d’étrangeté d’être, ouverture sur des états limites. Quelque chose entre le corps de l’ouvrage (l’orchestration), le son de la voix (des voix) et le choix des mots. Chanter dans une forme théâtrale, ludique, subversive. Comme un arbre qui tomberait du fruit. La possibilité que quelque chose dise une autre chose. Une musique calquée sur des mots inspirés d’une autre musique inspirée d’autres mots calqués sur encore une autre musique et ainsi de suite jusqu’à l’éclat de rire strident du ara qui fait tout rebondir, notes et mots, d’un morceau à l’autre comme des balles de ping-pong affolées. La musique comme une expérience. S’abandonner à ce qui vient, simplement. Capacité à s’ouvrir.

«Ouala i ouala i (ou) wala!»

Pour un peu de l’animalité de l’homme?

À l’école du ara

Frank Martel, Bernard Falaise

La presse en parle

  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, 21 juin 2010
    Une leçon d’ouverture.
  • François Couture, Monsieur Délire, 4 décembre 2009
    Je vous garantis que ceci sera la plus courte demi-heure de votre existence. Je suis fou de joie, les joues en feu.

Critique

François Couture, Monsieur Délire, 4 décembre 2009

Frank Martel est le meilleur auteur-compositeur-interprète que vous ne connaissez pas. Sérieusement! Son adresse langagière est insurpassée, son absurde animalier aussi («Fourbe / l’ourson en cage / un joyeux huron / de la mousse, des orteils / et partout des potirons»). Et ce nouveau disque, À l’école du ara, est enfin la suite que j’espérais au sublime Sautons ce repas du midi (on aura beau dire, mais Yé yi you ya était une coche en-dessous, légèrement décevant). Bernard Falaise se cherche de toute la musique (composition ET interprétation), et il se produit ici une parfaite conjugaison d’univers. Je vous garantis que ceci sera la plus courte demi-heure de votre existence. Je suis fou de joie, les joues en feu.

Je vous garantis que ceci sera la plus courte demi-heure de votre existence. Je suis fou de joie, les joues en feu.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.