La boutique des nouvelles musiques

Shohjohkisshohtan Tsurubami

Exigeant et pénétrant. Revue & Corrigée, France

Ce texte n’est pas disponible en français.

C3R is proud to release the new album by one of the most comely members of the Acid Mothers Temple extended family of projects.

For years now, Tsurubami has been producing some of the most colourful cosmic improv ever heard by anyone anywhere (and we are sure of this, because we know exactly what any given person is listening to at any given time, thanks to the ‘C3R Omniscience Mechanism’, or ‘C3ROM’).

This album is no exception to Tsurubami’s intensely spiritual improv tradition — it contains three tracks of swirling psych, featuring Kawabata Makoto’s trademark guitar, the pounding rhythms of Emi Nobuko, and Higashi Hiroshi’s combined synth and bass talents. With this album, these three formidable musicians have come one step closer to answering the question that drives the band: ‘through the holy sound of Ohm, can we glimpse the eternal, escape the constraints of time (past, present, and future), and come to meet the Buddha?’

  • C3R
  • C3R 005 / 2005

Shohjohkisshohtan

Tsurubami

La presse en parle

Critique

Julien Jaffré, Revue & Corrigée, no 66, 1 décembre 2005

En attendant la sortie prochaine du Musique Cosmique Électro-acoustique (en français dans le texte) de Kawabata Makoto, le jeune label canadien C3R, fondé par le trio / quatuor Zach Murr, Mark Lougheed, Chris Worden, Justin Salter nous envoie de ses nouvelles à l’occasion de la sortie de cet album de Tsurubami. De loin en loin, on avait entendu parler du petit label avec les sorties successives de deux albums de Merzbow, ainsi que d’un split album réussi entre Maja Ratkje et Lasse Marhaug.

Formé en 1994, Shohjohkisshohtan est le huitième album de Tsurubami; ce groupe est la réunion de trois musiciens, la jeune et frêle Emi Nobuko, batteuse de son état, membre par ailleurs de Emi Nobuko et d’Astral Traveling Unity, encadrée par la sagesse et l’expérience de Higashi Hiroshi et Kawabata Makoto, tous deux membres fondateurs d’Acid Mothers Temple, entre autres projets (à ces trois-là vient s’adjoindre Higashi Hiroshi à la basse et aux synthétiseurs en live).

La musique de Tsurubami n’a pas perdu de sa prestance, de sa prégnance, de sa puissance; à la manière du bon vin, elle a gagné en caractère, laissant de nouvelles saveurs et fragrances se diffuser au fil de ses compositions. Tsurubami est le prescripteur d’une musique à la fois préoccupée par les vertus d’une noise sans dogme et d’un amour irrésolu pour les musiques progressives / psychédéliques. En ce sens, elle n’est jamais éloignée des attentes esthétiques de Merzbow, Acid Mothers Temple, Jazzkammer, Masonna ou Daniel Menche. Des effets de manches (de guitares), une maîtrise de la résononce qui apparente par moments les compositions et des musiques chamaniques / sacrées, une prédilection pour les montées cataclysmiques font de ce groupe un fondement incontournable pour tout amoureux du bruit blanc / culture Noise. Exigeant et pénétrant.

Exigeant et pénétrant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.