La boutique des nouvelles musiques

Bomata Bomata

Une exploration de la forme trio toute en subtilité. Des compositions de Jean Félix Mailloux aux accents jazzés avec une pointe de rythmes du monde. Bomata présente les pièces de leur premier disque éponyme. Le côté ludique des mélodies, l’interaction entre les musiciens et le plaisir évident de jouer de la musique ensemble caractérise ce trio. La beauté et la simplicité de la musique de Bomata sauront toucher les gens.

Bomata

Bomata

Guillaume Bourque, Jean Félix Mailloux, Ziya Tabassian

La presse en parle

  • Stephen Fruitman, Sonomu, 20 septembre 2010
    They approach each of Mailloux’ original compositions with tenderness and a slight, knowing smile.

    But also with enormous skill and well-honed retraint.

  • Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 16:2, 1 juin 2009
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 4 avril 2009
    Bomata propose un album splendide.

Review

Stephen Fruitman, Sonomu, 20 septembre 2010

Clench a rose between your teeth, shake down your dark hair and sink into the arms of your partner as Bomata strikes up a smouldering tango. Or lead your best girl more chastely round the dance floor to one of the band’s more family-oriented, catchy melodies.

This is the debut album of trio from Québec featuring contrabassist Jean Félix Mailloux, Guillaume Bourque on clarinet and Ziya Tabassian on percussion, a pretty staid-looking group of guys if you go by their album portrait. They approach each of Mailloux’ original compositions with tenderness and a slight, knowing smile.

But also with enormous skill and well-honed retraint. The band is as snug and tightly clustered as its name, an acronym derived from the first syllable of each of their surnames. Solos are few, brief and welcome expansions of the air within the pieces, and the fleet hands of Tabassian skim and dart spectacularly over the taught skins of an array of Middle Eastern percussion.

A special tip of the fedora to Denis Plante for his suave bandoneon on the above-mentioned tango, La Balançoire.

Fliratatous and seductive but never lewd, Bomata may remind you of some of the subtler, tastier versions of John Zorn’s Masada Chamber Ensembles.

They approach each of Mailloux’ original compositions with tenderness and a slight, knowing smile.

But also with enormous skill and well-honed retraint.

Le jazz géographique de Bomata

Serge Truffaut, Le Devoir, 4 avril 2009

Bomata, c’est «Bo» comme dans Bourque Guillaume, clarinettiste aussi avisé que fin, très fin. Bomata, c’est «ma» comme dans Mailloux Jean Félix, contrebassiste de la retenue, de la note dense, et compositeur qu’on tient à qualifier de savant tant il nous fait voyager. Au sens le plus géographique du terme. Bomata, c’est enfin Tabassian Ziya, percussioniste qui mêle les rythmes arabisants à ceux de l’Amérique latine avec une maîtrise qui force l’admiration.

Bomata, c’est comme Derome-Guilbeault-Tanguay, Texier-Sclavis-Romano, Lake-Workman-Cyrille, le Masada String Quartet, soit un grand, un très grand groupe. C’est en tout cas, la surprise la plus étonnante, la plus saisissante depuis des lunes. Au ras des pâquerettes ou des marguerites, mettons qu’on se promène de Buenos Aires à Istanbul en passant par Bamako, Chicago ou Sofia.

Tout commence avec Pas de géant. En moins de quatre ou de deux, on se dit que nos bonshommes, Mailloux notamment parce qu’il est l’auteur, ont fait davantage qu’étudier l’esthétique chère à John Zorn et aux musiciens qu’il produit sur son étiquette Tzadik. Ils l’ont digérée pour mieux nous la servir à leur manière, à leur sauce. Le rythme, la syncope du morceau a quelque chose d’hypnotisant, d’accrocheur.

Après Pas de géant, il y a La Balançoire. Bandonéon et lenteur latine aidant, on est quelque part dans le Sud côté américain, sud-américain il va sans dire. La pièce suivante, Akapou, est plus orientale, plus Afrique du Nord. On pourrait être dans la ville blanche comme à Tanger. C’est Un thé au Sahara dans sa version sonore.

Trois, comme dans trois musiciens, a des accents très singuliers. Parfois, on a l’impression que deux ou quatre pincées de gospel ont été injectées. Parfois, on a le sentiment d’entendre des échos chers à The Art Ensemble of Chicago ainsi qu’à David Murray. Trois est une addition d’atmosphères sans pollution, sans aspérité.

Trampoline, c’est pas compliqué, rappelle les carnets africains chers à Henri Texier, Aldo Romano et Louis Sclavis. Un déhanchement n’attend pas l’autre. Avec Arabesque, Bourque, Mailloux et Tabassian touillent des tonalités qui distinguent le klezmer sur les rives du Bosphore ou dans les montagnes bulgares. C’est très étrange, mais non dérangeant. C’est une combinaison qui a ceci de réussi qu’elle n’en a pas l’air.

Sahara comme Naha ont quelque chose de méditatif et de chatoyant. S’il fallait qualifier ces compositions d’une couleur, on dirait safran. Entre les deux, il y a Iz. Et alors? Lors de la première écoute, on a pensé à Charles Mingus. Plus exactement, au Mingus de Jazz and Cumbia Fusion, lorsque le grand Charles nous conduit des hauteurs colombiennes où l’on cultive la coca aux rues de New York où se transige sa transformation.

Bon. De Pas de géant à Jacques en passant par Akapou, Sahara et d’autres, Bomata propose un album splendide. Un grand disque. Une production qui devrait séduire bien au-delà des amateurs de la note bleue. Tout ce que l’on souhaite à Bourque, à Mailloux et à Tabassian, c’est qu’ils poursuivent, qu’ils tiennent la route. Qu’ils soient surtout obstinés et coriaces.

Bomata propose un album splendide.

Blogue

  • Bomata, qui réunit le contrebassiste Jean Félix Mailloux, le clarinettiste Guillaume Bourque et le percussionniste Ziya Tabassian, sera en concert le 7 juin 2009, au Upstairs Jazz Bar & Grill à Montréal. Écoutez quelques extraits de leur no…

    mardi 2 juin 2009 / En concert
  • Bomata, qui réunit le contrebassiste Jean Félix Mailloux, le clarinettiste Guillaume Bourque et le percussionniste Ziya Tabassian, sera en concert le 23 avril 2009, au Dièse Onze à Montréal. Écoutez quelques extraits de leur nouveau disque…

    samedi 18 avril 2009 / En concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.