La boutique des nouvelles musiques

Music(s) Otomo Yoshihide

Music(s) est le portrait intimiste du compositeur japonais Otomo Yoshihide. Créateur en 1990 du mythique groupe Ground Zero, produit par John Zorn, il est l’un des acteurs majeurs de la scène nipponne actuelle. Cet adepte du free jazz et de la noisy music parcourt le monde avec ses différentes formations mais également seul à la guitare ou avec ses étonnantes tables-tournantes. Ce double DVD nous permet d’aller à la rencontre de cet artiste talentueux grâce à de larges extraits de concerts filmés. Otomo Yoshihide nous livre ici toute la richesse et la variété de sa musique.

DVD double, DVD 1: Interview et extraits de concerts, 49’; DVD 2: Concerts, 65’; NTSC, Multi Zone; Versions française et anglaise.

2 DVDR-Vidéo [NTSC, multi-région]

Music(s)

Otomo Yoshihide

La presse en parle

Critique

Grisli, Le son du grisli, 10 mai 2007

Sur DVDR-Vidéo, le réalisateur Guillaume Dero propose un portrait kaléidoscopique du musicien Otomo Yoshihide, et illustre les trois expériences musicales qui lui tiennent à cœur: la direction de son New Jazz Ensemble, sa pratique en solo de la guitare, et ses expérimentations sur «turntables».

Ouvert, faux ami, sur le rythme d’une danse de salon interprétée par le New Jazz Ensemble lors de l’édition 2005 du Festival Banlieues Bleues, le film papillonne ensuite d’extraits de deux autres concerts – donnés à Tokyo la même année, et présentant Yoshihide seul derrière un tourne-disque ou une guitare – et de bribes d’interviews. Là, le musicien avoue ne pas vouloir séparer la composition de l’improvisation, dit ne pas faire forcément de différence entre bruit et musique, étant davantage intéressé par la texture du son que par la forme que celui-ci peut prendre.

Démontrant comment Yoshihide concrétise de manières différentes ses intentions, le film revient sur le concert donné à Pantin par un New Jazz Ensemble facétieux, qui fait dériver un swing accompli jusqu’aux marges d’un rock bruitiste, ou parsème une progression rassurante d’éléments électroniques dérangeants (Sachiko M s’en chargeant avec efficacité sur Orange Was The Colour of Her Dress and Then Blue Silk de Mingus).

A Tokyo, Yoshihide défend encore ces deux aspects de la musique comme elle lui est apparue: expérimentale, voire provocatrice, derrière ses platines; mélodique, voire sentimentale, seul à la guitare. D’autres extraits que ceux du portrait continuent, en bonus, d’illustrer le va et vient constant et pas contradictoire d’un musicien hors pair, pour compléter un film au fond réfléchi et à la forme élégante.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.