La boutique des nouvelles musiques

At Rosedale United The Element Choir

Ce texte n’est pas disponible en français.

This recording features Christine Duncan’s extraordinary 50-voice improvising ensemble, The Element Choir, in collaboration with Jesse Zubot, violin; Jim Lewis, trumpet; Jean Martin, percussion; and Eric Robertson, playing the church’s beautiful Cassavent pipe organ at Rosedale United.

I’ve watched The Element Choir grow into the wonderful paradox that it embodies on this record. It is both a ragged multiplicity — its membership reflects extreme differences of age, history, style, and education (just like that of any community) — and a remarkable unity under Christine Duncan’s singular leadership and conduction skills. Insofar as the Choir coheres into a single thing, though, it amounts to one of the five personalities who create this ostensibly small-group and — let it not be forgotten — freely improvised music: Duncan (Choir), Lewis, Martin, Robertson, and Zubot. They possess the musicality, playfulness, and restraint to allow these unique and, in the most sublime moments, overwhelming sound resources (not only instruments and voices, but also the space itself) to be harnessed and channeled into a tangible feeling of wonder. This is very literally a wonderful record. — Scott Thomson, January 2010

At Rosedale United

The Element Choir

Christine Duncan, Jean Martin, Jim Lewis

La presse en parle

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 13 juillet 2010

Splendide et génial, rien de moins! Un quintette d’improvisateurs dans une église, c’est déjà bien. Quand Christine Duncan (voix) et Jean Martin (batterie) de Barnyard Drama en sont, c’est déjà mieux. Quand Jesse Zubot (violoniste de Fond of Tigers et Tanya Tagaq) en est aussi, c’est encore mieux. Quand on ajoute le trompettiste Jim Lewis et, surtout, Eric Robertson à l’orgue Casavant de l’église, ça devient vraiment spécial. Bon. Prêt pour la cerise? Ajoutez à cela que Duncan dirige une chorale d’improvisation de 51 voix! Deux sessions sont chroniquées sur ce disque. Chacune s’ouvre par un court introït en quintette, suivi de trois longs mouvements avec chorale, une chorale qui répond au doigt et à l’œil aux indications de Duncan. C’est plus que beau, c’est majestueux, grandiose, éminemment touchant. Un peu plus, je retournerais à l’église. Très chaudement recommandé aux amateurs d’impro, de voix ou de musique qui fait vibrer le tréfond.

Splendide et génial, rien de moins!

Review

Stuart Broomer, Musicworks, no 107, 21 juin 2010
It’s an ambitious and well-realized project.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.